hifi ou cinéma ?

Réflexions, Résonances, Réverbération, Echos

Re: hifi ou cinéma ?

Messagepar Emmanuel Piat » 06 Mai 2014, 16:39

Concernant la question de JPL sur "hifi ou cinéma", la différence est AMHA liée au CDC imposé par Dolby pour permettre une écoute convenable ds un grand espace et à la normalisation qui en découle.

Autrement dit, que ce passerait t'il si dans une salle de 400 m3, on ne mettait que 20 fauteuils en tout sur 4 rangs (donc 5 fauteuils par rangs) au 2/3 de la salle et qu'on revoit le CDC Dolby pour permettre au champ surround de gagner par exemple en précision ? Qu'en serait-il en terme de réalisme de la "bulle sonore" ?

Le son représente bcp dans ma vie car j'aime me poser et écouter des ambiances sonores : rase campagne, forêts, rues, intérieurs... Toutes ces bulles sonores sont passionnantes à analyser... Sur l'avant et les côtés, le champ sonore est précis et très vaste. En surround et à l'arrière, il y a des pertes importantes mais elles n'introduisent pas d'incohérence de perception (ce point est très important). Simplement les sources sont moins localisées (plus brouillonnes) *mais* elles sont qd même localisées angulairement (avec aussi une chute en fréquence). En ce moment un oiseau chante à l'extérieur de mon bureau. Je retrouve instantanément cette analyse en tournant autour de moi-même. C'est facile à faire avec toute source monophonique. Si je tourne le dos à l'oiseau, la source s'agrandit en taille (elle devient plus diffuse), la distance est plus difficile à établir mais elle reste qd même bien localisée d'un point de vue angulaire (évidemment tout cela a déjà été étudié en psychoacoustique, rien de neuf sous le soleil). Tout ce que j'ai pu écouter en salle de ciné était malheureusement invariablement totalement irréaliste (et même très mauvais) d'un point de vue spatial (heureusement qu'il y a l'image pour occuper le cerveau). Mais je n'ai peut être jamais eu la chance d'écouter une bonne salle de ciné.

C'est ce qui m'a donné envie d'expérimenter des acoustiques à partir d'un système à 5 enceintes tel que préconisé par la rec ITU-R BS.775-1 (Voir config ici p20 : http://stephen.taylor1.free.fr/Assets/M ... torial.pdf que j'ai respecté au pied de la lettre). J'ai développé un système très particulier en medium field (moniteurs K&H) ds une salle dédiée de 60 m2 dont un mur (l'écran) est une portion de sphère. Je le décrirais éventuellement un jour (j'écris éventuellement car ce système ne respectant pas la mise en oeuvre préconisée par dolby, je ne voudrais pas me mettre en porte à faux avec JPL). Ce système me permet de modifier drastiquement mon acoustique grâce à des modifications très mineures sur une zone de 1m3 ou se reconcentre énormément d'énergie sonore. Ca peut vite partir en vrille mais j'ai peu à peu appris à la maîtriser (ça m'a qd même pris 3 ans...). Même si on ne peut pas faire n'importe quoi, j'arrive à créer des acoustiques intimes très mattes et peu diffusante sur les 2/3 arrières ou au contraire très lives (reverb plus longue) et bcp plus diffusantes typique de grandes salles de concert. C'est spectaculaire à l'écoute. Cette zone est donc un processeur acoustique assez amusant et avec un résultat dont le naturel est étonnant (et dieu sait si je suis sensible à ça). Au début j'avais des réglages différents selon que je regardais un film ou que j'acoutais de la musique avec tel type ou tel type. Pour les films, j'utilisais évidemment l'acoustique la plus matte. Puis tout cela a fini par me lasser.

N'y avait il donc pas une acoustique qui convienne aux deux ?
Donc, en quelque sorte "hifi et cinéma" à la place de "hifi ou cinéma" ?
Sauf que comme j'ai un hot spot non négligeable, je ne serai jamais réellement cinéma (je tiens à le préciser pour qu'il n'y ait pas d'ambiguïté).

Ca m'a pris encore plusieurs mois de travail ds le "processeur acoustique naturel" puis j'ai fini par arriver à obtenir une acoustique qui convenait selon moi aux deux cas. Le champ surround a gagné en diffusion avec une perte de précision négligeable par rapport à ce qu'il était en écoute matte. L'écoute HC en a été améliorée. L'écoute musicale stéréo elle a gagné cette sensation familière qu'on connait en champ sonore réel avec une scène frontale : la bulle sonore se referme subtilement et naturellement derrière soi. Et AMHA, ce traitement arrière ne dénature pas à mes oreilles "l'esprit" des prises sèches ou les réverbes courtes, moyennes ou longues présents dans les enregistrements stéréos. La scène avant occupe correctement l'espace (profondeur comprise) avec une précision et des enveloppes spatiales qui rend les objets sonores plausibles (si la prise de son est correcte). Je préfère écrire plausible plutôt que réaliste (voir mon post précédent).

Donc finalement mon intime conviction, c'est qu'il est possible de concilier les 2 univers Hifi et cinéma. Même si je ne peux pas le faire sur un hot spot large car je n'ai pas les enceintes adaptée pour cela, je pense que si on dispose d'une salle de taille raisonnable (supérieure à 50 m2), et qu'on a une zone d'écoute pas trop grande en largeur (probablement moins que le tiers de la largeur de la salle), en travaillant l'angle de diffusion des enceintes, il existe des stratégies acoustiques de reports d'énergie sur les paroies qui fonctionnent parfaitement bien pour les 2 univers. Et pour ce qui est des films, on arrive à établir des bulles sonores déjà très convainquantes avec les bandes son actuelles de ciné. On arrive à retrouver (i) l'ampleur spatiale (équilibre largeur/profondeur) et la précision sur l'avant et (ii) un champ latéral et arrière tout à fait convainquant en terme d'équilibre largeur/diffusion/précision au point que j'en suis moi même le 1er surpris. Redonner une telle illusion de bulle sonore avec seulement 5 enceintes (qui s'effacent évidemment totalement) tient presque du miracle.

Par exemple, sur une scène extérieure du DVD K-PAX (film intéressant) qui se passe dans un jardin, on entend un petit avion type ULM qui traverse lentement le ciel dans le champ surround arrière. On arrive à obtenir une trajectoire tout à fait plausible en 5.1. Le cerveau invente la hauteur (c'est un comportement connu du cerveau car c'est un bruit d'avion) et les oreilles captent une trajectoire rectiligne dans le ciel (localisation avec un aspect légèrement diffus qui est normal).

Autre exemple, sur le DVD de Michel vaillant (pure daube), il y a une scène de nuit ou la caméra est face aux stands et les voitures passent sur la piste derrière. Et bien on sent passer chaque voiture de course derrière soi, c'est impressionnant (et il n'y a pas de trou sonore) ...

Désolé pour le roman...
Dernière édition par Emmanuel Piat le 07 Mai 2014, 05:52, édité 10 fois au total.
Emmanuel Piat
 
Messages: 133
Inscrit le: 29 Mai 2013, 19:22
Expérience HC: Amateur passionné

Re: hifi ou cinéma ?

Messagepar JIM » 06 Mai 2014, 19:14

Un DSP ou redirection est utilisée sur les surrounds ? Je n'ai pas bien saisi.
JIM
 
Messages: 723
Inscrit le: 27 Juil 2011, 16:50
Expérience HC: Amateur passionné

Re: hifi ou cinéma ?

Messagepar Emmanuel Piat » 06 Mai 2014, 19:23

non, tout est acoustique. Aucune correction électronique.
Emmanuel Piat
 
Messages: 133
Inscrit le: 29 Mai 2013, 19:22
Expérience HC: Amateur passionné

Re: hifi ou cinéma ?

Messagepar Jean-Pierre Lafont » 06 Mai 2014, 22:06

Emmanuel, ce que vous faite est louable. Je dirais même remarquable. C'est très bien de chercher le réalisme, l'authenticité de la scène sonore... Mais vous êtes au stade du laboratoire. Vous voulez faire avancer les techniques de reproduction sonore. Dans ce contexte, je conçois fort bien que dans cette quête de vérité, acoustique musicale et l'acoustique cinéma puissent faire bon ménage.
Mais mon métier est beaucoup moins noble (ou plus trivial si vous voulez). Dans la conception d'une salle de cinéma petite ou grande, la seule chose que je dois chercher, c'est obtenir un son aussi proche que possible de celui du studio où le film a été mixé. Pas le son de la nature.

Je vais être un peu provoquant pour bien me faire comprendre. Si le film a été mixé dans un studio pourri, l'objectif n'est pas d'obtenir un son meilleur mais un son aussi pourri que l'original. Décevant n'est-ce pas ? Pourquoi ? Parce qu'au cinéma on ne cherche pas à reproduire la réalité.
Vous citez le chant d'un oiseau. Bien sûr, je suis d'accord avec vous, j'aimerais fermer les yeux et être incapable de dire s'il s'agit d'un son enregistré ou si l'oiseau est réellement présent.

Mais ce n'est pas le but. Au cinéma, la plupart des bruits sont refaits en studio. Pourquoi ? Parce que les vrais sont trop réalistes. Le sifflement des balles, le choc des coups de poing (merci les escalopes), le galops des chevaux (noix de coco), les pas dans la neige (semoule écrasée), les portières de voitures (portes de frigo), le crissement des pneus, l'éternelle chouette présente à tous les clairs de lune.... ça vous semble naturel ?
Pas plus que l'église d'Auvers vue par Van Gogh. Je vais souvent à Auvers sur Oise. J'aime cette toile. Il est quasiment impossible de retrouver l'endroit où le peintre s'est installé, tellement la perspective est fausse et les lignes décalées. Mais je n'y cherche pas une ressemblance avec la réalité.
Par contre, ce serait un crime que d'éclairer la toile avec une lumière rouge ou bleue. Elle doit être vue comme le peintre l'a voulu.

Les studios de cinéma sont loin, très loin, d'offrir la qualité d'un bon studio de musique acoustique. Par contre, grâce aux normes, ils se ressemblent davantage entre eux que les studios de musique pour lesquels l'éventail des personnalités est large.
Quelle importance? Le réalisateur qui dirige le mixage impose sa vision de l'oeuvre. Il est le créateur, c'est lui le peintre. Il peut déformer les sons jusqu'à l'extravagance si ça lui plait. L'oiseau ne chante plus. Il miaule comme un chat enroué. C'est voulu. On aime ou on n'aime pas, mais il n'y a pas lieu de chercher à améliorer le chant de l'oiseau.

J'ai assisté au mixage de Michel Vaillant (une vraie daube, nous sommes d'accord). ça se passait chez Besson, l'ingénieur était Vincent Arnardi, un ami et un vrai passionné. Il s'est beaucoup investi dans le son du film comme toujours. Vincent a reçu un César pour Taxi2. Coté authenticité, on fait mieux. Que dire de Delicatessen où par exemple, il a usé du joystick pour faire tourner le sifflement d'un couteau boomerang (appelé l'Australien) sur 360° autour de la salle (version 70mm seulement). Et les sons de la cité des enfants perdus... (pour ne parler que des mix de Vincent). Tout n'est qu'artifices et irréalité. C'est le cinéma.
Je le répète, ce qui compte c'est de retrouver chez soi le son que le réalisateur a voulu. Pas mieux, ni plus authentique, ni moins bien.

La reproduction d'une oeuvre musicale, surtout telle que vous la décrivez, est un autre univers et une autre quête. Bien plus honorable à mon avis.
Avatar de l’utilisateur
Jean-Pierre Lafont
 
Messages: 3205
Inscrit le: 08 Oct 2010, 07:21
Expérience HC: Professionnel

Re: hifi ou cinéma ?

Messagepar christubes » 06 Mai 2014, 22:40

Et tout depend du genre musical, en general l'ingeson est autant artiste que le musicien, il creer l'univers sonore, et ce que je reproche à ces gents c'est que souvant cet univers est taché d'incohérence donnant un son plat sans relief, sans vie... Je ne m'oppose pas à la créativité mais il faut que l'écoute reste de qualité en donnant la faculté de se servir de notre écoute "intelligente naturel". Tendre l'oreille pour écouter et pas se faire arracher les oreilles. Dans cette histoire de gout il y a également " le gout du lux" pour moi un mixage sans dynamique, sans relief, sans air, sans retrouver mes repères naturel sera un mauvais mix même si la musique artistiquement est belle. à l'inverse, une musique toute composé electroniquement sera bien mixé si l'écoute est agréable et les critères cité respecté.

En musique classique, la musique est faite par les musiciens, le preneur de son doit en effet respecter une réalité sonore. Il écoute l'oeuvre, écoute le local, defini l'emplacement des micros. C'est plus technique vu que ça demande plus de connaisance technique (un peut comme un ingeson face de sonorisation et un ingé systême)

La semaine dernière j'ai enregistré un groupe de musicien de musique jazz manouche. La première etape que j'ai fait: j'ai fait jouer les musiciens tous ensembles dans différents endroits pour chercher l'acoustique d'environnement qui se prete au mieu artistiquement à la nature de la musique et des instruments et de leurs façon d'être joués. Puis j'ai placé les musiciens entre eux et dans la salle pour faire l'équillibre. J'ai écouté à différent endrois de la salle pour chercher le meilleur resultas, cet à cet endrois que je place mes 2 micros. Je choisi toujours des micros le plus neutre possible pour ce genre de prise. De là j'écoute au casque et sur 2 moniteurs et je modifie si besoin de placement de micros. Il est aussi évident que pour ne pas avoir de fausse sensation, les 2 moniteurs et l'acoustique du local d'écoute doit être neutre, en general, si ça ne l'est pas est bien le résultas obtenu à la restitution dans ce local sera bien loin de la réalité même en trichant à la prise de son. Donc j'évite de tricher car en général une fois l'écoute sur un trés bon systême on entends toutes les corrections faite pour tricher. Donc déjà comme je l'ais dit, je ne denature pas une prise pour faire sonner un mix sur un telephone portable. D'ailleur cet album ne sera pas masterisé. Je veut qu'il garde le signal que mes micros on fournis.
christubes
 
Messages: 696
Inscrit le: 24 Fév 2013, 12:54
Expérience HC: Amateur passionné

Re: hifi ou cinéma ?

Messagepar Emmanuel Piat » 06 Mai 2014, 23:06

Jean Pierre, je suis complètement au courant de ces choses. Le son ciné mêle (souvent très bien d'ailleurs) le naturel et l'artificiel dans des proportions diverses. Ce que je trouve étonnant, c'est qu'en travaillant un peu la diffusion latérale et arrière (il faut simplement la doser en termes de largeur / profondeur / précision), on arrive à un rendu qui est étonnamment cohérent avec la perception psychoacoustique humaine lorsqu'on restreint un peu le champ d'écoute, et ce avec 5 pauvres canaux. Preuve que chez Dolby, ils sont loin d'être bêtes (et qu'ils ont dû bcp expérimenter). Évidemment, ce n'est pas parfait. Mais le rapport qualité du rendu / nombre de canaux est qd même étonnant. Le gain qu'on a ensuite en terme de champ spatial en passant à un nombre plus important de canaux (je parle bien de canaux et pas d'enceintes) est finalement assez minime sauf si on passe sur des installation et des modélisations sonores bcp plus lourdes (voir par exemple le principe de IMM sound, malheureusement racheté par Dolby en 2012 (synonyme d'enterrement de 1ère classe ?) => http://www.filmjournal.com/filmjournal/ ... 35a07d3d11 ). Et du coup, même en 5 canaux, le rendu spatial (bulle sonore) de quantité de films fait avec des ingé son compétents est réellement remarquable en terme de spatialité ... Michel vaillant a beau être une daube intégrale, ce film me colle des frissons à chaque fois que je regarde certaines scènes tellement il est bien fait en termes sonores. A tel point que j'ai ré-authoré uniqt les scènes qui m'intéressaient à la queue leu leu puis j'ai balancé le DVD à la poubelle. Bien que ce soit uniqt de la qualité DVD, je me sers tjrs de cette compilation de scènes pour faire des démos de champs sonores. Rien que le démarrage de la bagnole bleue après la scène du Mac Do, c'est absolument jouissif (l'ambiance sonore ds le mac do est aussi très bien faite). Et le parcours du circuit du Man qui suit l'est tout autant en terme d'immersion sonore.

De ce fait, j'avoue que j'ai un peu de mal à comprendre pourquoi une salle de ciné bien faite sonnerait mal avec un bon enregistrement de hifi, mise à part peut être l'angle des FL et FR trop resserré. Dans ce cas, il suffit de se mettre sur un rang plus proche de l'écran (ok, ça va un peu modifier l'équilibre tonal...), ce que je fais de toute façon systématiquement car j'aime me mettre un peu plus près que la moyenne des gens pour une question d'immersion dans l'image.

Quelle importance? Le réalisateur qui dirige le mixage impose sa vision de l'oeuvre. Il est le créateur, c'est lui le peintre. Il peut déformer les sons jusqu'à l'extravagance si ça lui plait.


A ce sujet, si vous en avez la possibilité, je conseille à tout le monde d'écouter le commentaire de l'ingé son sur le DVD "Sur mes lèvres" d'Audiard. Absolument remarquable en terme de sound design. C'est quasiment de l'art à mes yeux. J'aime bcp la terminologie de peintre que vous avez utilisé. C'est tout à fait ça. Le film est aussi remarquable.

Je vais être un peu provoquant pour bien me faire comprendre. Si le film a été mixé dans un studio pourri, l'objectif n'est pas d'obtenir un son meilleur mais un son aussi pourri que l'original. Décevant n'est-ce pas ?


Si vous avez le bluray de Kickass, regardez les bonus sur la partie du mixage du film. Crise de rire assurée tellement le réal fait la tronche devant le rendu sonore ultra mauvais dans le studio qui n'est probablement pas aux normes Dolby. Du coup l'ingé son doit persuader le réal que le rendu en salle sera complètement différent :mrgreen:
Dernière édition par Emmanuel Piat le 07 Mai 2014, 06:20, édité 8 fois au total.
Emmanuel Piat
 
Messages: 133
Inscrit le: 29 Mai 2013, 19:22
Expérience HC: Amateur passionné

Re: hifi ou cinéma ?

Messagepar Emmanuel Piat » 06 Mai 2014, 23:23

Christubes, la démarche à Passavant est exactement la même. La salle a plusieurs acoustiques selon l'endroit où on place les musiciens et la quantité de public qu'on y met. Quant on s'interdit les prises de son individuelles et le pan pot, ça demande bcp plus de travail amont en terme de placement, mais ces prises de son "à l'ancienne" sont infiniment plus convaincantes en terme de réalisme. Il faut qd même faire attention aux problèmes de masquages ou de battements (mix de fréquences proches) qui peuvent apparaître lors du placement des musiciens (en gros il faut compter une demi journée de travail pour le preneur de son pour le placement... C'est économiquement intenable ds un studio classique... Il faut aussi que les musiciens soient prêts à jouer le jeux...). A Passavant, il n'y a aucun bidouillage du son (hormis les mix de différentes prises en classique si le musicien n'est pas satisfait d'un bout de son interprétation). Le CD est directo la conversion en 16/44 des prises de son master mises bout à bout. C'est le son live des micros. Zéro compression.
Emmanuel Piat
 
Messages: 133
Inscrit le: 29 Mai 2013, 19:22
Expérience HC: Amateur passionné

Re: hifi ou cinéma ?

Messagepar Emmanuel Piat » 06 Mai 2014, 23:38

... et pour revenir au ciné et à propos de bruitage et mixage, il faut absolument voir le film "Berberian sound studio" :mrgreen:
Emmanuel Piat
 
Messages: 133
Inscrit le: 29 Mai 2013, 19:22
Expérience HC: Amateur passionné

Re: hifi ou cinéma ?

Messagepar christubes » 07 Mai 2014, 09:54

Il n'y a pas de battement ou de masquage plus en prise stéréo que multimicros, je dirais même le contraire sur l'effet de masque. Si la prise est fidèle, les defaults entendu à la restitutions sont présent dans l'écoute direct. Maintenant si la prise n'est pas fidèle en effet l'équillibre est modifé. Quant à l'acoustique de salle on l'entends plus facilement à la restition qu'à l'écoute direct car en live le servau s'habitu, du coup on se rends compte des défault de l'acoustique souvant une fois qu'on réécoute l'enregistrement.

j'écoute avec un angle de 90° ( plus proche de 180° on perd le centre devant ( la ligne source image passe en faite à traver la t^te comme au casque ) il faudrais alors que la prise contient l'infos de l'ocalisation avant/arriere ce qui peut être fait en mettant 2 micro omnidirectionnel miniatures dans le pavillon de l'oreille ) moin de 90° on perds l'imersion sonore et la precision. seul 2 signaux correlés avec des oppositions de phase sort à l'exterieur du plan des 2 HP.

Avec 90° j'ai l'impression d'être dans un champs diffus dans les reverbes présentes dans l'enregistrements, à un point que si je ne tourne pas la tête je ne suis incapable de dire si la reverbe provient des enceintes surround ou des frontale.

Mais tout celà dans une acoustique trés mate, voir en exterieur, si le local est de restitution est mal amortie, les reflexions de celui ci s'ajoute et fait perdre la précision de l'image phantome, le le champs suround perçus n'est plus celui de l'enregistrement mais du local.

Tout celà me parrait important si on veut tirer le meilleur d'une prise naturel stéréo. Je sais que la musique mixé n'est pas normalisé de cette façon et c'est une autre histoire qui rejoinds plutôt le mix cinéma comme décris Jean-Pierre.
Dernière édition par christubes le 07 Mai 2014, 11:55, édité 1 fois au total.
christubes
 
Messages: 696
Inscrit le: 24 Fév 2013, 12:54
Expérience HC: Amateur passionné

Re: hifi ou cinéma ?

Messagepar JIM » 07 Mai 2014, 11:23

D'un autre côté, je n'ai jamais vu de salle de cinéma avec une traitement diffusant à l'arrière. Le caractère diffus est apporté par le nombre de enceintes surround.

Par contre, dans le salles de JPL, le caractère diffusant est bien présent.
Le budget ne doit pas y être étranger.
JIM
 
Messages: 723
Inscrit le: 27 Juil 2011, 16:50
Expérience HC: Amateur passionné

Re: hifi ou cinéma ?

Messagepar christubes » 07 Mai 2014, 11:57

j'ai modifé mon dernier message car je me suis relu et je trouve pas claire.
christubes
 
Messages: 696
Inscrit le: 24 Fév 2013, 12:54
Expérience HC: Amateur passionné

Re: hifi ou cinéma ?

Messagepar tibouiboui » 09 Mai 2014, 09:53

Très intéressante réflexion Emmanuel :wink:

Je suis entièrement d'accord avec toi pour la restitution de l'ambiance grâce aux enceintes surrounds. ( diffusante )
Il me semble que ces enceintes sont déjà conçues pour être de nature très ouvertes et sans sweetpot.
Ceci couplé avec un traitement non mat sur la partie arrière et il devient impossible de localiser avec précision d’où provient le son ( sans tourner la tête ).

Et ce même avec un système 5.1 oui. J'ai été très surpris justement sur un film qui n'était mixé qu'en 5.1 ( alors que je suis en 7.1 dans 50m2)
de me retrouver complètement au milieu de la scène ( je ne sais plus le film mais de mémoire, il y avait de la pluie + autres bruits de fond )
J'ai été bluffé de l'ambiance restituée seulement avec ces 2 enceintes espacées d'au moins 4 ~ 5m qui avaient réussie à créer une bulle sonore magnifique.
( il faut que je retrouve ce film ... )

Autre point qui je trouve est très important pour créer une ambiance réaliste, c'est le raccord des enceintes surrounds et du caisson.
J'ai fait plusieurs tests à différents coupures sur les surrounds et plus on descend bas dans le signal transmis à l'arrière plus le message est cohérent.
Les graves ( et infra ) n'étant plus localisables à partir d'une certaines fréquences, permettent de jouer sur cette ambiance.

Récemment lors d'un passage d'un hélico dans le champ arrière ( couplé avec le caisson ), on a l'impression que l'hélico passe vraiment derrière.
On m'a demandé si j'avais mis aussi un caisson derrière tellement le message étant "fusionnel" avec le couple surround + caisson

J'ai refait ce passage en coupant le signal plus haut et ... c'est moins réaliste ... il y a qqchose qui cloche qui fait qu'on y croit moins.

Emmanuel Piat a écrit: ...

Par exemple, sur une scène extérieure du DVD K-PAX (film intéressant) qui se passe dans un jardin, on entend un petit avion type ULM qui traverse lentement le ciel dans le champ surround arrière. On arrive à obtenir une trajectoire tout à fait plausible en 5.1. Le cerveau invente la hauteur (c'est un comportement connu du cerveau car c'est un bruit d'avion) et les oreilles captent une trajectoire rectiligne dans le ciel (localisation avec un aspect légèrement diffus qui est normal).


Oui je suis d'accord pour cette partie car les surrounds sont naturellement situées au dessus de notre tête donc ca marche.
Par contre si les surround doivent retranscrire un bruit au niveau du plancher ce sera bcp moins naturel d'y croire.
je n'ai pas d'exemple précis mais je pensais au bruit de la mer ... mais ça ne joue pas car même sur la plage en regardant la cote,
le son ne doit pas venir du bas mais de l'arrière en général :mrgreen:
Peut etre trouver un exemple avec des bruits de pas ...

De mon point de vue pour que l'ambiance se créée, il faut à la base un bon mixage ( sur 2 ou 4 enceintes ) et des surrounds non localisables
( modèles spécifiques + traitement pièce ) et qui descendent assez bas ( vers les 60hz ... ou moins )

Cette pièce n'est pas focalisée sur une restitution cinéma car j'écoute bcp de musique et justement je ne voulais pas aller vers
un traitement confiné "typé cinéma" mais plus sur une pièce "entre 2" dite "média room".
Lors d'écoute hifi (2.0), je dois admettre que j'ai quand même perdu en terme d'ouverture de scène sonore par rapport à mon ancienne configuration.
Ceci en partie à cause du traitement de la scène frontale.

TBB :coucou:
tibouiboui
 
Messages: 14
Inscrit le: 06 Jan 2014, 11:38
Expérience HC: Amateur éclairé

Re: hifi ou cinéma ?

Messagepar Emmanuel Piat » 10 Mai 2014, 15:46

Oui je suis d'accord pour cette partie car les surrounds sont naturellement situées au dessus de notre tête donc ca marche.
Par contre si les surround doivent retranscrire un bruit au niveau du plancher ce sera bcp moins naturel d'y croire.
je n'ai pas d'exemple précis mais je pensais au bruit de la mer ... mais ça ne joue pas car même sur la plage en regardant la cote,
le son ne doit pas venir du bas mais de l'arrière en général :mrgreen:
Peut etre trouver un exemple avec des bruits de pas ...


Ce pour cela que j'aime bien la norme ITU-R BS.775-1 qui spécifie que les surrounds doivent être positionné en hauteur avec un angle inférieur à 15° (cf. lien + haut). A mon sens, c'est ce qui donne les surrounds les plus plausibles avec 5 canaux (il me semble que je suis à 10°). Bien sûr le cerveau devra parfois un peu palier pour les sons en hauteur. Mais bon 5 canaux, c'est 5 canaux...

pour que l'ambiance se créée, il faut à la base un bon mixage ( sur 2 ou 4 enceintes ) et des surrounds non localisables


Mon point de vue : un système multicanal est bon en terme de spatialité dès l'instant où aucune enceinte n'est localisable, ou la scène avant est précise avec une volumétrie compatible avec l'image et avec une extension latérale en champ diffus en direction des surrounds, et ou les surrounds associés aux 3 frontales permettent une localisation plus floue qu'à l'avant mais néanmoins réelle des objets dans le champs diffus arrière et latéral (paning 3D). A l'arrière le "spaciousness" des objets sonores localisés (paning 3D) sera un peu plus étendu qu'à l'avant (localisation plus diffuse). Exemples : le moustique dans Kill Bill 1, Les sons qui fusent vers les surrounds dans Michel Vaillant, les sons des voitures à l'arrière, les ambiances enveloppantes ou à réverb élevée ou à base d'énergie "stochastique" (pluie). Il y a aussi l'assaut dans Inside man qui est amusant etc.
Emmanuel Piat
 
Messages: 133
Inscrit le: 29 Mai 2013, 19:22
Expérience HC: Amateur passionné

Re: hifi ou cinéma ?

Messagepar Jean-Pierre Lafont » 10 Mai 2014, 17:47

J'ai initié ce topic précisément parce que la BS-775-1 est largement boudée voir dénoncée par la majorité des "utilisateurs" (je n'ose pas dire cinéphiles ni mélomanes). La plupart reproche une réverbération insuffisante (tm=0,25(V/Vo)^1/3), entre autres griefs.
Ce n'est pas un avis personnel, c'est un fait statistique qui m'oblige à m'éloigner de cette recommandation que je considère plutôt bonne et en adéquation avec les normes cinéma (à quelques détails près). C'est dommage.

Comme je devine qu'on va me demander quels détails, autant m'en débarrasser tout de suite.
La recommandation préconise des enceintes identiques pour tous les canaux (y compris les ambiances). Elle préconise aussi le centre acoustique des enceintes de façade à hauteur d'oreille, ce qui correspond à peu près dans la ligne des ondes stationnaires dans l'axe vertical, pour la plupart des pièces d'habitation. Elle donne une hauteur des ambiances commençant à 1,20m avec une inclinaison de 0° ou plus haut avec une inclinaison jusqu'à 15 degrés c'est à dire orientées vers les auditeurs.
En réalité, la hauteur et l'inclinaison des ambiances dépendent uniquement de la largeur de la pièce.
Ajoutons à cela une distance à l'écran qui date un peu (SD)...
Mais il y beaucoup de bonnes choses dans cette recommandation.
Avatar de l’utilisateur
Jean-Pierre Lafont
 
Messages: 3205
Inscrit le: 08 Oct 2010, 07:21
Expérience HC: Professionnel

Précédent

Retour vers Correction, principes et méthodes

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant actuellement ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité