Mesure des corrections actives d'un ampli

Egaliseurs, DSP

Re: Mesure des corrections actives d'un ampli

Messagepar JIM » 14 Juin 2016, 21:34

sauf exception... est ce que 10 Cloverfield lane en faisait justement partie ou non ?


Non, repas entre 34 et 38min, dialogue assez fort avec le bruit de ventilation basse fréquence qui ajoute cette atmosphère pesante, excellent.
A 38min, ça gueule mais je ne trouve pas ça agressif plus qu'il ne le faut (pas de gêne), juste en accord avec l'image.

Sur certains film assez vieux, je trouve le son parfois agressif mais c'est très rare.
Taxi Driver revu hier en VO, à 6m30, je trouve que c'est trop fort, j'ai baissé à -5dB.

ps : Effectivement, 0dB tout court :wink:
JIM
 
Messages: 719
Inscrit le: 27 Juil 2011, 16:50
Expérience HC: Amateur passionné

Re: Mesure des corrections actives d'un ampli

Messagepar thxrd » 14 Juin 2016, 23:36

Je regarde cet extrait
Mais les 120 dB sont en relation directe avec les 15 dB de trop ..
Ou le dialogue seul couvre tout le reste en etant 15 dB trop fort .. ( jamais entendu ca )

ou le peak max de C est monté de 15 dB donc amene la valeur peak à 120 dB .. En partant d'une calibration avec bruit normalisė

C'est en relation avec le fait que votre analyse mesure le canal central complet ..
Il n'y a pas 36 solutions .. Si on a C 15 dB de trop , on a 15 dB de trop
thxrd
 
Messages: 1012
Inscrit le: 29 Oct 2010, 10:03
Expérience HC: Expert

Re: Mesure des corrections actives d'un ampli

Messagepar jhip » 15 Juin 2016, 07:46

thxrd a écrit:Ou le dialogue seul couvre tout le reste en etant 15 dB trop fort .. ( jamais entendu ca )


Non justement, la situation, de ce que j'en comprends, est celle ou le dialnom aurait du être réglé à + 15dB mais qu'il n'en n'est rien.
Dernière édition par jhip le 15 Juin 2016, 07:57, édité 1 fois au total.
jhip
 
Messages: 106
Inscrit le: 06 Juin 2016, 10:35
Expérience HC: Amateur passionné

Re: Mesure des corrections actives d'un ampli

Messagepar jhip » 15 Juin 2016, 07:57

Deux questions pour JPL :
Est ce que "philosophiquement" parlant, le dialnorm devrait être évité au cinéma puisqu'il réduit la dynamique possible au dessus du niveau des voix ? (et ne devrait être que cantonné aux programmes TV pour gérer les coupures pub).
Est ce que le dial norm peut être négatif ? (je ne crois pas, mais j'aimerai être sur, car cela impliquerai potentiellement des niveaux supérieurs à 105dBC)
jhip
 
Messages: 106
Inscrit le: 06 Juin 2016, 10:35
Expérience HC: Amateur passionné

Re: Mesure des corrections actives d'un ampli

Messagepar thxrd » 15 Juin 2016, 17:06

Alors , je me suis ecouté et j'ai mesuré les 2 h d'extrait que vous m'avez envoyé
Procedure :
Etalonnage à 75 dBC depuis le bruit bande etroite de calibration en zone d'ecoute( sonometre à 9m )
de l'enceinte centrale
Seul le canal central etait actif puisqu'il s'agissait de mesurer entre autres le niveau des dialogues
Le sonometre à ete verifié avant mesure ( calibrateur )
La mesure est faite en mode "fast " et avec memoire des peaks .
Ce que je suppose etre l'equivalent du dial' norm dans VLC etait enclenché
Il ressort ceci :
Le plus haut peak de modulation trouvé ( bruit à spectre tres large avec forte une impulsion dans le grave ) est à 104.4 dBC ( tout les autres etait en dessous de 99 dB sauf 1 à 101,3dB )

Dans les parties de dialogue "seules " sans bruit annexes , le plus haut peak trouvé , mais on ne peut dire dire que c'est rêellement du dialogue car il crie ultra fort est à 93 dB C ..une seule fois et c'est un pic qui ré analysé apres en spectre est ultra court
Tout' autres peak tres forts de voix ( ou ca cri fort en fait , ce n'est pas réellement non plus du dialogue habituel/ ne depasse pas 86 dB C
La valeur "moyenne " sur 6/7 mn de dialogue "normal" ( sans que ca crie ) oscille entre 64 et 81 dB
Plage assez large . car les voix et les intonations sont tres variables et un peu "forcées " par les acteurs

Mais rien que de tres normal ..
C'est un film avec qqs cours passages voix qui en fait sont des "cris " ,mais .. ca reste dans'les clous
On raisonne en "peak " .. Quand un mec hurle comme il le fait , on est plus dans une notion de "dialogue "

En tout cas aucune dureté / aucune disto /et auditivement la proportion sonore du dialogue sur le reste est parfaitement equilibrée ( et ca devait pas etre si facile avec les passages de cris ..)
Donc comme je le dit depuis le debut , le probleme est ailleurs
L'analyse en spectre à l'analyseur explique d'ailleurs un peu pourquoi / qqs passages en zone tres medium avec des bruits qui au naturel sont stressant / plusieurs passages avec des zones de spectres tres riches dans le medium aigu ..et beaucoup beaucoup de dialogue sans rien d'autre
Si on a pas une enceinte ultra equilibré et ultra parfaite dans'la zone voix et ayant plus de 90dB/w/m ( nettement plus ) et une acoustique correcte et le tout accompagné d'un ampli avec une forte reserve de puissance ..
Sur ce genre de spectre ....
Ca passera pas auditivement.. ( j'ai ré écouté avec une enceinte lamba . mais de grande marque et pas du bas de gamme hifi en tentant le meme niveau !!
1) ecoute agressive et desequilibré ( voix sur les cris totalement insupportable ) et j'ai evité d'insister car on parle de 9 m de distance et le niveau demandé etait hors de porté de matos hifi ..

C'est l'exemple type d'une bande son excellente / mais difficile à reproduire
Les valeurs de niveau dialogue ou autres n'ayant rien à voir la dedans ..
Il faut retenir que quand on analyse des niveaux il faut retenir des temps d'integration normalisés
Si on'regarde avec un soft qui analyse un spectre ou analyseur wave .. On pourra toujours trouvez un sommet de crete à des valeurs très élevées
La mesure doit se faire en respectant les ponderations frequencielles et temporelle
courbe C pour ce qui nous interesse ..
En temporel on a 3 choix de base
Slow ( 1s ) ( S )
Fast ( 0.125s ) ( F)
Impulse ( 0.035 s ) ( I )
Fast est representatif de ce qui est "entendu " sur un spectre standard ..
Dans'le cas present , l'analyse avec l'analyseur wave ,adobe ou autre est interressante mais pas conforme
Thxrd
thxrd
 
Messages: 1012
Inscrit le: 29 Oct 2010, 10:03
Expérience HC: Expert

Re: Mesure des corrections actives d'un ampli

Messagepar jhip » 16 Juin 2016, 23:15

thxrd a écrit:Alors , je me suis ecouté et j'ai mesuré les 2 h d'extrait que vous m'avez envoyé


Mince, je n'avais pas réalisé qu'en vous envoyant la piste, vous alliez la parcourir en totalité. j'aurais du vous préciser un timing, j'en suis désolé.

thxrd a écrit:Etalonnage à 75 dBC depuis le bruit bande etroite de calibration en zone d'ecoute( sonometre à 9m )


cela m'interpelle, c'était une vérif, ou habituellement vous la calibrez autrement ?

thxrd a écrit:La valeur "moyenne " sur 6/7 mn de dialogue "normal" ( sans que ca crie ) oscille entre 64 et 81 dB


Ok. Reste à savoir la plage d'autres films. Sans vouloir abuser de votre temps, Je vous enverrai 2 minutes d'un film mixé par Gary Rydstrom que je vénère particulièrement (je pense à Hantise à cet instant dont j'ai checké le spectre du LFE recemment)

thxrd a écrit:On raisonne en "peak " .. Quand un mec hurle comme il le fait , on est plus dans une notion de "dialogue "


100% d'accord

thxrd a écrit:En tout cas aucune dureté / aucune disto /et auditivement la proportion sonore du dialogue sur le reste est parfaitement equilibrée ( et ca devait pas etre si facile avec les passages de cris ..)


Je comprends votre phrase, et elle est vraie. Cependant, avec des dialogues qui n'a rien d'une dispute, le fait que des paroles calmes dépasse le 80dB SPC me perturbe. Meme sans dureté cela va plus fort que la réalité, c'est donc "trop" fort de mon point de vue. C'est comme de ce post de JPL où il expliquait que le seul référent à la réalité en terme de niveau sonore était bien la parole à 70dB (je cite de mémoire, JPL corrigez moi si je me trompe). J'ai même posé un sonomètre ce WE sur la table du repas, histoire de voir "à combien on parle"

thxrd a écrit:C'est l'exemple type d'une bande son excellente / mais difficile à reproduire


Je suis beaucoup plus nuancé. J'imagine aussi ce que vous avez enduré à vous taper 1h40 de bande son sans image.. désolé encore une fois.
Le coup de l'accident de voiture, au début, entrecoupé de bref silence pour passer les panneaux titres fait son effet assurément.
Mais par la suite, le fait de placer les voix si forts, et donc tout le mix pour ne pas le déséquilibrer, fait que les pics sonores sont moins dynamiques, car l'oreille était déjà plus sollicité.

Dans la même style de problème, cela me fait penser à ce post de JPL ou il évoque la dynamique tassée sur les CDs ; http://www.homecinema-fr.com/forum/acoustique-correction-passive/l-acoustique-du-home-cinema-pour-les-neophytes-t29929274-120.html ,Phénomène qui n'est plus cantonné au CD, à en voir l'envelope du signal de MadMax Fury Road...
jhip
 
Messages: 106
Inscrit le: 06 Juin 2016, 10:35
Expérience HC: Amateur passionné

Re: Mesure des corrections actives d'un ampli

Messagepar wakup2 » 17 Juin 2016, 09:50

JPL disait

Ecoutez les dialogues de plusieurs films. Ils doivent se ranger dans une plage comprise entre 70 et 80dB ou 74 et 84dB selon le type de conversation et le passage du film.


ca à l'air complètement dans les clous
wakup2
 
Messages: 50
Inscrit le: 13 Oct 2010, 22:08
Expérience HC: Amateur passionné

Re: Mesure des corrections actives d'un am

Messagepar thxrd » 17 Juin 2016, 11:23

La calib faite est juste une verif avant test ...
En principe mon repere sur l'afficheur du trinnov ( ou sur le retour ecran crestron ) est a 85 dB pour ce point d'ecoute ( donc 75 dB depuis le bruit de test )

Pour les dialogues , non ce n'est pas trop fort tant que ca ne crie pas .. Le niveau "moyen" reste faible
La comparaison avec une voix naturelle qui serait entendue à 9 m dans'la meme salle est en fait pas vraiment possible .. Car on est dans une " action" de film ..
Mais vous seriez etonné , j'ai deja fait cette comparaison , et dans la quasi totalité des cas , quand le dialogue est normal et n'est pas lié à une action importante du film on est dans les memes niveaux..
Au theatre ou dans un film lors d'action l'acteur "force " toujours un peu ..
Evidemment dans une grande salle ..le point de calibration ne peut etre bon partout dans'la salle !!
Si sur une salle de 30 m de profondeur de sieges je cale 85 dB à 15 m ( par exemple ) ..
Le premier siege sera bien trop fort et le dernier 5 dB en dessous .. ( d'ou des procedures bien'definies )
9 m chez moi est la rangée milieu .. D'ou ce choix ..
Le peak max en niveau ( 104.5 ) est vers la fin ( vers 85/90% ) c'est un pic de grave court melé à plein de bruit )
Tjxrd
thxrd
 
Messages: 1012
Inscrit le: 29 Oct 2010, 10:03
Expérience HC: Expert

Re: Mesure des corrections actives d'un ampli

Messagepar jhip » 19 Juin 2016, 07:21

Ecoutez les dialogues de plusieurs films. Ils doivent se ranger dans une plage comprise entre 70 et 80dB ou 74 et 84dB selon le type de conversation et le passage du film.


Est ce que dans le second cas, le dialnorm devrait être réglé à +4dB ?
jhip
 
Messages: 106
Inscrit le: 06 Juin 2016, 10:35
Expérience HC: Amateur passionné

Re: Mesure des corrections actives d'un ampli

Messagepar thxrd » 19 Juin 2016, 08:21

Devra etre reglé à xx dB ??
Vous avez acces a la calibration du dial norme ??
thxrd
 
Messages: 1012
Inscrit le: 29 Oct 2010, 10:03
Expérience HC: Expert

Re: Mesure des corrections actives d'un ampli

Messagepar jhip » 19 Juin 2016, 10:28

non bien sur (sauf à magouiller dans le fichier bien sur).
Je me posais la question de pourquoi JPL donnais 2 plages et non une seule du type 70 à 84dB...
jhip
 
Messages: 106
Inscrit le: 06 Juin 2016, 10:35
Expérience HC: Amateur passionné

Re: Mesure des corrections actives d'un ampli

Messagepar thxrd » 19 Juin 2016, 12:22

Je n'ai lu le post de JP sur ce sujet
thxrd
 
Messages: 1012
Inscrit le: 29 Oct 2010, 10:03
Expérience HC: Expert

Re: Mesure des corrections actives d'un ampli

Messagepar Jean-Pierre Lafont » 04 Juil 2016, 09:56

thxrd a écrit:Difficile d'estimer qqs chose d'apres cette visu .. Et le dial norm est important ..
Si on un dialogue sur C avec des explosions et des ambiances tres fortes partout .. , le niveau du dialogue pour rester audible devra etre plus fort ..
Je ne sais pas donner un avis d'apres cela
Jean pierre peut etre ??
Thxrd

L'estimation subjective des niveaux sonores est un sujet délicat. Rien ne peut être plus trompeur que la sensation que l'on a d'un niveau en regard de sa valeur réelle. Le sonomètre et l'analyseur d'enveloppe n'ont pas une grande utilité dans ce domaine. D'abord ils ne sont pas fait pour ça et ils n'intègrent pas les paramètres physiologiques, psychologiques et temporels.
Néanmoins, voici quelques pistes pour vous aider à vous faire une idée.

Etat des lieux concernant la mesure des niveaux sonores.
Quand la SNCF ou la DGCA mesure la nuisance occasionnée par le passage des trains ou des avions, elle mesure le niveau moyen pondéré A sur une période de 1 heure, 24 heures ou une même une semaine. Cela signifie que si un train produit un niveau de 100dBA durant 1 minute lors de son passage toutes les heures dans un environnement calme à 30dB le niveau sonore retenu pour exprimer la nuisance sera grosso-modo 59x30dB + 1x 100dB divisé par 60, c’est-à-dire 31,16dB. En réalité la méthode de calcul est plus complexe mais le résultat reste à peu près du même ordre. Mais ce sont bien les 100dB qui vous réveillent à chaque heure de la nuit.
De plus la pondération A utilisée est faite pour les bas niveaux et établie à partir de signaux sinusoïdaux d’après les courbes d’isosonie de Fletcher & Munson affinées pour devenir l’ISO-226. Le ministère des transports considère sans doute que le bruit des trains, des avions et des autoroutes est un signal sinusoïdal à bas niveau. Bref, vous avez compris où se cache l’escroquerie.

La mesure de la moyenne des niveaux sur une période de temps s’appelle Leq (L pour niveau (Level) et eq pour équivalent) suivi d’une lettre indiquant la pondération et d’un nombre qui exprime la durée en minutes. Exemple : Leq (A-60).
On pourrait mesurer le niveau sonore des films de la même façon mais cela n’aurait pas de sens. Un film peut être calme pendant 90 minutes et devenir extrêmement bruyant durant les 20 dernières minutes. Le niveau Leq moyen sera bas mais les quelques spectateurs restés jusqu’à la fin du film sortiront très mécontents. Heureusement, les professionnels du cinéma sont moins pervers que nos administrations.

La sensation subjective du niveau sonore n’est pas seulement une évaluation en décibels. Deux programmes sonores de même contenu peuvent afficher des niveaux identiques et être perçus avec des niveaux sonores très différents. Il suffit qu’une compression dynamique soit appliquée à un des deux programmes pour apparaître plus fort.

La diffusion des programmes télévisuels fait l’objet d’une réglementation apparue en 2010 et régulièrement renforcée au fil des années. La recommandation ITU-R BS1770-2 propose un algorithme qui détermine le niveau de Loudness (Bruyance en français). La mesure inclut un filtre de pondération K qui privilégie les aigus pour tenir compte de la fréquence d’échantillonnage (48kHz) et des dimensions de la tête (+4dB à partir de 2kHz). Elle prévoit également deux seuils, l’un fixe à -70dB et l’autre relatif, 10dB en dessous du niveau de bruyance établi par le premier. L’unité est le décibel LKFS (Loudness K weighted Full Scale). https://www.itu.int/dms_pubrec/itu-r/re ... !PDF-E.pdf

La recommandation EBU R-128 inspirée de l’ITU R1770-2 définit un niveau cible à -23 dB LUFS ± 1dB (Loudness Units relative to Full Scale) et un niveau crête à -1dB TP (True Peak).
Enfin, en France la CST (Commission Supérieure Technique de l’image et du son) a édité la recommandation RT-017 basée sur l’EBU R-128. La valeur cible du Loudness intégré sur l’ensemble du programme est la même (-23 LUFS ± 1dB). Le niveau d’écoute aligné sur un bruit rose à -18dBFS est de 74 dBC sur chaque canal, excepté le canal LFE diffusé à 78dBC. http://www.ficam.fr/IMG/pdf/cst_-_rt_01 ... v3.0-2.pdf
Les deux paragraphes précédents s’adressent à la télévision, pas au cinéma qui possède un niveau de d’écoute et une pondération différents.

Le cinéma n’utilise pas les pondérations A, ou K mais une courbe plus représentative des bruits transitifs, dérivée de la norme CCIR-468 (1953) devenue ITU-R-468 et adaptée par Dolby pour le cinéma. Cette courbe (ARM pour Average Response Meter) ressemble à l’ITU-R468 atténuée de 5,9dB pour s’adapter au niveau de référence des salles. Elle tient compte de la nature des sons extrêmement divers contenus dans les films avec leurs spécificités (grondements, explosions, impacts, etc) et reflète bien le ressenti des spectateurs. Plus communément on parle de courbe « m » pour movie.

Image

La méthode de mesurage du niveau sonore des films est dérivée de la procédure TASA (Trailers Audio Standard Association) établie pour contrôler le niveau des bandes annonces. Les bandes annonces reflètent généralement les moments forts des films qui sont souvent les passages les plus bruyants. De surcroît, les responsables des services de promotion veulent que la bande impressionne, alors ils augmentent encore le niveau sonore. Ceci a conduit progressivement à des abus de moins en moins acceptés par les spectateurs. Aux Etats-Unis l’organisme de régulation est la MPAA (Motion Picture Association of America).
http://www.tasatrailers.org/whatis.html

La TASA a tenu sa première réunion en Août 1997. L'intention était de mesurer et de contrôler le niveau des bandes annonces. L'association a adopté la procédure de mesure Leq(m) pour formaliser la procédure de contrôle. http://www.tasatrailers.org/leqm.html
En Juin 1999, la MPAA a officiellement commencé les contrôles et depuis cette date, aucune approbation n’a été donnée à une bande annonce sans certification TASA.

Le niveau maximal initial de 87 dB Leq (m) a été abaissé en deux étapes pour atteindre 85 dB Leq (m) en 2001 qui reste aujourd'hui le niveau de référence pour les films et pour le cinéma numérique.
Si on compare avec les années 1996 et 1997 où les bandes annonces atteignaient 92 à 93 dB Leq (m), cela signifie que les niveaux les plus élevés sont aujourd'hui 8 dB plus silencieux depuis que le contrôle TASA a été introduit. Plus de 6.000 bandes annonces américaines (2015) ont suivi la procédure d'approbation TASA. Le processus a été adopté par plusieurs organismes nationaux de normalisation et par l'Organisation internationale de normalisation.
http://www.tasatrailers.org/TASAStandard.pdf
http://www.tasatrailers.org/meter.html

La procédure TASA est maintenant bien établie mais il manque un élément : il n’existe pas de méthode établie pour déterminer l'intensité sonore subjective d'un long métrage entier. Il a été suggéré qu'un Leq (moyenne à long terme) pourrait être utilisé. Cela ne fonctionne pas pour les raisons évoquées précédemment.

Le but est de ne pas influencer le résultat final d’aucune façon par le contenu de bas niveau. Par exemple, la différence entre un dialogue calme et une atmosphère calme doit avoir un effet minime. L’intérêt n’est donc pas de retenir les impulsions brèves mais de mesurer les niveaux forts soutenus pendant une période prolongée.

On a donc considéré l'idée de mesurer le Leq (m) sur les 10 minutes précédant chaque instant du film. Cependant, il n’est pas très utile de dire par exemple que, à 23 min, le Leq (m10) pour les 10 minutes précédentes était de 85 dB. Alors, on additionne toutes les lectures Leq (m10) prélevées à une fréquence d'horloge donnée constante, puis on divise la somme par la durée du film.

Image
La valeur n'est pas celle du dernier échantillon, mais la moyenne des 10 minutes précédentes.

La méthode d’acquisition (encore expérimentale) est la suivante :
1- On prélève le signal à la sortie du DCP et on applique la pondération M (Movie) à chaque canal. Le canal LFE n’est pas inclus dans la mesure.
2- Un échantillon est prélevé toutes les 750 millisecondes pendant toute la durée du film.
3- Pendant les 10 premières minutes les données montrent une lecture Leq conventionnelle.
4- A partir de 10mn, les échantillons des 10 minutes précédentes sont comptabilisés de manière séquentielle avec un chevauchement. La dernière lecture est prise lors de la dernière image de l'action et le niveau de départ de chaque nouvel Leq est la valeur moyenne des 10 minutes précédentes.
5- Pour comptabiliser uniquement les niveaux forts à l’intérieur d’une période de 10 minutes, on a défini un seuil. Initialement choisi à 85dB le seuil a été abaissé à 80dB pour rapprocher la mesure du ressenti réel.

Ainsi on obtient un indice correspondant à la somme des niveaux soutenus moyennés sur 10 minutes tout au long du film au-dessus d’un seuil fixé à 80dB.

Cet indice est un outil de comparaison rapide du niveau sonore prolongé présent dans les films. Par exemple, le film le plus bruyant mesuré à ce jour est Veer-Zaara (2004) avec 635 unités de bruyance supérieures à 80dB https://fr.wikipedia.org/wiki/Veer-Zaara

Remarque importante: Comprenez bien qu'il peut y avoir des pics à 105dB ou davantage qui n'apparaissent pas dans les graphes car chaque niveau est la moyenne des 10 minutes précédentes. Ceci est fait pour correspondre au ressenti des spectateurs. L'expérience montre que les niveaux forts ne constituent pas une gêne quand sont relativement courts (1 à 2 minutes par exemple).

Image Veer Zara
Image Mission Impossible 3
Image American Sniper

Liste comparative de quelques films (en unités de bruyance):
- Veer Zaara: 635
- Mission impossible: 396
- Transformers 2: 367
- Transformers 1: 296
- The Hobbit 3: 225
- Master & commander:185
- Bolt (1994): 115
- Un cœur invaincu: 69
- Gran Torino: 4
- L’ami Allemand: 4
Dernière édition par Jean-Pierre Lafont le 04 Juil 2016, 11:52, édité 5 fois au total.
Avatar de l’utilisateur
Jean-Pierre Lafont
 
Messages: 3200
Inscrit le: 08 Oct 2010, 07:21
Expérience HC: Professionnel

Re: Mesure des corrections actives d'un ampli

Messagepar jhip » 04 Juil 2016, 10:25

Un grand merci
- pour la somme d'informations délivrées ici (j'espère que chaque message de ce type n'est qu'un extrait de votre futur livre...)
- pour votre compréhension du problème que je soulève.

Donc il y a bridage sur les bandes annonces mais pas des films.

Jean-Pierre Lafont a écrit:On a donc considéré l'idée de mesurer le Leq (m) sur les 10 minutes précédant chaque instant du film


En l'occurence, le "on", c'est qui ou quoi ?
Les mesures du bas de votre post, ce sont des mesures personnelles suivant ce protocole ? ou il y a une base de donnée dans un organisme ?
Après que certains films aient un indice haut, cela ne me choque pas si c'est proportionné à l'action.
Pour en revenir à l'exemple que j'évoquais (10 cloverfiel lane), j'ai juste l'impression que le dialnorm est sous évalué. (je suis d'accord avec Roland qu'un gros système peut le reproduire sans distorsion, mais là n'est pas le problème pour moi).

Ecoutez les dialogues de plusieurs films. Ils doivent se ranger dans une plage comprise entre 70 et 80dB ou 74 et 84dB selon le type de conversation et le passage du film.

Cette question là reste en suspens néanmoins, pourquoi deux plages ?
jhip
 
Messages: 106
Inscrit le: 06 Juin 2016, 10:35
Expérience HC: Amateur passionné

Re: Mesure des corrections actives d'un ampli

Messagepar Jean-Pierre Lafont » 04 Juil 2016, 11:01

Voir edit du post précédent.

jhip a écrit:
Jean-Pierre Lafont a écrit:On a donc considéré l'idée de mesurer le Leq (m) sur les 10 minutes précédant chaque instant du film

En l'occurence, le "on", c'est qui ou quoi ?
Les mesures du bas de votre post, ce sont des mesures personnelles suivant ce protocole ? ou il y a une base de donnée dans un organisme ?

Source SMPTE. Cette information est normalement confidentielle. Je n'en dévoile qu'une courte partie.

Image

Après que certains films aient un indice haut, cela ne me choque pas si c'est proportionné à l'action.

Je vous garantie que 20 minutes à +100 dB, c'est insoutenable. Lisez bien la remarque au dessus des graphes.
Avatar de l’utilisateur
Jean-Pierre Lafont
 
Messages: 3200
Inscrit le: 08 Oct 2010, 07:21
Expérience HC: Professionnel

Re: Mesure des corrections actives d'un ampli

Messagepar thxrd » 04 Juil 2016, 12:40

Je confirme ..
Un niveau moyen de 100 dB pendant plus de qqs mn est intenable .. / desagreable...
Explication tres claire .. et qui correspond bien à ce que je mesure sur l'extrait cité ..
En gros , qqs dialogues fort ( voir les chiffres ) au milieu de sequences avec des effets tres forts
Mais c'est toujours sur des durées courtes .m
thxrd
 
Messages: 1012
Inscrit le: 29 Oct 2010, 10:03
Expérience HC: Expert

Re: Mesure des corrections actives d'un ampli

Messagepar jhip » 04 Juil 2016, 13:20

merci

Jean-Pierre Lafont a écrit:Je vous garantie que 20 minutes à +100 dB, c'est insoutenable

on est parfaitement d'accord.
jhip
 
Messages: 106
Inscrit le: 06 Juin 2016, 10:35
Expérience HC: Amateur passionné

Précédent

Retour vers Correction active

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant actuellement ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité

cron