Studios de mixage

Méthodes de calibrage, Niveaux

Re: De l'utilité du multi-caisson

Messagepar Jean-Pierre Lafont » 16 Nov 2010, 20:02

Oui, ça y est, je commence à comprendre, mais il y a un paramètre avec lequel je ne peux pas être d'accord. Vous raisonnez comme si on pouvait avoir des signaux en phase entre les canaux (c'est ce qui m'aveuglait et m'empêchait de comprendre).
Pour que des signaux soient en phase, il faut qu'ils aient la même fréquence (aux harmoniques près).
Or, en cinéma, les signaux des enceintes satellites sont tous de nature différente. :doute:
Pour la bonne raison que l'ingénieur ne peut pas envoyer le même signal au niveau nominal simultanément dans plusieurs canaux.

Là, on entre dans les méandres du mixage et plus particulièrement du circuit de la balance panoramique.
Dans une console, chaque voie reçoit un signal différent (le galop des chevaux, les roues de la diligence, le fouet du cocher, les coups de pistolet, etc...)

L'ingénieur dispose sur chaque voie, de plusieurs boutons dits "panoramiques" qui lui permettent d'envoyer le son partout où il veut: mais pas n'importe comment. Pour illustrer mon propos voici un dessin de la section panoramique d'une de mes consoles. Ce sont les 4 boutons bleus sur la photo.

Image

Le bouton du bas (panoramique façade) envoie le signal sur le canal gauche OU centre OU droit. C'est à dire un seul canal à la fois. Au mieux, il peut placer le bouton entre deux canaux, mais le niveau est atténué de 3dB de manière à ce que la somme acoustique des 2 canaux reste constante.

Le bouton en haut est un panoramique stéréo entre les canaux surround gauche OU droit. Quand le bouton est au centre chaque canal d'ambiance reçoit la même quantité de signal pour que la somme reste constante.

Le deuxième bouton en partant du haut répartit le signal entre la façade OU les ambiances. Là encore, en position intermédiaire, le niveau est atténué de 3dB (qui viennent s'ajouter aux atténuations précédentes). Si par exemple, le signal est répartit entre l'enceinte avant gauche et arrière droite, il est atténué de 3 dB et la somme soit toujours constante.

Le dernier bouton s'appelle "Divergence". Il permet de répartir le signal sur tous les canaux simultanément. Toutes les enceintes diffusent le même signal (mono totale). Mais si le niveau initial est 0dB, chaque canal ne reçoit une atténuation progressive allant jusqu'à -7dB quand le bouton est tourné vers la gauche.

Le circuit de balance panoramique est conçu pour que le niveau sonore (acoustique) dans la pièce reste constant quelque soit la position du signal. J'ai aussi réalisé des dispositifs semblables avec un joystick et un display illustrant la position du signal dans la salle.

On ne peut donc pas imaginer la sommation de signaux identiques au niveau nominal sur plusieurs canaux. Les signaux des différentes voies ont toute liberté d'être dirigés vers n'importe quel canal mais étants de nature différente, ils sont décorellés par définition. Les intensités acoustiques ne peuvent pas s'additionner comme un signal unique appliqué simultanément à deux haut-parleurs.

En musique tout cela est différent. Il ne faut pas confondre:
1- un réglage panoramique (signal à -3db entre 2 canaux et 0dB sur un des 2 ou 3 canaux) = cinéma
2- un réglage de balance stéréo (signal à 0dB entre 2 canaux et +3dB sur un des 2 canaux) = musique

Je ne sais pas si j'ai été clair.

Nulle part, à ma connaissance, Dolby (initiateur du +10dB dans le sub) ne stipule que la somme des autres canaux peut atteindre +10. Ou alors, il faut me montrer le texte.

Je viens de découvrir ta réponse sur le signal large bande et graves. Il est exact qu'on peut trouver des signaux plus ou moins corrélés aux basses fréquences quand les voies contiennent des signaux semblables et plus particulièrement sur un fond musical. Mais ils ne peuvent jamais être parfaitement en phase.
Et cela soulève une autre question: où est la limite acoustique entre graves et large bande c'est à dire entre des signaux corrélés ou pas?
Avatar de l’utilisateur
Jean-Pierre Lafont
 
Messages: 3203
Inscrit le: 08 Oct 2010, 07:21
Expérience HC: Professionnel

Re: De l'utilité du multi-caisson

Messagepar Jean-Pierre Lafont » 17 Nov 2010, 08:36

Humm ! tu vas un peu vite en mélangeant les différents types de sons (normal pour du mixage :grin: ).

La musique des films n'est pratiquement plus jamais enregistrée sur une console cinéma. Elle l'était autrefois, jusque vers les années 70 et encore, de manière pas toujours bien encadrée car à cette époque les consoles cinéma étaient des prototypes sans spécifications communes.
Les studios américains étaient mieux structurés qu'en Europe avec des "Scoring Stages" immenses et des orchestres spécialisés. La musique était enregistrée et formatée pour le film.

Mais une console cinéma reste très différente d'une console musique. A peu près la même différence qu'entre un processeur HC et un ampli hifi.
Il n'y a pas de préampli micro, pas de bus de mixage...
On affecte pas le signal d'une voie vers un bus ou une piste comme en musique mais vers une "banque 5.1 ou 7.1 (SDDS)".
La console comporte jusqu'à 4 sections masters avec 4 solos différents, 4 groupes de mute ou direct/retour appelés PEC/Direct, (PEC étant Photo Electric Cell). Les 4 sections correspondant à Dialogues, Musique, Effets, Ambiances,
... bref tout ça est incompatible avec le travail de la musique.
Les différences sont telles que j'ai vendu une console à Sony Pictures à Hollywood, un comble alors que Sony était fabricant de consoles... musique. Sony m'a aussi demandé de développer et de construire une section cinéma dans leurs consoles musique numériques à la demande d'autres clients.

Image

Donc, c'est très différent.
On enregistre et on pré-mixe la musique dans un studio de musique. A ce stade, les sons de toute nature sont distribués sur 2, 5 ou 6 canaux. On trouve communément la basse et la grosse caisse sur les canaux gauche et droite, ce qui serait impossible avec une console cinéma (1). D'où ton constat, je pense.
Puis on transfère le pré-mix dans le studio de cinéma où les pistes musique sont insérées et les niveaux ajustés dans le mix final.
(1) Encore que... le bouton Surround Pan peut être commuté en Front Pan (panoramique frontal gauche droite, sans passer par le centre). Voir le bouton du haut sur la page précédente.

Sachant que le mix musique peut contenir le même signal (grave notamment) sur plusieurs canaux, je suis d'accord avec ton raisonnement.
D'autre part, quand la console ciné comporte un réglage de divergence (ce qui est assez rare quand même), l'ingénieur peut envoyer le même signal sur tous les canaux avec une perte de 7dB puis remonter le niveau global à 0dB avec le fader.

Procédures de calibrage:
Les niveaux de référence pour la calibration de la chaine audio sont en dBm ou dBu (dans le pro) en mV ou en dBV (dans le consumer) jusqu'à l'entrée des amplis puis en dBC à la sortie des enceintes.
Tous les calibrages du niveau électrique sont faits individuellement par canal. La procédure ne demande jamais de mesurer une somme électrique. Je parle bien du calibrage de l'installation, pas de la conception de l'appareil.
De même, le calibrage acoustique à 71dB par tiers d'octave ou 85dBC global est toujours individuel par canal.
Les sommes sont utilisées uniquement pour vérifier la phase, le raccordement entre les bandes filtrées et la réactivité entre les canaux ou les enceintes (par paire de canaux ou par groupe d'ambiance uniquement).

La somme des signaux émis par l'ensemble des enceintes satellites au niveau nominal doit produire une élévation maximale de 7dB au point d'écoute. Certains textes parlent de 5dB comme valeur statistique. Le canal sub rassemblant le registre grave des canaux satellites doit produire un niveau identique.
On parle ici de bruit filtré et non de fréquences pures ni de programme musical.
Voilà pour la version officielle.

Maintenant, que tu observes des signaux en phase avec un programme ciné ou musique, qui permette de monter à +10 n'est pas impossible (surtout quand on connaît les libertés que s'octroient les studios de mastering).
De même, la mise en parallèle de plusieurs caissons, si elle n'est pas parfaitement contrôlée, peut produire des niveaux de pression élevés, surtout à ces fréquences où les modes et les résonances diverses peuvent devenir un véritable enfer.
La même en parallèle de HP, ajoutant puissance et surface de rayonnement, produit une élévation de +6dB.

Avec tout ça, je suis d'accord.
Mais les procédures d'alignement Dolby n'utilisent que du bruit rose pour la calibration acoustique à 2 exceptions près:
Le raccordement des bandes filtrées s'observe avec un signal sinus vobulé.
Le "Rattle Noise Test" (mise en évidence des vibrations mécaniques de l'acoustique et des HP se fait avec un signal sinus à fréquence glissante.

On trouve d'autres procédures non officielles (en tous cas non Dolby) qui utilisent toutes sortes de signaux, vobulés, filtrés, impulsionnels (analyse acoustique par ex), spécifique à une tâche, une marque ou un appareil. L'inventaire est sans fin.
Avatar de l’utilisateur
Jean-Pierre Lafont
 
Messages: 3203
Inscrit le: 08 Oct 2010, 07:21
Expérience HC: Professionnel

Re: De l'utilité du multi-caisson

Messagepar balthazar » 17 Nov 2010, 19:57

thxrd a écrit:tout le " jeu" au mix consite tout en positionnant éventuellement un instrument grave dans l'espace ( vers la gauche ou la droite par exemple )
pour celà on utilise plusieurs tranches et pistes rien que pour la basse / le pied de GC ect .. et une ou plusieurs pistes dirigeront le son (dont on coupera partiellement les grave) vers la gauche ou la droite .. et une autre tranche aura son pan au centre mais ne laissera passer que le grave ou l'extreme grave ..

Et quand bien même ce ne serait pas fait au mix, ce sera fait au mastering - en tout cas en mix musique, je ne connais pas le mix cinéma.
On ne laissera jamais sortir dans le commerce, à part musiques expérimentales de faible diffusion, des albums avec du grave non-compatible mono.
balthazar
 
Messages: 32
Inscrit le: 16 Nov 2010, 13:50
Expérience HC: Débutant

Re: De l'utilité du multi-caisson

Messagepar thxrd » 17 Nov 2010, 20:15

ben moi ça me semble un peu évident aussi mais je ne mixe pas au cinéma .. mais en tout cas quand je vérifie sur le DVD u BD il semble bien que ce soit pareil ..;
thxrd
 
Messages: 1023
Inscrit le: 29 Oct 2010, 10:03
Expérience HC: Expert

Re: De l'utilité du multi-caisson

Messagepar Jean-Pierre Lafont » 18 Nov 2010, 07:35

thxrd a écrit:tout le " jeu" au mix consite tout en positionnant éventuellement un instrument grave dans l'espace ( vers la gauche ou la droite par exemple )
pour celà on utilise plusieurs tranches et pistes rien que pour la basse / le pied de GC ect .. et une ou plusieurs pistes dirigeront le son (dont on coupera partiellement les grave) vers la gauche ou la droite .. et une autre tranche aura son pan au centre mais ne laissera passer que le grave ou l'extreme grave ..

Non les gars, là vous avez tout faux.
J'imagine les dégats si l'ingé s'amuse par exemple à patcher un même instrument dans plusieurs voies pour le rediriger à sa guise. Roland devrait savoir cela.

J'explique pour les néophytes.
Contrairement à un mixage musique où la phase est peu surveillée (sauf opposition totale bien sûr), le mixeur cinéma a intérêt à garder un oeil critique sur le phase mètre.
A l'époque pas si lointaine du Dolby Stéréo (ProLogic1), les 4 canaux étaient encodés sur une piste optique stéréo (d'où le nom). Les deux canaux matricés s'appelaient lt et rt (left total et right total).
L'encodage était basé sur la phase relative entre les canaux. Exemple: gauche+droite = centre, gauche-droite = surround.
Avant encodage ou après décodage, le mix est toujours compatible mono, bien mieux qu'en musique car la phase est parfaitement contrôlée.

Je me souviens de mixages musique où l'ingé envoyait un instrument sur 3 voies, pan à gauche sur une, pan à droite sur l'autre et au centre sur la dernière. En mixage, la tentation d'égaliser est forte et inévitablement quand le son est distribué sur 3 voies, les 3 égaliseurs peuvent être réglés différemment, soit pour obtenir un effet particulier, soit pour re-équilibrer l'acoustique, soit encore par inadvertance.

Au studio, chez soi, ou dans une voiture le mix sonnait super, avec une excellente compatibilité mono.
Mais quand on l'écoutait dans un audi cinéma, le son prévu à gauche et à droite se retrouvait au centre puis passait brutalement derrière sans que personne ne comprenne que le déphasage produit par des égalisations différentes avait des conséquences lourdes sur la positionnement spatial.
Alors on demandait à l'ingé d'arrêter des c..neries et de refaire son mix avec 1 instrument par voie.

Aujourd'hui, le codage lt-rt n'est pas utile en Dolby digital, mais le mixage doit rester compatible car des milliers de salles sont encore en lecture optique Dolby stéréo. De plus, le décodage des canaux arrière en HC 7.1 utilise le principe du lt-rt.

Donc, en cinéma, on ne doit pas mettre un même instrument sur plusieurs voies. Jamais.
La seule manière d'envoyer un même signal sur plusieurs canaux est la divergence, mais dans ce cas, le gain est compensé. En france (où les consoles ont un nombre de voies physiques limité) cette opération est généralement effectuée au cours de "prémix".

balthazar a écrit:Et quand bien même ce ne serait pas fait au mix, ce sera fait au mastering - en tout cas en mix musique, je ne connais pas le mix cinéma.
On ne laissera jamais sortir dans le commerce, à part musiques expérimentales de faible diffusion, des albums avec du grave non-compatible mono.

Le mastering musique est l'opération qui consiste à transformer un bon mix en bouillie pour les chats. (Réduction de dynamique, re-égalisation sur une écoute fausse, etc). Il suffit d'écouter les ré-éditions pour s'en convaincre. Donc, c'est pas une référence.

En cinéma, le mastering est en principe(1) contrôlé par une instance professionnelle. Vous n'obtiendrez pas le logo Dolby ou THX sans contrôle. L'opération consiste à transcrire sur un autre support, la bande sonore du film en lui conservant toute son intégrité, sans altération de la dynamique, ni égalisation d'aucune sorte. Le gros du travail étant d'introduire les métadonnées, d'encoder les niveaux surround et LFE pour les rendre compatibles avec la calibration HC (la procédure étant différence de celle d'une salle commerciale) et bien sûr l'authoring.
(1) Je dis en principe, car on a vu des petits malins qui s'amusent à bricoler. Ce qui explique en partie certaines différences de dynamique entre VO et VF. Aux USA, on ne laisse pas au coupable l'occasion de le faire deux fois.

Voici une autre de mes consoles cinéma (installée au Canada): Ici, le phasemètre, peu visible, est situé sous le logo. On distingue aussi les deux joysticks automatisés qui permettent des mouvements rapides dans l'espace (1 seul canal à la fois).

Image
Avatar de l’utilisateur
Jean-Pierre Lafont
 
Messages: 3203
Inscrit le: 08 Oct 2010, 07:21
Expérience HC: Professionnel

Re: De l'utilité du multi-caisson

Messagepar Jean-Pierre Lafont » 18 Nov 2010, 19:07

de plus si il s'agit de "bruits" ou d'effets divers ..venant de banque de "sample" le "sample" pourra etre lui d'origine stréophonique et contenir le grave "centré" et le reste du spectre "positionné" ...

Les sons stéréophoniques entrent sur des voies stéréophoniques. Les 4 voies de gauche dans la section master sur la photo. Les graves stéréo (comme les autres fréquences) ne peuvent être centrés qu'en virtuel, c'est d'ailleurs souvent utilisé. Mais il n'y a rien dans le canal centre.

Quand je parlais de "banque", je ne désignais pas une banque de sons, mais l'affectation des canaux. Sur une console cinéma, une banque est un groupe de 6 canaux en 5.1 (8 canaux en 7.1).
L'affectation vers les pistes se fait comme ceci
Bank A : LA-CA-RA-SLA-SRA-SWA
Bank B : LB-CB-RB-SLB-SRB-SWB
et ainsi de suite pour Bank C et Bank D.
On peut aussi avoir 3 ou 4 banques par ingénieur. La photo précédente ne montre qu'un tiers de la console qui possède 3 sections master et 96 voies. Etant équipée de 3 fois 4 banques de 6 canaux chacune, cette console peut enregistrer sur 72 pistes simultanées. J'en ai construit jusqu'à 296 entrées et 96 pistes simultanées, 7.1 Imax, 7m de long + patch séparé 2400 points (Sonolab - Montréal). C'était la plus grosse console en amérique du nord à l'époque.

ça ne fait aucune "bouillie" nulle part ....

Quand je dis bouillie pour les chats, je ne parle pas de Marcus Miller mais d'enregistrements qui ont 60dB de dynamique au mixage et seulement 1,5dB sur le CD.

A part ces petits détails, je suis d'accord avec tout ce qui est écrit dans ton dernier post. Je n'ai jamais dit que les fréquences inférieures à 100Hz étaient localisables.
Avatar de l’utilisateur
Jean-Pierre Lafont
 
Messages: 3203
Inscrit le: 08 Oct 2010, 07:21
Expérience HC: Professionnel

Re: De l'utilité du multi-caisson

Messagepar Jean-Pierre Lafont » 18 Nov 2010, 21:42

Pour envoyer un signal dans L+R et un peu au centre sans extrême grave:
On commute le pan frontal LCR en LR (permutation du pan surround sur mes consoles, d'autres ont un changement de pan direct), on ouvre un peu la divergence, on route sur L,C et R et on insère le coupe bas dans le groupe C.

S'il s'agit d'un son stéréo (sur une voie stéréo), il part directement sur L+R, on ouvre un départ Auxiliaire qu'on envoie sur le groupe C et on filtre le C. Quand le fader est à zéro, les Vu-mètres sont à -3. Après l'ingé peut pousser...
Si ça répond à ta question: Oui, "on peut" le faire, mais il faut "bricoler".

Par contre, la sommation de signaux (graves) en phase dirigés vers le canal sub ne produit pas le même niveau sonore en mode large ou small.
La somme acoustique des enceintes de façade LCR est une somme d'intensités qui répond à 10 log I1/I2.
La somme électrique dans le canal sub est une somme de tensions qui répond à 20 log de V1/V2.

Il peut y avoir un couplage acoustique des enceintes de façade aux basses fréquences, mais pour cela il faudrait qu'elles soient très proches, en line array, ce qui n'est pas le cas.
Normalement, la somme des tensions dirigées vers le sub doit être calibrée (indépendamment du LFE) pour que le niveau acoustique reste le même quand on commute en mode large ou small.

100% d'accord avec le dernier paragraphe de ton post. C'est ça que j'appelle "bouillie pour les chats".
Avatar de l’utilisateur
Jean-Pierre Lafont
 
Messages: 3203
Inscrit le: 08 Oct 2010, 07:21
Expérience HC: Professionnel

Re: De l'utilité du multi-caisson

Messagepar Infinitif » 20 Nov 2010, 13:49

Image
La console est bien à une quinzaine de mètres de l'écran.
Superbe studio de mixage cinéma sur une non moins superbe console Euphonix... :shock:
Infinitif
 
Messages: 51
Inscrit le: 09 Nov 2010, 11:23
Expérience HC: Professionnel

Re: De l'utilité du multi-caisson

Messagepar fetnate » 20 Nov 2010, 14:09

Grand merci à Infinitif pour cette photo, car la on voit de "quoi on parle": un studio de mixage cinéma: perso celà commence à m'aider à appréhender certains propos.

@JPL: je crois que vous avez réalisé une salle THX de référence pour des pros, si on pouvait avoir une photo celà nous aideraient à "voir" la différence entre la salle ou est "fabriqué" le film et la salle idéale (pour THX) ou on doit le visionner.
fetnate
 
Messages: 39
Inscrit le: 16 Oct 2010, 15:41
Résidence: région parisienne
Expérience HC: Amateur éclairé

Re: De l'utilité du multi-caisson

Messagepar yvagagne » 20 Nov 2010, 18:00

Infinitif a écrit:La console est bien à une quinzaine de mètres de l'écran.
Superbe studio de mixage cinéma sur une non moins superbe console Euphonix... :shock:


Et un plafond multi-caissons digne de nos grands châteaux, ce qui (enfin) nous ramène au sujet du post :wink:
yvagagne
 
Messages: 157
Inscrit le: 18 Nov 2010, 19:44
Expérience HC: Amateur éclairé

Re: Studios de mixage

Messagepar Jean-Pierre Lafont » 20 Nov 2010, 19:36

Je n'ai pas de photos de studios de mixage autres que ceux où j'ai installé mes consoles.
En voici quelques uns, mais on voit surtout les consoles.
La qualité des photos est souvent médiocre. Elles ont été prises à la volée. A l'époque, les appareils numériques n'existaient pas, l'éclairage étai sombre... pas facile.

Image
Brasher Sound - Los Angeles

Image.............Image
Astraltech - Montréal Canada........ arrière de la console ouverte

Image
Le fresnoy - Lille

Image
ECPA - Cinéma des armées - Ivry/Seine

Image
Prasad Films - Hyderabad - Inde

Image
Un autre studio à Hyderabad (photo trouvée sur le net).

Image
Dubbing Bros - Studio de bruitage - La Plaine Saint Denis
Les portes, sur le coté servent à créer les bruits.

Image
PCP productions - Boulogne

Image
Sound One - Toronto Canada
Je suis le premier à gauche

Image
Studio des Rocheux - Loiret
La photo ne reflète pas la largeur de l'écran (5m)

Image
PFA medallion - Montréal Canada

Image
Panoramix - Montréal Canada

Image
PM productions - Saint-Ouen

Image
Oscars - JP Lelong
Avatar de l’utilisateur
Jean-Pierre Lafont
 
Messages: 3203
Inscrit le: 08 Oct 2010, 07:21
Expérience HC: Professionnel

Re: Studios de mixage

Messagepar eric » 02 Jan 2011, 14:08

Jean-Pierre Lafont a écrit:
thxrd a écrit:tout le " jeu" au mix consite tout en positionnant éventuellement un instrument grave dans l'espace ( vers la gauche ou la droite par exemple )
pour celà on utilise plusieurs tranches et pistes rien que pour la basse / le pied de GC ect .. et une ou plusieurs pistes dirigeront le son (dont on coupera partiellement les grave) vers la gauche ou la droite .. et une autre tranche aura son pan au centre mais ne laissera passer que le grave ou l'extreme grave ..

Non les gars, là vous avez tout faux.
J'imagine les dégats si l'ingé s'amuse par exemple à patcher un même instrument dans plusieurs voies pour le rediriger à sa guise. Roland devrait savoir cela.

J'explique pour les néophytes.
Contrairement à un mixage musique où la phase est peu surveillée (sauf opposition totale bien sûr), le mixeur cinéma a intérêt à garder un oeil critique sur le phase mètre.
.....


JPL,Je ne suis pas tout a fait "en phase" avec votre phrase, car en mix "musique", la gestion de la phase et de la repartition LR, est traitée avec le meme soin que les gains et equalisations diverses et variées.
nous avons tres souvent les yeux rivés sur le phase metre,puisque generalement, ils sont situes proche des vu/peak des bus de sortie...et les "switch" en ecoute mono sont tres fréquents....sans doute est ce une habitude de "vieux", du a une epoque ou la diffusion TV/RADIO etait en mono...mais c'est ainsi que je bosse, et tout ceux de mon epoque d'ailleurs.
mais,vous avez raison, je m'aperçois que beaucoup de jeunes qui s'amusent avec leurs DAW, en se prenant souvent pour des ingés son, n'inserent jamais de phase metre dans leur bus master !et le pire est qu'ils ne savent, ni entendre un probleme de phase, ni le voir sur un phase metre, ni le corriger !
le passage au numerique, et l'emmergence de home studio, a provoqué de graves dégats theoriques,ainsi que sur la qualitée final des mix..c'est un fait !
donc, non, la recherche et la correction des problemes de phase en prise son/mix musique, sont beaucoup plus important en musique, qu'en diff/mix cinema,
pour ce qui est de la réponse de THXRD,
je pense que ce jour là, il s'est engagé, comme DAVID Vincent, sur une route qu'il n'avait jamais prise auparavant,d'ou cette enorme erreur.il n'a donc pas conscience des degats que sa technique engendrerait sur la phase.

Eric
eric
 
Messages: 18
Inscrit le: 31 Déc 2010, 11:43
Expérience HC: Professionnel

Re: Studios de mixage

Messagepar eric » 02 Jan 2011, 15:57

Le mastering musique est l'opération qui consiste à transformer un bon mix en bouillie pour les chats. (Réduction de dynamique, re-égalisation sur une écoute fausse, etc). Il suffit d'écouter les ré-éditions pour s'en convaincre. Donc, c'est pas une référence.


les ingés mastering musique/cine repondent a des exigences specifiques de la part des majors, et encore plus de la part "des gens normaux" qui se plaignent d'un manque de patate sur un mix ou un film en dvd ;-), car il faut qu'ils montent leur volume pour obtenir le meme niveau que sur le dernier madonna ou le dernier matrix (ce ne sont que 2 exemples au hazard ).
JPL, nous sommes de la meme epoque, et je pense que vous vous souvenez de "Translab", rappelez vous...il y a 25 ans...on cherchait deja a avoir plus de niveau que sur les galettes de nos voisins americains...
avions nous tords ?
"CES mastering lamentables" ( ou bouillis) ou des sinusoides sont transformées en signaux carres, pour atteindre un rms tres/trop élevé sont a proscrire.et
moi aussi,en tant qu'ingé son, cela me fait mal au Q... de voir qu'un autre a detruit mon travail de cette façon.
dans l'art du mastering, il y a les bons, et les charlots...et comme d'habitude, il y a plus de charlots que de tres bons ! c'est comme en acoustique ou dans les studios musique...et ce n'est pas toujours aux USA que les tres bons sont les plus nombreux...l'art du mastering est de ne pas se rendre compte qu'il existe.
en cinema, vous savez aussi que l'usage "non moderé des comp/limiteur" a aussi vérolé ce milieu... ( un bel exemple qu'est le film "Matrix"),et je le regrette tout autant...les ingés cinema compressent et limitent aussi leurs bus de sorti.
mon avis est qu'il y a autant de DVD/BD bouillis que de CD bouillis...et en ce qui concerne les audits, il y a autant de differences entre 2 studios pros musique vs son cinema, et ce malgre toutes les certifications existantes pour le 2eme cas...et dans le cas des ingés cine, combien sont issues du monde musique ? beaucoup ;-) a commencer par Didier L. du studio ou l'on trouve la plus grande console Euphonix du monde...peut etre que ce sont les ingés musique qui ont apportés les comp en cinema ? :doute:
pour en revenir sur les matering "bouillis", moi, je pense plutot que chacun devrait se poser la question essentielle qu'est : serait je en mesure d'apprecier un mix sorti directement de la console, avant d'etre passer dans les mains d'un ingé de mastering ?...
je sais par experiences, que beaucoup rejetteraient la version "brute de pomme" en pensant qu'il y a un bleme sur le CD, pour la simple raison qu'ils devront pousser leur ampli a font pour atteindre leur niveau habituel,et que cela manquera de basse et d'aigue...
ce n'est qu'une question d'education...
eric
 
Messages: 18
Inscrit le: 31 Déc 2010, 11:43
Expérience HC: Professionnel

Re: Studios de mixage

Messagepar Nexus.6 » 04 Jan 2011, 16:52

eric a écrit:je sais par experiences, que beaucoup rejetteraient la version "brute de pomme" en pensant qu'il y a un bleme sur le CD, pour la simple raison qu'ils devront pousser leur ampli a font pour atteindre leur niveau habituel,et que cela manquera de basse et d'aigue...

Et oui... j'écoute avec plus d'attention les quelques CD enregistrés à faible niveau que j'ai. Je me dis qu'il doit y avoir moins de compression. Quoi que l'on doit pouvoir compresser et enregistrer à faible niveau :???:

Je remarque que les premiers CD des années 80 étaient à un niveau d'enregistrement plus faible que ceux de maintenant. Parce que les ingénieurs du son mixaient avant pour des 33T?
Avatar de l’utilisateur
Nexus.6
 
Messages: 219
Inscrit le: 10 Oct 2010, 18:11
Résidence: Toulouse
Expérience HC: Amateur passionné

Re: Studios de mixage

Messagepar Jean-Pierre Lafont » 04 Jan 2011, 18:34

En ce qui concerne la musique, il n'y a pas de norme absolue pour le niveau de lecture ni pour le niveau de gravure. Donc chacun fait ce qu'il veut.
Pour moi, il n'est pas question d'un niveau faible ou fort. Ce qui m'intéresse, c'est la dynamique, c'est à dire la différence entre un les sons faibles et les sons fort dans un même morceau ou dans une même phrase musicale.
On peut comparer la dynamique au contraste de l'image. Les CD d'aujourd'hui ressemblent à des DVD dont l'image serait toute blanche. Je ne vois pas l'intérêt.

Heureusement, en cinéma, il y a des normes strictes. En principe, je dis bien en principe, le transfert d'un film sur DVD ou BD ne supporte pas la moindre modification, compression, égalisation, etc.
C'est totalement interdit par les organisations professionnelles.
Un prestataire qui autorise cela doit être banni et un ingénieur qui le fait doit être viré.
Je sais qu'en France il existe des gougnafiers qui n'ont rien à faire dans ce métier.
C'est une des raisons pour lesquelles je n'achète les films étrangers qu'en version originale non compressée (région1).

On ne joue pas avec ça. Dans l'esprit, c'est criminel. La seule personne qui a le droit d'intervenir, est le réalisateur.
Par exemple, après avoir réalisé Abysse, James Cameron a jugé que l'eau des profondeurs était trop grise. Il a demandé qu'une dominante bleue soit ajoutée sur la version DVD et BD.

Un DVD estampillé THX est vérifié à chaque étape de sa fabrication et les modifs ne sont pas possibles.
Avatar de l’utilisateur
Jean-Pierre Lafont
 
Messages: 3203
Inscrit le: 08 Oct 2010, 07:21
Expérience HC: Professionnel

Re: Studios de mixage

Messagepar eric » 04 Jan 2011, 19:37

Jean-Pierre Lafont a écrit:En ce qui concerne la musique, il n'y a pas de norme absolue pour le niveau de lecture ni pour le niveau de gravure. Donc chacun fait ce qu'il veut.
Pour moi, il n'est pas question d'un niveau faible ou fort. Ce qui m'intéresse, c'est la dynamique, c'est à dire la différence entre un les sons faibles et les sons fort dans un même morceau ou dans une même phrase musicale.
On peut comparer la dynamique au contraste de l'image. Les CD d'aujourd'hui ressemblent à des DVD dont l'image serait toute blanche. Je ne vois pas l'intérêt.

tout dependra du style de la musique ....en ce qui concerne la musique boomboom des djeuns, ou hard rock genre metalica, oui,et c'est tristement vrai, mais pas dans le jazz, ni le classique.
dommage d'en faire une generalité...

le transfert d'un film sur DVD ou BD ne supporte pas la moindre modification, compression, égalisation, etc.
C'est totalement interdit par les organisations professionnelles.

ce n'est pas dans cet interval que le mix est compressé, mais lors du mix lui meme.toutes les consoles numeriques actuelle dédiées post prod,cine, permettent l'insertion de comp multicanaux...ce qui ecrasera la dynamique, mais permettra un gain rms superieur.

Je sais qu'en France il existe des gougnafiers qui n'ont rien à faire dans ce métier.

pas qu'en France...désolé...tout ça me rapelle l'epoque ou les artistes allaient aux states, tandis que les ricains venaient a guillaume tell,au palais... ou lorsque moi, le petit frenchi, je faisait des prods en France, censées etre bristish, et on me donnait un pseudo bien de labas ,pour faire la blague...alors, les gougnafiers, ce n'est pas a cet endroit ( dans les studios musique ) qu'on en trouve le plus, mais bien au depart de la source ;-)

On ne joue pas avec ça. Dans l'esprit, c'est criminel. La seule personne qui a le droit d'intervenir, est le réalisateur.


si vous saviez combien de fois j'ai entendu ce genre de discours de la part de directeurs artistiques, ou des arrangeurs/realisateurs...et qui apres s'etre aperçu qu'ils avaient tord, rejetaient la faute sur le studio dans lequel le travail avait ete fait, et sous leurs ordres/conseils.
mais bon, nous sommes 100% d'accord sur le fond...et j'ajouterai juste que si en plus les ingés son musique etaient tous musiciens, ils laisseraient un peu plus de place a la musique :-), au lieu de chercher a obtenir max de rms...donc oui, nous sommes bien d'accord.
mais je trouve qu'il serait plus sage de ne pas mettre tout le monde dans le même panier...

au fait, j'ai aussi accompagné divers artistes en tant que bassiste, et egalement participé a d'autres seances que les miennes...ceci expliquera sans doute mon refus de trop booster mes mixs.

concernant les normes... c'est simple à verifier...il suffit d'aller dans 3 cinemas certifies pour ce rendre compte tres vite que l'on aura jamais le meme son dans les 3...donc qui se trompe ? toujours le projectioniste of course...
eric
 
Messages: 18
Inscrit le: 31 Déc 2010, 11:43
Expérience HC: Professionnel

Re: Studios de mixage

Messagepar Jean-Pierre Lafont » 04 Jan 2011, 20:04

concernant les normes... c'est simple à verifier...il suffit d'aller dans 3 cinemas certifies pour ce rendre compte tres vite que l'on aura jamais le meme son dans les 3

Pour aller dans 3 cinémas certifiés il faut faire quelques centaines de kilomètres (surtout si on veut voir le même film pour comparer) et avoir la mémoire auditive d'un éléphant !
(encore que je connaisse pas bien les éléphants).
car il n'existe aucune salle certifiée (accessible au public) en région Parisienne.
Avatar de l’utilisateur
Jean-Pierre Lafont
 
Messages: 3203
Inscrit le: 08 Oct 2010, 07:21
Expérience HC: Professionnel

Re: Studios de mixage

Messagepar eric » 04 Jan 2011, 20:31

c'est vrai pour mr tout le monde,mais pas pour moi...car quand je suis dans un audit son certifie a boulogne, et qu'ensuite je vois mon film au pathe d'a cote,c'est loin d'etre pareil.
a qui la faute ? l'authoring ? la certification ( non thx ,je vous rassure )...
eric
 
Messages: 18
Inscrit le: 31 Déc 2010, 11:43
Expérience HC: Professionnel

Re: Studios de mixage

Messagepar Jean-Pierre Lafont » 04 Jan 2011, 20:57

C'est tout à fait possible mais quel crédit peut-on donner au Pathe d'à coté ?
Les gens de Dolby font ce qu'ils peuvent mais ils ne peuvent pas être partout quand il le faudrait.
Dans la mesure où les exploitants font ce qu'ils veulent, les techniciens certifiés deviennent des gendarmes au lieu d'aider.
Avatar de l’utilisateur
Jean-Pierre Lafont
 
Messages: 3203
Inscrit le: 08 Oct 2010, 07:21
Expérience HC: Professionnel

Re: Studios de mixage

Messagepar Jean-Pierre Lafont » 06 Jan 2011, 18:16

rien n'est transparent dans un audit pro cine,ou dans un studio musique...que ce soit des monitors,des conv,des amplis,des consoles, ainsi que leurs acoustiques...chaque marque,chaque lieu,a une propre signature...ce qui se ressentira sur le mix final d'ailleur...

Une console doit être transparente. Peu le sont.

Une console transparent c'est une console dont la réponse en fréquence s'étend de 10Hz à 150kHz +/-1dB.
(valeur mesurée en traversant le préampli ligne, l'égaliseur en by-pass, le fader, la section panoramique, l'affectation des groupes, les bus de mixage, les mélangeurs , lesétages de sortie, la récupération au patch du signal puis réinjection dans la section monitor, le fader monitir, l'affectation vers les enceintes et enfin la sortie monitor.
Je ne connais que deux consoles capables de cette performance: la Focusrite Isa et la Panoramix.

Les autres consoles sont typées ce qui est inadmissible dans un sens, excusable dans un autre.
Si on prend la console comme un outil d'enregistrement, il est essentiel qu'elle soit neutre et transparente.
Si on la considère comme un effet, tout est permis.

Il y a une vingtaine d'années, j'étais en contact avec un studio Lyonnais pour leur fournir une console. Un jour, j'ai appris qu'ils avaient opté pour une autre marque. Quand je leur ai demandé pourquoi, ils m'ont répondu:
Nous, on fait de la musique rock, on cherche un son Anglais. Votre console est bien pour la musique classique ou le Jazz, mais elle n'a pas de grain, elle ne répond pas à ce qu'on cherche.

Evidemment, vu comme ça on comprend que les consoles peuvent avoir un son différent. Mais pour moi, ça reste une aberration totalement incompréhensible.

Eric, vous vous certainement eu l'occasion d'aligner des magnétophones professionnels. En mettant de coté la pré-magnétisation et le record level, avez vous cherché à créer une courbe de réponse particulière ? avec un trou à 5000 ou une bosse à 10000 par exemple ?
Pouvez vous dire à l'oreille si une musique a été enregistrée sur un Studer, un 3M ou un MCI ?
Non, on demande à un magnétophone d'être transparent.
C'est la même chose pour un micro, une console ou une enceinte.... enfin...ça devrait :???:
Avatar de l’utilisateur
Jean-Pierre Lafont
 
Messages: 3203
Inscrit le: 08 Oct 2010, 07:21
Expérience HC: Professionnel

Suivant

Retour vers Méthodes

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant actuellement ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité

cron