Anciennes et nouvelles technologies

Amplis, Lecteurs, Processeurs, télécommande

Re: Anciennes et nouvelles technologies

Messagepar JIM » 16 Jan 2017, 21:10

Oui, la limite basse pour la mesure, c'est souvent le micro si le bruit est bas. La réalité sera mieux.

Enfin, je viens de mesurer à l'instant.
REW à fond pour la génération, -20dB sur Jriver sachant que je ne sature pas la carte son à 0dB (niveau max), j'ai sur le waterfall :
A partir de 80Hz, 65dB de marge par rapport au bruit mesuré. Je vois la remontée de bruit naturelle du micro qui fausse la mesure.
A 20Hz, env 50dB
La disto est aussi importante dans le médium/aigu du fait de la disto H2 du pavillon que dans le grave.

Donc, dynamique max entre 70dB dans l'infra à 85dB à partir de 80Hz et certainement un peu plus si j'avais un micro et un préampli adapté à ce type de mesure.

Avec une seule enceinte.

J'écoute en général à -15dB sur le préampli, ce qui est déjà relativement fort.
JIM
 
Messages: 719
Inscrit le: 27 Juil 2011, 16:50
Expérience HC: Amateur passionné

Re: Anciennes et nouvelles technologies

Messagepar wakup2 » 16 Jan 2017, 21:37

Oui mais toi tu a une vrai salle :mrgreen: et un système capable d'un très bon niveau SPL :wink: donc la c'est sur, aucun soucis :wink:
wakup2
 
Messages: 50
Inscrit le: 13 Oct 2010, 22:08
Expérience HC: Amateur passionné

Re: Anciennes et nouvelles technologies

Messagepar JIM » 16 Jan 2017, 23:54

ABX réussi par 3 personnes qui ont su différencier un ampli ayant un S/N de 105dB vs 120dB avec des niveaux égalisés précisément.
Je pense que 60dB doit facilement être atteint dans un salon pas trop bruyant avec des enceintes correcte.
JIM
 
Messages: 719
Inscrit le: 27 Juil 2011, 16:50
Expérience HC: Amateur passionné

Re: Anciennes et nouvelles technologies

Messagepar thxrd » 17 Jan 2017, 12:19

Salut Jim
Mesg en MP
Roland
thxrd
 
Messages: 1012
Inscrit le: 29 Oct 2010, 10:03
Expérience HC: Expert

Re: Anciennes et nouvelles technologies

Messagepar wakup2 » 17 Jan 2017, 13:42

JIM a écrit:ABX réussi par 3 personnes qui ont su différencier un ampli ayant un S/N de 105dB vs 120dB avec des niveaux égalisés précisément.
Je pense que 60dB doit facilement être atteint dans un salon pas trop bruyant avec des enceintes correcte.



C'est bien la le problème, c'est que les salons sont rarement silencieux et que c'est rarement des systèmes a base chambre de compressions chez la plupart des "hifistes", les niveaux SPL max sont rarement élevé.
wakup2
 
Messages: 50
Inscrit le: 13 Oct 2010, 22:08
Expérience HC: Amateur passionné

Re: Anciennes et nouvelles technologies

Messagepar Jean-Pierre Lafont » 25 Jan 2017, 13:13

JIM a écrit:Je vois la remontée de bruit naturelle du micro qui fausse la mesure. A 20Hz, env 50dB

Un micro ne fait jamais de bruit aux basses fréquence, c'est toujours dans l'aigu.
Le bruit d'un micro est un souble qui croit de 6dB par octave.
50dB à 20Hz, c'est le bruit de la pièce. C'est d'ailleurs étonnamment peu.
J'habite à la campagne. Par nuit calme, issues fermées, en coupant l'électricité pour éteindre tous les appareils, j'ai 60dB sous la couette (pondération Z, bien sûr parce qu'en C, la mesure est faussée).

JIM a écrit:ABX réussi par 3 personnes qui ont su différencier un ampli ayant un S/N de 105dB vs 120dB avec des niveaux égalisés précisément.

C'est quoi c'est idiotie ?
Un ampli qui aurait un S/N de 120dB ??? Je veux voir (entendre, je ne pourrais pas, je ne suis qu'un terrien).
A moins qu'il s'agisse d'un S/N de marketeux qui consiste à prendre pour référence la tension de sortie maxi à 1% de distorsion quand ce n'est pas à l'écrêtage, puis à court-circuiter l'entrée et appliquer une pondération A ou CCIR.... on peut aussi éteindre l'ampli, je connais des constructeurs qui l'ont fait.

Maintenant, si à partir d'un signal sinus de 200mV on ajuste le gain pour obtenir 2,83 volts. Quel sera le rapport en décibels entre 2,83V et le bruit résiduel générateur éteint? Guère plus de 90 à 92 dB.
Avatar de l’utilisateur
Jean-Pierre Lafont
 
Messages: 3200
Inscrit le: 08 Oct 2010, 07:21
Expérience HC: Professionnel

Re: Anciennes et nouvelles technologies

Messagepar JIM » 25 Jan 2017, 14:26

Il n'y avait pas de rapport dans mes écrits entre la remontée de bruit naturelle bien liée au micro et à l'électronique quoi croit avec la fréquence (6dB/octave) et le niveau de bruit à 50Hz.

Concernant les amplis.
Quasiment tous les constructeurs utilisent le même protocole et j'ai retrouvé les même valeurs en respectant leur protocole.
A savoir, mesure du bruit de fond sans signal pondéré ou non (suivant les constructeurs) sur une plage de fréquence de 20Hz à 20kHz.
Entrée chargée par une résistance de 600 Ohms, parfois court-circuitée.

Le niveau max correspond à la puissance max sur une charge de 8 Ohms à moins de 0,1%.
Le rapport des 2 donne le S/N.
Sur un ampli de 250w 8Ohms (moins de 0,1% de disto), bruit propre mesuré à moins de 40µV en sortie (20/20kHz).
Donc, oui, ça existe. Je peux vous envoyer un modèle pour essai si vous le souhaitez. :wink:

Avec votre protocole, en ramenant à 2v83, ça donne 97dB.
JIM
 
Messages: 719
Inscrit le: 27 Juil 2011, 16:50
Expérience HC: Amateur passionné

Re: Anciennes et nouvelles technologies

Messagepar Jean-Pierre Lafont » 26 Jan 2017, 09:56

J'ai été un peu rapide et peut-être lapidaire dans ma réponse précédente (fatigue et manque de temps).
La méthode qui consiste à prendre pour référence la tension de sortie maximale de l'ampli pour un taux de distorsion donné et de la comparer avec le bruit résiduel hors signal avec l'entrée chargée par une impédance censée simuler la source, n'apporte aucune information directement exploitable par l'utilisateur.
Bien qu'étant adoptée par tous les constructeurs pour des raisons commerciales depuis une trentaine d'années, cette expression ne permet pas de se faire une idée de ce que sera le bruit résiduel audible causé par l'amplificateur en situation réelle, ni de comparer deux amplis. Il va de même pour la sensibilité à l'entrée.

Je vais citer un exemple simple pour être plus clair.
Pour alimenter une enceinte de son home cinéma, un utilisateur a le choix entre deux amplificateurs de marque et modèles inconnus, ayant un rapport S/N et une sensibilité d'entrée identique mais de puissance différente.
Pour l'exemple, on dira que notre utilisateur a hérité de 2 amplis qui ont un S/B de 110db et une puissance respective de 2x10 watts et 2x250 watts.
Dans notre hypothèse, l'utilisateur veux alimenter son enceinte à deux voies en bi-amplification. Le woofer a une sensibilité de 90dB/2,83V et le tweeter à pavillon de 104dB, l'impédance étant 8 ohms pour les deux composants.
Le but est d'obtenir un niveau d'écoute moyen de 75dB, voir 85dB pour se faire plaisir et maximal de 105dB.

Le rapport des sensibilités montre que le woofer aura besoin de 25 fois plus de puissance que le tweeter pour un même niveau d'écoute.
Le niveau de pression maximal (105dB) sera atteint avec une tension de sortie de 15,9 volts pour le woofer et 3,175 volts pour le tweeter ce qui représente respectivement 32 et 1,26 watts.
Seul, l'ampli de 2x250 watts est capable d'alimenter les 2 voies de l'enceinte.
Le bruit résiduel de l'ampli de 250 watts est Vres= racine (P x Z) x 10^-6 = 45 µV
Quand l'auditeur écoute en famille au niveau nominal de 75dB le rapport signal/bruit est -81dB pour le woofer et -67dB pour le tweeter.

L'utilisateur décide de conserver le gros ampli pour le woofer (il n'a pas le choix) et de prendre 1 canal de l'ampli de 10 watts pour le tweeter.
110db de S/N pour un ampli de 10 watts correspond à une tension résiduelle de 9 µV.
Toujours avec un niveau d'écoute de 75dB, le bruit résiduel sur le tweeter s'améliore de 14dB pour tomber à 81dB comme pour le woofer.
C'est normal puisque ça correspond au rapport de puissance des amplis.
Pour avoir le même bruit résiduel sur le tweeter en alimentant l'enceinte avec un ampli de 2x250W il aurait fallu que le S/N de l'ampli soit 124dB.

Ma question finale est: comment le consommateur peut-il anticiper instinctivement le bruit résiduel qu'il aura sur son enceinte en se basant sur le rapport signal/bruit identique de 2 amplis dont la puissance nécessaire est différente ?
A l'oreille, je sais qu'un bruit supérieur à 15dB SPL devient audible autour de 1 à 5kHz. Donc, pour écouter à 85dB nominal, il me faudra un S/N de la chaine complète meilleur que 70dB. Un ampli dont le S/N est de 110dB sans connaître sa puissance ni la sensibilité de l'enceinte ne me dit rien.
Le mot "signal" est inapproprié car le niveau du signal utile dépend du niveau d'écoute requis et de la sensibilité de chaque composant de l'enceinte qui sont des paramètres inconnus du constructeur de l'ampli.

Ce n'est pas parce qu'elle voiture développe 200 chevaux à son régime maxi de 8000 tours qu'il faut vanter la puissance à ce régime car le conducteur ne se servira jamais de ce régime, comme le home-cinéphile ne se servira jamais de la puissance max de son ampli.
Ne serait-il pas plus éclairant, plus simple et surtout plus honnête de donner la tension de bruit résiduelle, (en l'occurrence 45µV et 9µV dans notre exemple, au lieu de 110dB chacun ?)

L'expression du S/N d'un ampli a pour objet de tromper l'acheteur en annonçant un chiffre ronflant dont il ne saura généralement rien faire. Cette pratique s'apparente à la sensibilité d'une enceinte donnée pour 2,83V en omettant de préciser l'impédance de 4 ohms quand ce n'est 2, ou sa puissance sans préciser la norme utilisée (largeur du signal et durée).
Avatar de l’utilisateur
Jean-Pierre Lafont
 
Messages: 3200
Inscrit le: 08 Oct 2010, 07:21
Expérience HC: Professionnel

Re: Anciennes et nouvelles technologies

Messagepar JIM » 26 Jan 2017, 10:55

Tout à fait d'accord sur l'écart entre le S/N max théorique et le bruit propre qui permettrait de comparer plus facilement.
Une fois que l'on connait les conditions du S/N constructeur, il est relativement facile de retrouver le bruit propre qui permet de comparer chaque ampli.
Chez les constructeurs sérieux, c'est suffisamment décris mais ça ne simplifie pas la tache à l'acheteur. Rare sont ceux qui donnent le bruit propre.

On peut aussi allez plus loin et donner ce bruit propre à au moins 2 positions du potentiomètre.
Sur les Yamaha, la carte d'entrée introduit un très léger bruit supplémentaire et même une légère différence entre voies (entrée de l'inverseur pour le mode bridge qui ramène un peu de bruit même si non utilisé sur une entrée).

De toute façon, à moins de s'y connaitre, tout ces calculs (bien qu'assez simple) ne sont pas à la portée de tous. Surtout en introduisant la sensibilité des Hps, la distance d'écoute, etc ...
JIM
 
Messages: 719
Inscrit le: 27 Juil 2011, 16:50
Expérience HC: Amateur passionné

Un peu d'histoire

Messagepar Jean-Pierre Lafont » 26 Jan 2017, 13:22

JIM a écrit:Jamais vu de S/N donné suivant votre méthode...
Quasi tous font le rapport puissance max...

La méthode n'est pas de moi, elle a toujours existé.
Depuis l'origine de l'audio, le rapport signal/bruit exprime le rapport entre le signal utile et le bruit résiduel.
J'ai replongé dans les normes DIN, le manuel de mon Audio Precision et mes bouquins de métrologie et voici ce que j'ai trouvé.
Signal-to-noise ratio refers to the ratio of useful information to false or irrelevant data.

Quand la mesure fait référence au niveau maximal délivrable par l'appareil ce n'est plus le rapport signal/bruit mais la plage dynamique.
Le rapport signal/bruit est un rapport de puissances exprimé en watts.
La plage dynamique s'exprime en volts ou en décibels.


Donc, si je comprends bien ce à quoi les constructeurs font allusion n'est pas le rapport S/N mais la plage dynamique, et là je suis parfaitement d'accord avec eux. En revanche, la plage dynamique ne dit pas quel bruit résiduel sera auditivement perçu.

A l'école, on m'a appris la définition que j'ai cité et je suis toujours resté sur cette notion.
Le changement chez les constructeurs correspond à une dérive apparue avec le numérique dans les années 80 ou 90..

Je vais illustrer mon propos à travers un exemple.
L'échelle d'un VU-mètre s'arrête à +3dB. 0dB Vu correspond à +4dBu (1,228V) chez tout le monde et à 0dBu (0,775V) chez George Lucas où le seuil de saturation doit être supérieur à +28dBu (au moins pour l'enregistrement).
Le VU-mètre se moque des quelques 15 à 25dB qui passent au-dessus de l'échelle puisque c'est un domaine réservé aux transitoires où on ne doit pas aller.

Si vous regardez bien l'échelle d'un VU-mètre vous verrez que sous l'échelle en dB il y a une graduation en pourcentage. 0dB VU correspond à 100% de modulation. C'était important pour le transfert sur la piste optique des films argentiques, car à 200% (+6dB VU) la piste était saturée laissant place à une ligne continue sans possibilité de détecter une quelconque modulation.
Les peak-meters (PPM) à bargraph ou à aiguille ont une échelle normalisée qui monte à +6 VU soit +10dBu.

Les premiers convertisseurs audio grand public (14bits)étaient si mauvais que les constructeurs ont pris pour référence la pleine échelle pour gratter quelques dB et améliorer la quantization. C'est toujours le cas et les convertisseurs passent en mode MUTE dès que le signal n'est plus détectable, comme ça on est sûr d'avoir un bon S/N (même si l'électronique a fait des progrès).
La référence à la pleine échelle a simplement remplacé le signal/bruit par la plage dynamique en oubliant de changer le nom.
Du coup, pour ne pas être en reste, les fabricants d'amplis ont emboité le pas en s'asseyant sur les normes.

Mes consoles ont toujours eu des bargraphs avec des échelles normalisées pour le cinéma.
Aujourd'hui, on fait n'importe quoi et il n'est pas rare qu'en lisant un signal numérique tous les bargraphs sont dans le rouge, figés, rendant toute lecture impossible. J'ai vu ça en Inde, notamment où les ingénieurs du son me demandaient de recalibrer les bargraphs. J'ai dû leur expliquer comment on doit travailler pour que la bande son soit lisible partout.

J'ai aussi construit des unités de mesure de référence pour les studios de cinéma et les laboratoires.
Image Image
Avatar de l’utilisateur
Jean-Pierre Lafont
 
Messages: 3200
Inscrit le: 08 Oct 2010, 07:21
Expérience HC: Professionnel

Re: Anciennes et nouvelles technologies

Messagepar JIM » 26 Jan 2017, 23:08

Signal-to-noise ratio refers to the ratio of useful information to false or irrelevant data.
Quand la mesure fait référence au niveau maximal délivrable par l'appareil ce n'est plus le rapport signal/bruit mais la plage dynamique.


100% d'accord avec la définition. On devrait parler de dynamique et non de SN.

Après, il y a les termes académiques et l'usage.
Datasheet de DAC, DR = SN pour eux aussi, AKM, Burr-Brown (TI), pas vraiment des amateurs.

Mesure de réverbération -> 99% du temps des mesures de décroissance, etc .......
Fatigant ! Surtout s'il faut expliquer car non dans l'usage, je pense que vous comprenez ...


ps : Merci pour l'historique, c'est très intéressant.
JIM
 
Messages: 719
Inscrit le: 27 Juil 2011, 16:50
Expérience HC: Amateur passionné

Re: Anciennes et nouvelles technologies

Messagepar christubes » 27 Jan 2017, 10:57

Vos explications sont géniale JP et tout est trés claire..

Pour la norme grands public le 0dBvu corresponds à -10dbu ou 0dBu correspond à 0.775volts, les appareils numériques comme les lecteurs CD et DAT ont leurs échelles dynamiques avec le -12dBFs correspondant au 0dBVu que ce soit un simple lecteur CD ou même enregistreur de CD. Les +12 dbFs restant etant destiné au depassement vu quand numerique on ne peut pas aller même un seul échantillon au delà du 0dbFS. Dans le matos Pro on peut choisir la correspondance du 0dBVu avec la valeur sur l'échelle dBFS, en generale sur des enregistreurs 16 bit comme le CD DAT et autres c'est à -12dBFs, avec le 24Bit on est passé en -18dbFs mais on peut choisir entre -16 et -21 sur certains appareil.

Mais bon, quand on regarde rééllement comment sont normalisés les disques on aperçois que souvent le 0dBFs est presque collé avec une dynamique musical toute compressé, ceci à cause de la "guerre de celui qui sonnet le plus fort ahh c'est mieu" ! j'entends souvent les même remarque quand je donne mes enregistrements aux clients: " le son est bien mais je suis obliger de monter le son par rapport aux autre disques " et pourtant moi aussi j'enregistre au plus fort ( depuis toujours il faut bien utiliser tout l'echelle dynamique du support d'enregistrement sans saturé ) c'est à dire en gros les cretes peuvent allumé le 0dbFs sans que l'onde soit complettement ecrasé ( prenez un disque du commerce, importez le dans protools ou autre est vous verrez que l'onde est presque un signal carré !

et oui, il en a plein des imbecilles comme ça qui nous empeche de travailler correctement ! en plus qui dit "imbecille" dit plus "flateurs" pour le "néophyte" :mur: :mur: aie

de toute façon la norme actuelle si on prends la majorité du travail fait dans la moyenes des disques et la reelle qualité sont à l'opposé, qui se dit que ce que tout le monde fait "est dans l'erreur" quand on à pas la culture et l'experience?

Dans mes enregistrement en chatouillant le 0dbFs j'ai une valeur RMS en dB de -15dbFs ( par exemple avec une chanson avec une batterie ) alors que le disque vendu est plutot à -3dBfs RMS moyen. Sans parlez en plus que de toutes maniere le matos Hifi qui est vendu dans le grand public est d'une qualité pire que mauvais, et donc rien que celà c'est un gros problême si on veut travailler un peu plus intelligent et dans la finesse pour réaliser des disques.
christubes
 
Messages: 685
Inscrit le: 24 Fév 2013, 12:54
Expérience HC: Amateur passionné

Re: Anciennes et nouvelles technologies

Messagepar christubes » 27 Jan 2017, 11:02

encore que là dans mes propos je donne la sensation que je me préocupe d'avantage de ce qu'affiche le vu mètre par rapport à ce qu'on entends, pour le resenti auditif et bien un disque du commerce me fatigue en 1 minute et même au point de me faire mal aux oreille si j'écoute l'album complet. ou alors je m'écoute ça dans la voiture pas trop fort et sans faire vraiment attention..
christubes
 
Messages: 685
Inscrit le: 24 Fév 2013, 12:54
Expérience HC: Amateur passionné

Re: Anciennes et nouvelles technologies

Messagepar Jean-Pierre Lafont » 27 Jan 2017, 18:54

christubes a écrit:Pour la norme grands public le 0dBvu corresponds à -10dbu ou 0dBu correspond à 0.775volts

Désolé, c'est -10dBV. Le dBV est très pratique car 20 log de V donne directement le niveau en décibels.

JIM a écrit:Après, il y a les termes académiques et l'usage.
Datasheet de DAC, DR = SN pour eux aussi, AKM, Burr-Brown (TI), pas vraiment des amateurs.

Exact, mais ils ne sont pas non plus dans le même domaine.
Un fabricant de convertisseurs voit son principal débouché dans les ordinateurs. Il ne peut pas connaître le niveau du signal utile à chaque application.
Pour lui, l'amplitude instantanée se situe entre F00000 et 0FFFFF. Où se place le signal utile entre les deux n'est pas son problème. Il n'a pas de repère, donc S/N ou plage dynamique, c'est la même chose.

Ensuite, quand on parle audio (hifi, cinéma, sono, télécommunications), etc, on entre dans les applications. Les fabricants d'appareils ont besoin de repères stables pour que ces appareils parlent le même langage et puissent communiquer entre eux. Ainsi, des normes apparaissent pour chaque domaine d'application.
Par exemple, en audio pro, la rec. SMPTE RP155 fixe le niveau de référence 0dBm à un milliwatt dans 600 ohms et 0dBu à 774,59 mV avec une réserve de 20dB, ce qui n'est pas le cas en Europe où la l'EBU R68 demande un overhead de 18dB seulement.
La norme IEC 169-8-10 a établi 0db VU à +4dBu = 1,228V. L'impédance d'un VU-mètre est 3600 ohms dont il faut tenir compte pour que 1,228V fasse 0dBVU avec une ligne 600 ohms, sinon la lecture est fausse, etc, etc.... vous savez tout cela très bien.

Coté grand public, le niveau ligne est officiellement -10dBV soit 316,22mV avec un plafond à +10dbV soit 3,16V. Toutefois, cette norme qui est toujours en vigueur ne plait pas aux circuits numériques. Un convertisseur alimenté en 5 volts ne peut pas délivrer un signal de 3,16Vrms = 8,944 Vp-p (crête à crête).
Alors on a réduit le niveau ligne de -6dB et arrondi à 150mV, ce qui fait 4,24V p-p et dégrade d'autant le rapport S/N de la chaîne audio.
Mais pas bêtes les gars, pour ne pas entendre le bruit, on coupe la ligne dès que le signal est plus faible que le bruit. Coté marketing, ceci permet d'ajouter les bits perdus et de confondre la quantization théorique avec le nombre de bits utiles.

A ma connaissance, il n'existe pas de norme pour le niveau ligne à 150mV. Mais il est très répandu.


Definitions: Dynamic range and Signal-to-noise ratio (SNR)
Dynamic range refers to the ratio (usually expressed in dB) between the noise floor of the device with no signal and the maximum signal (usually a sine wave) that can be output at a specified (low) distortion level.
Signal-to-noise ratio (SNR), however, is the ratio between the noise floor and an arbitrary reference level or alignment level.

In "professional" recording equipment, this reference level is usually +4 dBu (IEC 60268-17), though sometimes 0 dBu (UK and Europe - EBU standard Alignment level). 'Test level', 'measurement level' and 'line-up level' mean different things, often leading to confusion.
In "consumer" equipment, no standard exists, though −10 dBV and −6 dBu are common.
Most modern quality amplifiers have >110 dB dynamic range, which approaches that of the human ear, usually taken as around 130 dB.
Dernière édition par Jean-Pierre Lafont le 27 Jan 2017, 23:08, édité 1 fois au total.
Avatar de l’utilisateur
Jean-Pierre Lafont
 
Messages: 3200
Inscrit le: 08 Oct 2010, 07:21
Expérience HC: Professionnel

Re: Anciennes et nouvelles technologies

Messagepar christubes » 27 Jan 2017, 21:16

-10dBV pardon c'est vrais, en même temps j'ai jamais compris pourquoi en grand public on parle en dBV et en Pro en dBu :doute: quel est le rapport entre les 2 ?

Figure toi JP que j'ai toujours constaté qu'un convertisseur DA "mute" dès que l'amplitude descends au delà d'un certain seuil. Particulierement sur du CD audio. J'ai entendu ce phenoméne mais je comprenais mal car je me disait qu'un dac reste lineaire en dynamique, Sur les Premiers lecteurs CD le bruit de quantification se faisait bien entendre dans les bas niveau... Quant à se phenomene de mute est bien il y a un teste simple à faire : on prends un CD audio rayé, et on se rends comple que le "clic" provoqué par l'erreur de lecture n'apparait plus dans le silence, pourtant les donnés numériques sont autant trompé... Un problême d'horloge peut provoqué du "clic" aussi et certains appareil "cliquent" lorsqu'il ne sont pas syncronisé sur la même horloge ( normale car il y a un saut d'échantillon ) et d'autre non alors qui ne sont pas sur la même horloge. Il y a aussi le "clic" dès qu'on touche le OdBfs normalement ça "clic" car il se produis une erreur de signe numérique et ben certaint appareil détourne se problême pour évité se clic ( saut d'échantillon mais sur l'echelle d'amplitude cette fois )

Selon Roland tout les dac sont identiques ( ben voyons ) alors le mec ingénieur en electronique que je connais qui lui a travaillé dans l'armé et s'amusait à ameliorer les cartes de DAC pour la boite de son pour qui il travaillé à la fin et un grand malade alors..

Au faite, petite précision: quand je parle de dac dans mes enciens messages, je ne parle pas juste du circuit AD ou DA mais de tout l'appareil comprenant les circuits qui il y a autours du dac. Une mauvais alim sur un dac peut générer des problêmes.

Et puis il y a qu'à voir avec un analyseur de spectre precis ce qui se passent en fin de bande pour voir qu'aucun DAC est pareil...
christubes
 
Messages: 685
Inscrit le: 24 Fév 2013, 12:54
Expérience HC: Amateur passionné

Re: Anciennes et nouvelles technologies

Messagepar christubes » 27 Jan 2017, 21:23

Et ce n'est peut être pas le DAC lui même qui mute dans un lecteur CD même peut être le circuit de demodulation EFM avec les CRC.. un autre teste, vous lisez un CD audio et vous maintenez la touche " F-Fast" pour acceleré, certains lecteurs baisse le volume pendant de quelques dB pendant la recherche, cette modifiation du volume est faite dans le DSP du lecteur dans la partie digital et non pas dans le DAC. Il y s'en passe des choses dans les DSD dont nous ignorons pas mal j'imagine... Ben la preuve, le lecteur de CD phillips pas chère qui ne sort pas le même son qu'un autre lecteur CD même quant on ne sort que de leurs sortie SPDIF et qu'on passe par le même DAC..
christubes
 
Messages: 685
Inscrit le: 24 Fév 2013, 12:54
Expérience HC: Amateur passionné

Re: Anciennes et nouvelles technologies

Messagepar Jean-Pierre Lafont » 15 Mars 2017, 20:50

Scoop! Voici une photo prise ce matin (c'est à dire, il y a 2 heures avec le décalage horaire) dans le studio de George Lucas Skywalker.

Les deux appareils rouges à droite sont
- Un réjecteur en bande étroite (pour nettoyer un programme déjà mixé).
- Un simulateur téléphone (pour donner l'illusion d'une communication téléphonique, talkie-walkie, interphone, BLU, etc). Le film "Independence Day" ( tourné par la Fox) avait utilisé 6 simulateurs de ce type et l'ENAC s'en sert sur les simulateurs de vol).
ça me fait plaisir de voir que 20 ans plus tard, mes appareils sont toujours utilisés chez Lucas comme chez Warner ou Paramount.

Image

Image
Avatar de l’utilisateur
Jean-Pierre Lafont
 
Messages: 3200
Inscrit le: 08 Oct 2010, 07:21
Expérience HC: Professionnel

Re: Anciennes et nouvelles technologies

Messagepar narbi » 15 Mars 2017, 21:04

:supplie:
narbi
 
Messages: 194
Inscrit le: 24 Fév 2013, 19:12
Expérience HC: Amateur passionné

Re: Anciennes et nouvelles technologies

Messagepar sebhavana » 16 Mars 2017, 08:56

Bravo pour ces produits qui résistent au temps et aux plugins !
sebhavana
 
Messages: 9
Inscrit le: 13 Jan 2011, 18:55
Résidence: Yvelines
Expérience HC: Amateur passionné

Précédent

Retour vers Electronique

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant actuellement ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité