FACTEUR D'AMORTISSEMENT, des spécifications irréalistes !!

Amplis, Lecteurs, Processeurs, télécommande

Re: FACTEUR D'AMORTISSEMENT, des spécifications irréalistes

Messagepar Jean-Pierre Lafont » 23 Déc 2010, 16:23

Allez, je consacre 30mn pour montrer ce que donne le calcul de l'installation d'un ampli.

Préambule
Supposons que vous ayez une pièce de 6,5m de long. Vous êtes assis aux 2/3 de la distance à l'écran, soit environ 4m (on est pas à quelques cm près). La pièce est semi réverbérante, donc vous avez une perte de propagation d'environ 6dB. Il vous faut donc une enceinte capable de délivrer 105+6=111dB à 1m.
Supposons que vous achetiez une enceinte de qualité moyenne avec une sensibilité de 91dB/1W/1m. Il faudra 20dB de plus pour obtenir 111 soit une puissance électrique utile de 10^20/10= 100Watts. Pour tenir compte des pertes diverses et pour éviter de saturer l'ampli, on prendra 3dB de réserve avec un ampli de 200 Watts (par canal).

Mais on écoute pas tout le film à 105dB. Heureusement !
Au niveau de référence de 85dB à 4m (que beaucoup considèrent comme épouvantablement fort) l'ampli délivre 1Watt (85+6=91dB).
Au niveau normalisé des dialogues (-31dBFS = -74 dB SPL+6 = 80dB à 4m), l'ampli ne délivre plus que 0,3 Watt !

Résumé du préambule:
Nous avons un ampli de 200 Watts et une enceinte de 91dB/1W/1m.
Avec ça, on peut obtenir 105dB à 4m avec 3dB de réserve mais on utilisera que 0,3 à 1 Watt dans des conditions d'écoute normales.

Calcul de l'amortissement réel
On choisit un bel ampli ayant un facteur d'amortissement de 500.
Je rappelle que le FA est généralement donné pour l'impédance d'enceinte la plus favorable (souvent 8 ohms). Dans ces conditions, l'impédance de sortie à la fréquence nominale est 8/500 = 16 milliohms.

Supposons que l'installation veuille que l'ampli soit près du projecteur à l'arrière de la pièce. Un câble de 10m le relie à l'enceinte la plus éloignée. On prend un beau câble de 4mm² en cuivre pur. La longueur totale des conducteurs est 2x10=20m
20m de cuivre avec 4mm² de section, ça donne une résistance pure de 80 milliohms.
Déjà, on voit que la résistance du câble est 5 fois supérieure à l'impédance de sortie de l'ampli. (pour la simplicité de l'exposé, je mets de coté l'impédance réelle du câble et ne considère que sa résistance).

Qu'est que ça donne en pratique?
On perd de la puissance dans le câble, c'est inévitable. Mais est-ce important?
Avec un FA de 500, l'ampli voit une impédance de 8 + 0,08 + 0,016 = 8,096 ohms (d'après Thévenin). On perd donc environ 1/83e de la puissance dans la câble. A 105dB, ça fait 1,2 Watt de perdu et en régime normal, ça fait entre 3,6 et 12 milliWatts. On s'en fout complètement. On entendra pas moins fort et ça mettra pas le feu à la maison.
Avec un FA de valeur infinie, on gagnerait 0,2 Watt à pleine puissance et 2 milliWatts en régime normal. Dérisoire !

C'est plus intéressant dans l'autre sens, quand l'enceinte renvoie du courant vers l'ampli:
Connectée directement à l'ampli, l'enceinte voit une impédance de 16 milliohms.
Avec le câble, elle voit 96 milliohms soit 6 fois plus.
Le facteur d'amortissement n'est donc plus 500, mais 83.
Si le FA de l'ampli seul n'était que de 200, il deviendrait 67
Si le FA de l'ampli était infini, il deviendrait 100.

Résumé:
La présence du câble divise le FA par 6, alors que le choix entre un mauvais ampli et un hyper-excellent fait varier le FA dans un rapport de 1 à 1,5.
Et c'est ça qui compte.
Avatar de l’utilisateur
Jean-Pierre Lafont
 
Messages: 3213
Inscrit le: 08 Oct 2010, 07:21
Expérience HC: Professionnel

Re: FACTEUR D'AMORTISSEMENT, des spécifications irréalistes

Messagepar Cobrasse » 23 Déc 2010, 17:05

En attendant de vous répondre, je mets un petit lien qui peut être instructif (car les anciennes docs des grands constructeurs valait le coup avant !) :

http://www.crownaudio.com/pdf/legacy/130252.pdf

:wink:
"La musique c'est du bruit qui pense" Victor Hugo
Cobrasse
 
Messages: 253
Inscrit le: 22 Déc 2010, 16:15
Expérience HC: Amateur éclairé

Re: FACTEUR D'AMORTISSEMENT, des spécifications irréalistes

Messagepar Cobrasse » 23 Déc 2010, 18:00

Ce que j'en sais :

Le facteur d'amortissement, c'est le rapport entre l'impédance de charge d'un générateur et de son impédance de sortie "interne".

Ainsi FA = Rch/Rs

Si on prend comme modèle équivalent de Thévenin l'ampli comme générateur, on a bien :

FAampli = (Rhp +Rcâble)/Rampli

Si c'est le HP qui est considéré comme générateur (puisque grâce à la contre-réaction il devient lui-même un petit générateur, c'est le facteur d'amortissement du HP qu'on calcule (j'ai du mal à le voir autrement, sinon on mélange tout) :

FAhp = ((Rampli+Rcâble)/Rhp

Après il y a certainement une incidence qui lie les 2 facteurs d'amortissement, celui du HP et de l'ampli, mais je ne sais comment ni dans quelles proportions !

Mais je ne sais comment vous arrivez à justement penser que le câble ne fait pas parti de la charge de l'ampli, mais qu'il fait parti de lui, ce raisonnement ne me semble pas bon ??? Ou alors je capte plus rien, et je n'ai plus qu'à revendre mon DUT GEII :???: . Ce qui fait que votre calcul devient FAampli = Rhp/(Rampli+Rcâble) :doute: .

Bonne soirée à vous :wink:
"La musique c'est du bruit qui pense" Victor Hugo
Cobrasse
 
Messages: 253
Inscrit le: 22 Déc 2010, 16:15
Expérience HC: Amateur éclairé

Re: FACTEUR D'AMORTISSEMENT, des spécifications irréalistes

Messagepar yvagagne » 23 Déc 2010, 18:24

Pour la mesure d'impédance d'un générateur, autrefois, j'utilisais une résistance variable de précision (boîtes à décades) en mesurant la tension de sortie du générateur à vide.
Ensuite il suffit de charger le générateur avec la résistance variable et de diminuer sa valeur jusqu'à ce que la tension soit réduite à a moitié de la tension de sortie à vide.
Alors la valeur de la résistance variable est égale à celle de la résistance interne du générateur.
Ça c'est le principe de la mesure.

Le pb, est que dans le cas d'un ampli, les résistances de très faibles valeur moins d'1/10eme d'ohm(souvent appelées shunt) n'existent pratiquement pas en variable, et surtout les résistances de contact ( à fort courant) deviennent du même ordre que celle de la résistance interne d'un ampli.
Une variante consiste à régler la résistance variable de charge pour obtenir seulement 90% de la tension à vide. L'impédance interne est le 1/10ème de celle de la charge.

Pour transposer cette méthode à un ampli, il faudrait travailler au 1/100ème.
Par exemple, pour un ampli à sortie aux environs de 10milliohms, un écart de tension de sortie d'1%, donne une résistance autour de quelques ohms. Ce qui devient possible par rapport aux résistances de contact. Le pb est transposé vers la précision des instruments de mesure.
Avoir une précision de 10% sur l'impédance interne de l'ampli pour une mesure au 100ème nécessite une précision du millième pour le voltmètre et l'ohmmetre
C'est limite, sauf pour des instruments de laboratoire...
Avec Agilent ou autre instrument de labo de précision, c'est possible.
A noter qu'il faudra aussi mesurer l'impédance de la charge variable (à chaud) avec la même précision : le milliohm, et que cette charge tienne au moins 100W pour que la mesure ait un sens en dessous de 100Hz
J'ai été bien long !
yvagagne
 
Messages: 157
Inscrit le: 18 Nov 2010, 19:44
Expérience HC: Amateur éclairé

Re: FACTEUR D'AMORTISSEMENT, des spécifications irréalistes

Messagepar Jean-Pierre Lafont » 23 Déc 2010, 18:46

Mais je ne sais comment vous arrivez à justement penser que le câble ne fait pas parti de la charge de l'ampli, mais qu'il fait parti de lui, ce raisonnement ne me semble pas bon ???


Non Cobrasse.
Quand vous écrivez:
Si on prend comme modèle équivalent de Thévenin l'ampli comme générateur, on a bien :
FAampli = (Rhp +Rcâble)/Rampli

Votre raisonnement est faux. Il faut écrire: FA = Rhp / Rcâble + Rampli

Vous faites une fixation sur le FA de l'ampli, qui ne joue pas un rôle prédominant dans une installation.

Je parle du phénomène audible, c'est à dire celui qui perturbe le mouvement de la membrane du haut-parleur. Vous n'avez pas besoin d'ampli pour l'observer.
Je répète: tapez sur la membrane d'un HP dont les bornes sont ouvertes ou court-circuitées et vous entendrez la différence.
Dans l'impédance que "voit" le haut-parleur, celle du câble joue un rôle plus important que celle de l'ampli.
Dernière édition par Jean-Pierre Lafont le 23 Déc 2010, 20:03, édité 1 fois au total.
Avatar de l’utilisateur
Jean-Pierre Lafont
 
Messages: 3213
Inscrit le: 08 Oct 2010, 07:21
Expérience HC: Professionnel

Re: FACTEUR D'AMORTISSEMENT, des spécifications irréalistes

Messagepar Cobrasse » 23 Déc 2010, 18:51

Ah je comprends bien mieux, en réalité le soucis viendrait du câble par rapport aux HP qui l'a aurait une influence loin d'être négligeable, ok .

il faut que je regarde cela de plus près dès que j'aurai un peu de temps, effectivement cela est intéressant :wink: .
"La musique c'est du bruit qui pense" Victor Hugo
Cobrasse
 
Messages: 253
Inscrit le: 22 Déc 2010, 16:15
Expérience HC: Amateur éclairé

Re: FACTEUR D'AMORTISSEMENT, des spécifications irréalistes

Messagepar Jean-Pierre Lafont » 23 Déc 2010, 18:53

Voilà c'est ça, vous avez pigé !
Avatar de l’utilisateur
Jean-Pierre Lafont
 
Messages: 3213
Inscrit le: 08 Oct 2010, 07:21
Expérience HC: Professionnel

Re: FACTEUR D'AMORTISSEMENT, des spécifications irréalistes

Messagepar yvagagne » 23 Déc 2010, 19:12

Cobrasse a écrit:Si c'est le HP qui est considéré comme générateur.....


Oui, c'est ce cas.
Explicité ici : http://en.wikipedia.org/wiki/Audio_system_measurements
Damping factor
A higher number is generally believed to be better. This is a measure of how well a power amplifier controls the undesired motion of a loudspeaker driver. An amplifier must be able to suppress resonances caused by mechanical motion (e.g., inertia) of a speaker cone, especially a low frequency driver with greater mass. For conventional loudspeaker drivers, this essentially involves ensuring that the output impedance of the amplifier is close to zero and that the speaker wires are sufficiently short and have sufficiently large diameter. Damping factor is the ratio of the output impedance of an amplifier and connecting cables to the DC resistance of a voice coil, which means that long, skinny speaker wires will undo the benefits of good electronic damping performance from the amplifier. ......


ou là : http://en.wikipedia.org/wiki/Damping_factor
In audio system terminology, the damping factor gives the ratio of the rated impedance of the loudspeaker to the source impedance. Only the resistive part of the loudspeaker impedance is used. The amplifier output impedance is also assumed to be totally resistive. The source impedance (that seen by the loudspeaker) includes the connecting cable impedance.

Affaire à suivre ...
yvagagne
 
Messages: 157
Inscrit le: 18 Nov 2010, 19:44
Expérience HC: Amateur éclairé

Re: FACTEUR D'AMORTISSEMENT, des spécifications irréalistes

Messagepar yvagagne » 23 Déc 2010, 19:14

M. JPL,
L'idée du récapitulatif est une très bonne chose.
Pour les futurs lecteurs, serait t-il possible de le copier, ou d'en mettre un lien sur la 1ere page du topic ?
yvagagne
 
Messages: 157
Inscrit le: 18 Nov 2010, 19:44
Expérience HC: Amateur éclairé

Re: FACTEUR D'AMORTISSEMENT, des spécifications irréalistes

Messagepar Jean-Pierre Lafont » 23 Déc 2010, 19:56

Je me suis permis de traduire les extraits cités précedemment

Facteur d'amortissement: est meilleur quand sa valeur est plus élevée.
Le facteur d'amortissement traduit la façon dont un amplificateur contrôle le mouvement indésirable d'un haut-parleur. L'amplificateur doit être en mesure de supprimer les résonances naturelles produites par l'inertie mécanique de la membrane du haut-parleur, en particulier quand la masse de la membrane est conséquente (boomer, subwoofer). Il faut s'assurer que l'impédance de sortie de l'amplificateur est proche de zéro et que les fils des enceintes sont suffisamment courts et ont un diamètre suffisamment grand.
Le facteur d'amortissement est le rapport entre l'impédance de sortie d'un amplificateur + les câbles de raccordement et la résistance pure d'une bobine, ce qui signifie que des câbles longs ou de faible diamètre, annulent les avantages du bon amortissement électronique de l'amplificateur.


En terminologie audio, le facteur d'amortissement indique le rapport de l'impédance nominale du haut-parleur à l'impédance de la source. Seule la partie résistive de l'impédance du haut-parleur est utilisée. L'impédance de sortie est également supposée être totalement résistive. L'impédance de la source (celle vue par le haut-parleur) comprend l'impédance du câble de raccordement.


Je ferais une synthèse plus tard.
Avatar de l’utilisateur
Jean-Pierre Lafont
 
Messages: 3213
Inscrit le: 08 Oct 2010, 07:21
Expérience HC: Professionnel

Re: FACTEUR D'AMORTISSEMENT, des spécifications irréalistes

Messagepar gilles34 » 23 Déc 2010, 20:03

Je n'y comprend pas grand chose à tout cela et il faudrait si possible m'expliquer commet faire des liaisons analogiques RCA les plus courtes possibles tout en ayant des câbles d'enceinte les plus courts souhaitables, tout en ayant le matos à cotés ou derrière la position d'écoute, dans une salle dédiée de plus de 8m de long.
A part l'utilisation de préampli et d'ampli pourvus de prises XLR je ne trouve pas la solution...
gilles34
 
Messages: 18
Inscrit le: 19 Déc 2010, 09:51
Expérience HC: Débutant

Re: FACTEUR D'AMORTISSEMENT, des spécifications irréalistes

Messagepar Bss » 23 Déc 2010, 22:38

gilles34 a écrit:tout en ayant le matos à cotés ou derrière la position d'écoute, dans une salle dédiée de plus de 8m de long.


pour quelles raisons se cantonner a ces dispositions aberrantes ???

placer le matériel dans la salle est une première erreur (ventilation, pollution lumineuse, dégagement de chaleur ...), le mettre a l'opposé de la façade une deuxième, pour les raisons déjà évoquées en début de post et reprises par JPL a la pages précédente ... mais, ce n'est que mon point de vue.
l'idéal étant ceci, avec le rack disposé en face de la centrale, dans un local technique "mitoyen" a la façade de la salle de HC.
reste a faire de même pour le projecteur, toutefois si vous disposez d'une salle relativement longue, il vous faudra optez pour un projecteur avec optique/focale interchangeable, afin de le sortir de la salle, et ils ne sont pas légion ... 90% du temps les particuliers n'ont d'autres choix que de le positionner dans la salle (si l'on considère des longueurs de 7m et plus, et que l'on respecte les 16fl recommandés) a moins de passer par la case pro et le chèque qui va avec ...

ImageZimage.biz
Je suis responsable de ce que je dis, mais pas de ce tu comprends !
Avatar de l’utilisateur
Bss
 
Messages: 410
Inscrit le: 09 Oct 2010, 19:02
Expérience HC: Amateur passionné

Re: FACTEUR D'AMORTISSEMENT, des spécifications irréalistes

Messagepar Cobrasse » 23 Déc 2010, 23:11

Bss a écrit:pour quelles raisons se cantonner a ces dispositions aberrantes ???

Aberrantes, disons simplement que la majorité des passionnés on déjà du mal à avoir une pièce dédiée, alors si en plus il faut un local technique sur mesure quand on voit le coût des maisons maintenant ... C'est pas si simple pour la grande partie des utilisateur, cela n'empêche de montrer le bon exemple, mais peu pourrons se le permettre, il faut jouer avec les cartes qu'on a en mains :???:

placer le matériel dans la salle est une première erreur (ventilation, pollution lumineuse, dégagement de chaleur ...),

Ventilation, cela se maitrise facilement (même avec des amplis pro), je pratique cela chez moi sans la moindre gêne (ventilateurs de 12 Volts genre Scythe ou Noiseblocker en 1000/800 rpm + alimentation externe stabilité et réglable avec l'ampérage qui va bien) :wink: .

La pollution lumineuse, il suffit soit de tourner le matériel pour ne pas avoir les loupiotes dans les yeux, soit de recouvrir les LED ;) .

Pour le dégagement de chaleur, qui est tout de même très contenu, cela permet d'en profiter l'hiver ... L'été il suffit de se mettre en short (je plaisante, quoique c'est une astuce qui marche fort bien).

le mettre a l'opposé de la façade une deuxième, pour les raisons déjà évoquées en début de post et reprises par JPL a la pages précédente ... mais, ce n'est que mon point de vue.

Oui toutefois avec le local technique comme représenté par votre ébauche 3D, on se rend compte qu'il y aura forcément une longueur conséquente pour les surrounds ! C'est une histoire de compromis de toute façon :wink:

l'idéal étant ceci, avec le rack disposé en face de la centrale, dans un local technique "mitoyen" a la façade de la salle de HC.

Le local technique est peut être l'idéal, mais il n'est pas exempt de défauts :

- Le coût
- La facilité d'accès (où se trouve la porte, car faire un parcours du combattant pour aller allumer les amplis et compagnie ...)
- Si la porte du local est accessible via la salle, cela nécessite une deuxième porte à traiter contre les vibrations et compagnie ...
- Nécessite de percer les murs pour le passage des câble
- La mise en place d'un contrôle à distance via télécommande ou autre et cherchant une compatibilité maximale pour ne pas avoir 36 manettes de contrôle !

...

:wink:
"La musique c'est du bruit qui pense" Victor Hugo
Cobrasse
 
Messages: 253
Inscrit le: 22 Déc 2010, 16:15
Expérience HC: Amateur éclairé

Re: FACTEUR D'AMORTISSEMENT, des spécifications irréalistes

Messagepar Jean-Pierre Lafont » 24 Déc 2010, 07:45

Quand les amplis sont indépendants deux options se présentent:

1- Ils sont ventilés par convection : on peut très bien les poser près des enceintes.
Un bon ampli cinéma est refroidi par convection naturelle. Il ne fait donc aucun bruit. On le loge derrière chaque enceinte quand on a de la place, ou à coté dans le cas cpntraire. Le voyant est déconnecté ou occulté avec un ruban adhésif noir.

2- Ils sont ventilés mécaniquement:
a) Quand les amplis sont munis de ventilateurs, ils font du bruit. On doit les loger dans un compartiment isolé. Personnellement, je place souvent les amplis près des enceintes, derrière le baffle de la façade (mur THX). Ce mur étant obligatoirement étanche, le bruit de la ventilation est étouffé. Le compartiment est refroidi par une dérivation des gaines de la VMC ou de la Clim. On accède aux amplis par une trappe (petite porte étanche montée sur charnières et placée sous l'écran ou sur un coté).

b) on peut aussi les loger à l'extérieur de la salle.
Un couloir ou un placard extérieur à la salle permet de dissimuler les appareils bruyants (amplis, alimentations, onduleur ventilé, contrôle de l'éclairage, etc). Le meilleur emplacement est ni à l'avant ni à l'arrière, mais sur un coté. C'est un compromis qui permet d'acheminer les signaux en gardant des longueurs de câbles raisonnables, tant pour les enceintes que le projecteur. Le local doit aussi être ventilé.

La solution que j'utilise aussi souvent que possible est la suivante:
Je crée un petit local technique derrière la salle. 1m de profondeur suffit. Il sert de cabine de projection et abrite toute l'électronique sauf les amplis de façade. Les amplis surround restent dans le local technique. Je tire des lignes audio symétriques vers les amplis de façade logés derrière le mur THX. Ces amplis sont alimentés depuis l'arrière également.
Je n'ai jamais eu de problème avec cette configuration.
Avatar de l’utilisateur
Jean-Pierre Lafont
 
Messages: 3213
Inscrit le: 08 Oct 2010, 07:21
Expérience HC: Professionnel

Re: FACTEUR D'AMORTISSEMENT, des spécifications irréalistes

Messagepar gilles34 » 24 Déc 2010, 07:52

Merci M Lafont donc en clair il faut avoir des amplis dotés de ligne audio symétrique ou trouver un compromis .

Merci à tous pour vos explications
gilles34
 
Messages: 18
Inscrit le: 19 Déc 2010, 09:51
Expérience HC: Débutant

Re: FACTEUR D'AMORTISSEMENT, des spécifications irréalistes

Messagepar Cobrasse » 24 Déc 2010, 09:31

Jean-Pierre Lafont a écrit:1- Ils sont ventilés par convection : on peut très bien les poser près des enceintes.
Un bon ampli cinéma est refroidi par convection naturelle. Il ne fait donc aucun bruit. On le loge derrière chaque enceinte quand on a de la place, ou à coté dans le cas cpntraire. Le voyant est déconnecté ou occulté avec un ruban adhésif noir.

Si vous connaissez de bons modèles qui ne coutent pas un bras, je vous écoute, car personnellement je n'en connais pas ... J'ai eu un Crown K2, ça fonctionne correctement sans plus, mais on est loin du rendu d'un Labgruppen IP1350 ou un Amcron reference sur du caisson de basses :wink: .
"La musique c'est du bruit qui pense" Victor Hugo
Cobrasse
 
Messages: 253
Inscrit le: 22 Déc 2010, 16:15
Expérience HC: Amateur éclairé

Re: FACTEUR D'AMORTISSEMENT, des spécifications irréalistes

Messagepar Jean-Pierre Lafont » 24 Déc 2010, 10:29

J'ai eu un Crown K2, ça fonctionne correctement sans plus,

Les amplis Crown K1 et K2 me semblent être un bon choix pour un HC, même d'un beau volume.
Tout dépend de l'enceinte. Je rapelle qu'un ampli de 10kW connecté à un morceau de bois ne fait aucun bruit.

Le K1 bridgé délivre 1100W/8 ohms. C'est plus que suffisant pour alimenter un caisson JBL 3635 (pas cher du tout) qui ne demande que 300W pour faire exploser la maison !
Le rendement du JBL 3635 est de 5%. C'est à dire qu'avec 300W électriques, il produit 15W acoustiques.
15W acoustiques, ça fait quand même 131,7dB à 1m !
Dans une pièce semi réverbérante (0,5s) il reste encore 115dB à 7 ou 8 mètres ! (ou à 4m en champ anéchoïque).
L'ampli a encore assez de réserve pour alimenter 2 caissons en parallèle, (le K1 en mode brigé/4 ohms délivre 1500W mais ici, 600W suffisent). Si les caissons sont correctement couplés, vous gagnez encore 6 décibels. Que demande le peuple ?

Et si ça ne suffit pas, prenez le K2 (2500W bridgé/ 4ohms). Avec deux caissons 4645C en parallèle et couplés vous aurez 128 Watts acoustiques, soit 141dB à 1m et plus de 130dB à 8m (ou 500m3).
141dB c'est le bruit émis par un Boeing 747 au décollage à 10m !
Prévoyez peut-être une visite chez l'ORL et quelques problèmes d'audition par la suite.
Dernière édition par Jean-Pierre Lafont le 24 Déc 2010, 10:40, édité 1 fois au total.
Avatar de l’utilisateur
Jean-Pierre Lafont
 
Messages: 3213
Inscrit le: 08 Oct 2010, 07:21
Expérience HC: Professionnel

Re: FACTEUR D'AMORTISSEMENT, des spécifications irréalistes

Messagepar Bss » 24 Déc 2010, 10:33

Jean-Pierre Lafont a écrit:La solution que j'utilise aussi souvent que possible est la suivante:
Je crée un petit local technique derrière la salle. 1m de profondeur suffit. Il sert de cabine de projection et abrite toute l'électronique sauf les amplis de façade. Les amplis surround restent dans le local technique. Je tire des lignes audio symétriques vers les amplis de façade logés derrière le mur THX. Ces amplis sont alimentés depuis l'arrière également.
Je n'ai jamais eu de problème avec cette configuration.


Heu ... :doute: c'est exactement ce que je disais excepté que mes amplis de puissance pour la façade se trouvent dans un autre petit local technique mitoyen a la façade comme sur le schéma, et non dans la salle derrière un "éventuel mur THX" ou autre.
la meilleur solution consiste en ce qui me concerne, de posséder deux locaux techniques relativement étroit comme vous le faites remarquer (1,30m environ dans mon cas) et ventilés, l'un a l'avant de la salle et l'autre a l'arrière.

Jean-Pierre Lafont a écrit:Le meilleur emplacement est ni à l'avant ni à l'arrière, mais sur un coté.


je ne vous rejoins pas sur ce coup.
Dernière édition par Bss le 24 Déc 2010, 11:26, édité 1 fois au total.
Je suis responsable de ce que je dis, mais pas de ce tu comprends !
Avatar de l’utilisateur
Bss
 
Messages: 410
Inscrit le: 09 Oct 2010, 19:02
Expérience HC: Amateur passionné

Re: FACTEUR D'AMORTISSEMENT, des spécifications irréalistes

Messagepar Jean-Pierre Lafont » 24 Déc 2010, 10:46

J'aurais du écrire: le meilleur compromis quand l'espace est limité.
Avatar de l’utilisateur
Jean-Pierre Lafont
 
Messages: 3213
Inscrit le: 08 Oct 2010, 07:21
Expérience HC: Professionnel

Re: FACTEUR D'AMORTISSEMENT, des spécifications irréalistes

Messagepar Bss » 24 Déc 2010, 11:22

Cobrasse a écrit:Aberrantes, disons simplement que la majorité des passionnés on déjà du mal à avoir une pièce dédiée, alors si en plus il faut un local technique sur mesure quand on voit le coût des maisons maintenant ... C'est pas si simple pour la grande partie des utilisateur, cela n'empêche de montrer le bon exemple, mais peu pourrons se le permettre, il faut jouer avec les cartes qu'on a en mains :???:
les 3/4 des particuliers qui se lancent dans l'aventure auraient pu réaliser ce local technique, mais par méconnaissance, ils subissent les effets néfastes du net ...
il n'y a qu'a jeter un œil a la section installations de HCFR pour s'en rendre compte.

Ventilation, cela se maitrise facilement (même avec des amplis pro), je pratique cela chez moi sans la moindre gêne (ventilateurs de 12 Volts genre Scythe ou Noiseblocker en 1000/800 rpm + alimentation externe stabilité et réglable avec l'ampérage qui va bien) :wink: .
Je ne sais si vous parlez de modifier le système de refroidissement interne aux amplis mais, je possède du Chevin et du Ram dans deux séries différentes et je me vois mal ouvrir et tout "bidouiller" pour y placer des ventillo de pc aussi bon/efficace soient-ils ... je tiens a la garantie. ils sont de toute façon refroidit par des unités 1U insérées dans le rack, en complément de la clim du local .. donc pas de soucis.
La pollution lumineuse, il suffit soit de tourner le matériel pour ne pas avoir les loupiotes dans les yeux, soit de recouvrir les LED ;) .
Pour le dégagement de chaleur, qui est tout de même très contenu, cela permet d'en profiter l'hiver ... L'été il suffit de se mettre en short (je plaisante, quoique c'est une astuce qui marche fort bien).
Nous voila avec les solutions estampillées HCFR, oui pourquoi pas, mais je ne pense pas que l'on ait besoin d'un forum spécialisé comme Cinetips pour en venir a ces "solutions".
Oui toutefois avec le local technique comme représenté par votre ébauche 3D, on se rend compte qu'il y aura forcément une longueur conséquente pour les surrounds ! C'est une histoire de compromis de toute façon :wink:
Absolument pas. voir les mess supérieurs.
Le local technique est peut être l'idéal, mais il n'est pas exempt de défauts :
- Le coût
Je ne préfère pas développer sur ce sujet ... je trouve l'argument un peu facile, alors j'en resterais la.[/size]
- La facilité d'accès (où se trouve la porte, car faire un parcours du combattant pour aller allumer les amplis et compagnie ...)
aujourd'hui 'hui, l'on peut tout allumer, rien qu'en ouvrant la porte ...
- Si la porte du local est accessible via la salle, cela nécessite une deuxième porte à traiter contre les vibrations et compagnie ...
pour quelles raisons aurait on besoin accéder au local technique par une porte entre ce dernier et la salle ??? :doute:
en tout les cas je n'en ais pas, on n'est pas non plus obligé de se créer des problèmes ... le sujet est déjà (malgré les apparences) assez complexe comme ca.

- Nécessite de percer les murs pour le passage des câble
il n'y a absolument rien de compliqué a confectionner un passe cloison en conservant les propriétés phonique de la paroi
- La mise en place d'un contrôle à distance via télécommande ou autre et cherchant une compatibilité maximale pour ne pas avoir 36 manettes de contrôle !
que l'instal coute 5000 ou 100 000 euros, c'est de toute façon indispensable aujourd'hui, si vous ne voulez pas vous retrouver avec au bas mot 6/7 télécommandes dans les mains ..
Je suis responsable de ce que je dis, mais pas de ce tu comprends !
Avatar de l’utilisateur
Bss
 
Messages: 410
Inscrit le: 09 Oct 2010, 19:02
Expérience HC: Amateur passionné

PrécédentSuivant

Retour vers Electronique

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant actuellement ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 3 invité(s)