Courbes X, RT et directivité ?

Réflexions, Résonances, Réverbération, Echos

Re: Courbes X, RT et directivité ?

Messagepar Jean-Pierre Lafont » 06 Juil 2012, 11:40

J'ai bien lu ces courbes. Dans l'ensemble, elles ne me choquent pas.

Que recherche-t-on ? une réponse droite ? Essayez et vous verrez.
Toutes les réponses droites que j'ai pu lire, celles que j'ai trouvé dans les salles où on me demande d'intervenir et celles que j'ai créées pour tester ou pour répondre à une demande se sont traduites par un échec, c'est à dire un son exagérément brillant, bien trop aigu, inexploitable. ça s'est vérifié dans 100% des cas.
Cela tient aux techniques du mixage cinéma dans les grands volumes. On le voit bien avec la musique. Quand elle est mixée dans une petite régie, elle devient stridente en salle. Quand elle est mixée dans un auditorium de 1500m3, sa courbe ressemble à celles ci-dessus et elle sonne bien en salle. Comment peut-on généraliser ?

Une autre chose m'étonne: si on lit attentivement Newell, on ne doit s'intéresser qu'à la réponse tronquée (je veux dire fenêtrée). Seul le premier front d'onde, ou la portion qui arrive à l'auditeur avant la première réflexion est pris en compte. Dans ce cas, toutes les enceintes ayant une réponse linéaire et une directivité correcte conviennent, indépendamment de l'environnement acoustique puisqu'on ne le mesure plus.
Autrement dit, que l'enceinte soit placée dans une cathédrale ou dans une chambre anéchoïque n'a plus d'importance, la réponse perçue aura la neutralité de l'enceinte et l'intelligibilité restera la même. :doute:
Avatar de l’utilisateur
Jean-Pierre Lafont
 
Messages: 3203
Inscrit le: 08 Oct 2010, 07:21
Expérience HC: Professionnel

Re: Courbes X, RT et directivité ?

Messagepar JIM » 06 Juil 2012, 13:19

Jean-Pierre Lafont a écrit:J'ai bien lu ces courbes. Dans l'ensemble, elles ne me choquent pas.
Que recherche-t-on ? une réponse droite ? Essayez et vous verrez.


Celle à 2m est anormale selon Newell.
Il parle de réponse droite à proximité sur une mesure fenêtré et non une réponse droite sur l'analyseur RTA et bruit rose au point d'écoute. Ce que l'on est censé avoir d'après Allen et ce avec quoi vous étiez d'accord ?

Jean-Pierre Lafont a écrit:... Dans ce cas, toutes les enceintes ayant une réponse linéaire et une directivité correcte conviennent, indépendamment de l'environnement acoustique puisqu'on ne le mesure plus.
Autrement dit, que l'enceinte soit placée dans une cathédrale ou dans une chambre anéchoïque n'a plus d'importance, la réponse perçue aura la neutralité de l'enceinte et l'intelligibilité restera la même. :doute:


Tout ceci est conditionné par une pièce correctement amortie dans tout les cas et de façon générale (correcte acoustiquement).
C'est écrit dans un des pdf.
JIM
 
Messages: 720
Inscrit le: 27 Juil 2011, 16:50
Expérience HC: Amateur passionné

Re: Courbes X, RT et directivité ?

Messagepar Jean-Pierre Lafont » 06 Juil 2012, 15:44

Celle à 2m est anormale selon Newell.
Il parle de réponse droite à proximité sur une mesure fenêtré et non une réponse droite sur l'analyseur RTA et bruit rose au point d'écoute. Ce que l'on est censé avoir d'après Allen et ce avec quoi vous étiez d'accord ?

Je me suis peut-être encore mal exprimé. Je considère la courbe de proximité comme un repère, un guide qui permet:
1- de "jauger" l'enceinte
2- de comprendre, par comparaison avec le champ lointain, certaines disparités acoustiques dans la pièce.
Jamais comme réponse absolue, sauf dans les petits volumes où je compare la réponse en champ libre et celle dans la pièce (à distance identique).

Tout ceci est conditionné par une pièce correctement amortie dans tout les cas et de façon générale (correcte acoustiquement).

Comment peut-on considérer qu'une pièce est acoustiquement correcte, si ses caractéristiques n'entrent pas dans la procédure de calibrage ? A l'oreille ?

Le fait d'avoir un champ direct correct à proximité ne signifie pas qu'il sera acceptable en champ lointain. Exemple:
Dans une salle acoustiquement parfaite, je mesure une enceinte a proximité (2m par exemple), à un niveau sonore donné (mesure fenêtrée sur 10ms = réponse linéaire). Puis, je mesure à 12m après compensation du niveau, avec la même fenêtre. J'ai juste déplacé le micro. Là, j'observe que les graves sont correctes, mais les aiguës sont trop fortes et stridentes. Selon vous, pourquoi et que faut-il faire ?

Autres considérations:
J'ai été ingénieur chez 3M en charge de l'installation, de l'entretien et de la calibration de 35 studios de musique. Toutes les écoutes (distantes de 2,5 à 4m) étaient alignées avec une courbe AES/ISO qui ressemblait fort à la courbe-X. Puis j'ai été directeur technique des studios Ferber. Tous les ingénieurs me demandaient d'appliquer cette courbe dans le grave et l'aigu, faute de quoi ils ne pouvaient pas travailler. Pourtant, un paquet de tubes est sorti de ce studio !

Enfin, une anecdote à propos d'un studio privé, plutôt haut de gamme, chez un artiste que nous appellerons JMJ. Après avoir aligné ses grosses Westlake TM1, il me demande de vérifier la courbe de ses monitors de proximité Yamaha NS10. Vous savez, celles avec le papier Q sur le tweeter...
Sur l'analyseur, celle de gauche avait une réponse en forme de M et celle de droite en W. JMJ me dit, c'est pas grave, j'en ai une autre paire dans ma chambre, je vais les chercher. Et là, nous avons eu deux autres courbes, encore différentes. Par jeu, j'ai vérifié dans d'autres studios et j'ai eu toutes les lettres de l'alphabet (1982).
Rien à voir avec la courbe X, mais il est amusant de voir quelle confiance on peut accorder aux enceintes, fut-elles professionnelles.
Avatar de l’utilisateur
Jean-Pierre Lafont
 
Messages: 3203
Inscrit le: 08 Oct 2010, 07:21
Expérience HC: Professionnel

Re: Courbes X, RT et directivité ?

Messagepar JIM » 06 Juil 2012, 19:10

Jean-Pierre Lafont a écrit:Comment peut-on considérer qu'une pièce est acoustiquement correcte, si ses caractéristiques n'entrent pas dans la procédure de calibrage ? A l'oreille ?

Comment peut-on considérer qu'une pièce est acoustiquement correcte en mesurant la réponse au RTA ?

Dans une salle acoustiquement parfaite, je mesure une enceinte a proximité (2m par exemple), à un niveau sonore donné (mesure fenêtrée sur 10ms = réponse linéaire). Puis, je mesure à 12m après compensation du niveau, avec la même fenêtre. J'ai juste déplacé le micro. Là, j'observe que les graves sont correctes, mais les aiguës sont trop fortes et stridentes. Selon vous, pourquoi et que faut-il faire ?


J'imagine que c'est un résultat ressenti qui n'a rien à voir avec la mesure à 12m.
Je suppose que la réponse mesurée est droite sur la mesure fenêtrée dans les 2cas (sauf tout en haut à cause de l'absorption de l'air)

Dans ce cas, je vois 2 possibilités :
1 - Le mix écouté a été fait dans un des studios qui a une réponse à 2 m suivant la courbe X.
2 - La réverbération ne correspond pas au standard défini par Allen et du coup, la mesure au RTA est quasi droite.
http://www.film-tech.com/warehouse/manu ... TG1994.pdf
Image
3 - ou ?
JIM
 
Messages: 720
Inscrit le: 27 Juil 2011, 16:50
Expérience HC: Amateur passionné

Re: Courbes X, RT et directivité ?

Messagepar Jean-Pierre Lafont » 07 Juil 2012, 06:15

Comment peut-on considérer qu'une pièce est acoustiquement correcte en mesurant la réponse au RTA ?

Il manque certainement beaucoup d'informations dans une lecture au RTA mais le spectre lu tient compte des réflexions sur les parois de la salle.
La lecture d'une réponse impulsionnelle fenêtrée à 10ms ne contient que l'enceinte et fait une abstraction totale de l'environnement acoustique. En ce sens, la lecture du RTA est moins erronée.
Le stimulus (bruit rose) n'est pas en cause. De quoi est composé un bruit rose: d'impulsions générées par une horloge, introduites dans une série de registres à décalage dont les sorties sont rebouclées de manière à simuler la division d'un nombre premier. Le signal obtenu est un bruit blanc, dont on change la couleur par filtrage. L'analyse montre une succession de signaux transitoires assez proches dans leur forme de ceux qui forment les voix et les bruits rencontrés dans la bande son d'un film. Ici, seul le rythme change. Idem pour le bruit blanc employé dans les séquences MLS.
Quelle est la différence entre un bruit rose et un dialogue ? Essentiellement, la largeur du spectre et la modulation du flot d'informations.

D'autre part, le fenêtrage des mesures n'est pas sans conséquence. Avec 10ms, la fréquence la plus basse lisible sans pondération sera 100Hz (cas théorique). En réalité, l'intégration pondérée ne permettra pas la lecture précise en dessous de 4 fois cette fréquence.

Dire que le signal direct suffit pour transmettre le message est faux. Que le cerveau sache séparer le signal direct des réflexions, oui, dans une certaine mesure. Ce que j'observe, comme Sabine avant nous, c'est qu'un dialogue noyé dans les réflexions devient inintelligible.
Les réflexions existent dans toutes les salles. Les signaux qui composent ces réflexions s'ajoutent au signal direct. L'ensemble signal direct + réflexions est ce que nous entendons réellement. Cette information sera lue par un RTA ou une IR à fenêtrage long mais pas avec un fenêtrage court qui fait abstraction de l'environnement. Exclure ces réflexions fausse inévitablement la lecture de la perception que nous avons du message.

Pour que le raisonnement de Newell s'applique, il faudrait que l'ITDG, le temps qui sépare le signal direct de la première réflexion, soit suffisamment long pour isoler le signal direct. Or, la durée moyenne de l'IDTG est de 1 à 2ms dans un HC et 10 à 15ms dans une salle de 500 places. Sachant qu'une syllabe dure généralement plus de 150ms, seul le premier fronts d'onde sera isolé. Le reste de la syllabe sera de toute façon impacté par les réflexions.
Il n'est pas nécessaire de posséder un matériel coûteux pour l'observer. Il suffit d'aller dans une grande salle et d'écouter quelqu'un parler à distance pour s'en rendre compte.

Newell dit aussi ceci:
The average difference between the 10 ms response and the steady-state condition is approximately 1.3 dB above 2 kHz.. This indicates the typical steady-state response is 1.3 dB higher than the 10 ms windowed response...
The lowest values of the 10 ms responses (-ve max differences) are approximately 4.5 dB below the average, and these lowest values are relatively constant from 1300 Hz to 12 kHz.

Si on ajoute à constat, les pertes engendrées par l'absorption de l'air (qui commence à se faire sentir vers 2kHz), nous ne sommes pas loin de la courbe X.

Le mix écouté a été fait dans un des studios qui a une réponse à 2 m suivant la courbe X.

La réponse n'est pas là. En fait, il s'agissait essentiellement de l'élévation de la distorsion engendrée par la compensation du niveau quand on s'éloigne de la source. Mais peu importe, votre remarque est intéressante.
L'ensemble des studios et la quasi totalité des salles de cinéma suivent la courbe X (plus ou moins comprise ou respectée, c'est une autre histoire). Si demain on décide de changer la norme, 2 cas de figure se présentent:
1- Mardi soir à 23h45 pétantes, toutes les salles modifient leur installation.
2- Le changement est étalé sur la durée, le temps de convaincre les septiques et les Jean-foutres et on observe un pataquès mondial pendant 6 ans.

Enfin, que fait-on des milliers de films qui ont été mixés avec la X-Curve ? On laisse nos oreilles saigner ou on change les réglages pour chaque film ?
:doute:
Avatar de l’utilisateur
Jean-Pierre Lafont
 
Messages: 3203
Inscrit le: 08 Oct 2010, 07:21
Expérience HC: Professionnel

Re: Courbes X, RT et directivité ?

Messagepar JIM » 07 Juil 2012, 11:02

Ok, je ne vois pas forcément d'opposition dans tout ça.
A la proposition de Philip Newell, je ne rajouterai qu'une vérification du respect de la courbe X, en plus.
Au moins, tout le monde serait d'accord, sauf peut être le client, s'il doit modifier le traitement acoustique en conséquence !

Donc, au final, en écoute 5.1, j'essayerai de respecter la courbe X (small), en premier en modifiant l'acoustique puis, avec une égalisation légère.
D'ailleurs, ça m'évitera de corriger la réponse du pavillon (descendante) dans ce cas !
JIM
 
Messages: 720
Inscrit le: 27 Juil 2011, 16:50
Expérience HC: Amateur passionné

Re: Courbes X, RT et directivité ?

Messagepar Jean-Pierre Lafont » 07 Juil 2012, 14:48

Quand l'acoustique est équilibrée, il n'y a même pas besoin de créer la courbe-X, elle vient pratiquement toute seule.

Ce qu'il ne faut pas faire:
- S'en servir de prétexte pour "égaliser la salle"
- Essayer de la compenser pour obtenir à tout prix une réponse droite.
- L'appliquer aux petits volumes.
Avatar de l’utilisateur
Jean-Pierre Lafont
 
Messages: 3203
Inscrit le: 08 Oct 2010, 07:21
Expérience HC: Professionnel

Re: Courbes X, RT et directivité ?

Messagepar Bss » 07 Juil 2012, 15:10

Jean-Pierre Lafont a écrit:Quand l'acoustique est équilibrée, il n'y a même pas besoin de créer la courbe-X, elle vient pratiquement toute seule.

Ce qu'il ne faut pas faire:

- S'en servir de prétexte pour "égaliser la salle"
- Essayer de la compenser pour obtenir à tout prix une réponse droite.
- L'appliquer aux petits volumes.


:supplie: :supplie:
Je suis responsable de ce que je dis, mais pas de ce tu comprends !
Avatar de l’utilisateur
Bss
 
Messages: 410
Inscrit le: 09 Oct 2010, 19:02
Expérience HC: Amateur passionné

Re: Courbes X, RT et directivité ?

Messagepar thxrd » 09 Juil 2012, 17:05

ben ... ; au bout de "X " post il me semble que l'on "re dit " ce qui était dit des le début et à quoi je souscris à 300% .....
ap)paremment ça a tourné en rond pour revenir à ce qui à été dit au départ par JP ou par moi meme ou BSS ....

il semble pourtant que Jean Pierre est clair ....depuis le début , et je pensais l'etre aussi ; enfin moi je trouve ..et , .. je suis totalement de son avis ... je ne souscris pas à l'approche de Newell et encore moins à Toole .....( magré tout le respect que je leur doit en tant que "petit bricoleur ") sinon pas de probleme ... on met n'importe quoi n'importe ou et ça sonne !!!!
je souscris totalement à l'analyse de JP sur ses commentaires à propos de la mesure fenetrée ...
c'est interressant ... mais ....parfaitement insuffisant .. dans une salle réelle ..
si on veut mesurer ce que fait réellement l'enceinte avec une mesure fenétrée en salle, ce sera impossible en dessous de 300/400 hz et encore avec des parois lointaines ...(et dans l'exemple de JP avec 10ms ça suppose que l'enceinte soit loin de toute parois et le micro assez pres sinon meme avec 10ms on aura plein de réflections dans la mesure ..... )
d'autre part la mesure fentrée(court" n'est comme le dit JP représentative dans le médium aigu que de ce que fait l'enceinte ( ou de ce qu'elle ferait en freefield )
en salle ( qui constitue le mode réel de fonctionnement d'une enceinte en cinéma ou meme en concert autre que "plein air" )
l'acoustique de la salle ( ses premieres réflexions ... son RT /ect ..) est une partie constituante du son entendu et ne peut etre .. comme celà "oublié" ....

et si la décroissance / la forme du RT (ou les permières reflexions ) est "merdique" ben la belle enceinte parfaite en " fenetrée" ..donnera un beau son ........ merdique ....
donc mesure fenetrée ... oui ... mais mesure enceinte + salle en fenetre longue ou RTA obligée ..sinon on aura tout faux ....
quand aux réponses "droites ".... " pitié pour les oreilles ... ( hors d'un monitor mesuré à 1m en studio traité .... )


Roland



JP , pour les NS10 je confirme .... je n'en ai jamais vu une "propre" ... (j'en ai encore une paire (et il y en a une paire à Bata histoire de ne pas perdre la main ..... -joke" )
thxrd
 
Messages: 1023
Inscrit le: 29 Oct 2010, 10:03
Expérience HC: Expert

Re: Courbes X, RT et directivité ?

Messagepar Jean-Pierre Lafont » 09 Juil 2012, 19:11

Il n'y a pas que Toole et Newell. Ils n'ont rien inventé car leur théorie s'inspire fortement du paradoxe de Benade.

Voici un nouvel extrait de mon bouquin en cours de rédaction:
Monsieur Arthur Benade, professeur de son état et accessoirement clarinettiste de talent a passé sa vie à comprendre, améliorer, expérimenter les instruments à vent. Ami de Michel Portal, et invité par ce dernier aux conférences "Acoustique, Musique, Espaces" à la Villette en 1984, il nous a expliqué que notre système audio-sensoriel permet de faire la distinction entre le son généré par un instrument ou par une enceinte et les réflexions de la salle. Ainsi, même dans un environnement acoustique défavorable, les sons transmis conservent leurs caractéristiques initiales et l’image qu’en perçoit un auditeur situé à distance s’en trouve nullement affectée, car seul le premier front d’onde, appuyé par les réflexions contenus dans les 35 premières millisecondes, constitue la partie utile du signal. D’une salle à l’autre, le son d’un instrument ou d’une voix reste le même, indépendamment du niveau sonore, du volume ou de l’absorption de la salle. Dommage que le professeur Benade nous ait quitté il y a quelques années car j’aurais aimé qu’il m’explique comment il adapte ce paradoxe aux différents contextes d’écoute.

Je ne suis pas de taille à m'opposer à un monsieur qui a reçu de nombreuses récompenses pour sa contribution à la connaissance de l'acoustique. Son raisonnement s'appuie sur le fait que la caractérisation d'un son est comprise dès les premières millisecondes et mémorisée par le cerveau pendant toute la durée de la note, de la syllabe ou du bruit. Je ne remets pas sa parole en doute, ce qu'il dit est certainement vrai, mais je pense qu'il mélange plusieurs contextes.
Malgré le profond respect que je dois à Monsieur Benade, quand je vais écouter un concert, je n'ai pas vraiment une perception anéchoïque des instruments. J’entends aussi la salle et l’ensemble forme un tout. D'ailleurs, il me semble plus confortable d’écouter un orgue dans une église et un quatuor dans un espace plus feutré que l’inverse, peut-être parce que j’y suis habitué, mais je ne suis pas seul à partager cet avis. Dans l’église, le son de l’orgue est très déformé, certains diront « enrichi ». En fait, le lieu avec ses caractéristiques acoustiques particulières, fait partie de l’instrument. Plus encore que les auditeurs, seul le compositeur ou à défaut son représentant peut juger de la qualité sonore de l’ensemble. Le même raisonnement s’applique à la création musicale ou dramatique en salle et en studio. Nous sommes dans la création d’un contenu artistique.

Il faut bien distinguer les lieux de création artistique tels les salles de concert, les studios d’enregistrement, ou même la nature en ce qui concerne le cinéma et les lieux de reproduction sonore ou visuelle, tels les pièces d’écoute et les salles de cinéma. Les problématiques sont différentes, les objectifs et les moyens d’y parvenir aussi.

Dans un auditorium ou dans une salle de cinéma, l’objectif est de réunir les conditions permettant de reproduire l’oeuvre de manière aussi proche et fidèle de ce que le créateur a voulu et entendu pendant le concert ou lors de la phase finale de production. L’auditeur peut émettre une opinion sur la qualité de l’enregistrement s’il dispose des outils de comparaison avec l’oeuvre originale mais en aucun cas il ne doit chercher à modifier le travail accompli.

Si on compare avec la reproduction d’une œuvre picturale, l’imprimeur doit respecter les teintes, la texture et si possible le format, de manière traduire le plus fidèlement possible l’expression du peintre. L’opération est accessible quand il dispose de l’original, mais elle devient plus délicate dans le cas contraire. Pour mieux vendre son produit, l’imprimeur sera peut-être tenté d’augmenter le contraste et de rendre les couleurs plus éclatantes, par exemple.

C’est la même chose pour une oeuvre audiovisuelle. Nombre de mélomanes amateurs et de home-cinéphiles chercherons à reproduire des informations visuelles ou sonores qui certes figurent sur le support de l’enregistrement, mais que le directeur artistique ou le réalisateur n’ont pas vu, ni entendu ou ne souhaitent pas dévoiler. Ce sera par exemple, un micro caché dans une zone sombre d’une image ou les composantes infra-graves d’une scène sonore. Par conséquent, il appartient au concepteur et à l’installateur du lieu d’écoute de connaître les conditions dans lesquelles l’œuvre à été créée et de s’appliquer à les reproduire le plus fidèlement possible, sans les dépasser. C’est très difficile pour les lieux d’écoute musicale car aucune règle, plus encore aujourd’hui qu’hier ne définit les conditions d’écoute du lieu de création. Dans le cinéma en revanche, les caractéristiques techniques des studios et des salles sont parfaitement codifiés et il est assez facile de suivre les recommandations.

Il faut retenir que le peintre, le compositeur, le directeur artistique, le réalisateur disposent d’une grande liberté pour fabriquer les images et les sons qu’ils veulent, alors que le spectateur ne peut que contempler l’œuvre en respectant son intégrité. On ne cherchera donc pas à atténuer le niveau sonore, ni à modifier l’équilibre tonal, ni à élargir le spectre, ni à réduire la dynamique. Au contraire, on cherchera à réunir les conditions d’écoute aussi proches que possibles, de celles du studio où le film a été mixé, en fonction des moyens dont on dispose bien sûr. Le même raisonnement s’applique à l’image.

C’est là que le paradoxe du professeur Benade pose problème. Peut-on vraiment voir et entendre un film dans des conditions optimales, c'est-à-dire proches du lieu de création en ne considérant que les premières millisecondes du signal et en faisant abstraction de l’environnement sonore? Dans le contexte de la reproduction sonore, le local d’écoute est le prolongement de l’enceinte. Même si le cerveau est capable de « nettoyer » le message sonore perçu et de conserver l’intelligibilité du contenu, toute distorsion est une atteinte à l’intégrité du son original. Ceci concerne les colorations, les échos, les bruits intrusifs, les vibrations, etc, la liste est longue et ...
j'aurai encore beaucoup à dire.
Avatar de l’utilisateur
Jean-Pierre Lafont
 
Messages: 3203
Inscrit le: 08 Oct 2010, 07:21
Expérience HC: Professionnel

Re: Courbes X, RT et directivité ?

Messagepar JIM » 09 Juil 2012, 20:15

thxrd a écrit:ben ... ; au bout de "X " post il me semble que l'on "re dit " ce qui était dit des le début et à quoi je souscris à 300% .....
ap)paremment ça a tourné en rond pour revenir à ce qui à été dit au départ par JP ou par moi meme ou BSS ....


Oui et non.
Je ne vous ai jamais entendu parler d'égalisation au RTA et bruit rose mais plutôt de mesure fenêtrée (à fenêtre variable parfois).
Par ailleurs, même si le but est de respecter la courbe X au final, il faut parfois faire un choix.
cad, je donne la priorité à la réponse dans la zone d'écoute en condition pseudo anéchoique ou j'égalise fortement au RTA pour "forcer" l'acoustique. Dans le pire des cas bien sûr.
Newel montre le cas de salles certifiées Dolbyqui présentent une égalisation sévère. C'est le parfait exemple.
Le choix a été fait et JPL semble approuver a défaut. Newel non.

thxrd a écrit:je ne souscris pas à l'approche de Newell et encore moins à Toole .....( magré tout le respect que je leur doit en tant que "petit bricoleur ") sinon pas de probleme ... on met n'importe quoi n'importe ou et ça sonne !!!!


C'est peut être un peu plus qu'une approche pour ces messieurs et pas forcément en contradiction.
Ils fixent juste une priorité différente. Pour Toole, des essais ont été effectué en nombre au prés d'un large public.
La aussi, pas forcément en désaccord avec ce qui a été dis.

l'acoustique de la salle ( ses premieres réflexions ... son RT /ect ..) est une partie constituante du son entendu et ne peut etre .. comme celà "oublié" ....

Une partie seulement, faut il dégrader la source (l'autre partie) pour autant ?

Un RT plat, une enceinte à directivité parfaitement contrôlé dés 500Hz, la courbe X ne sera pas respecté.
On égalise. Répondu par JPL.
JIM
 
Messages: 720
Inscrit le: 27 Juil 2011, 16:50
Expérience HC: Amateur passionné

Re: Courbes X, RT et directivité ?

Messagepar Jean-Pierre Lafont » 09 Juil 2012, 20:23

Un RT plat, une enceinte à directivité parfaitement contrôlé dés 500Hz, la courbe X ne sera pas respecté.
On égalise. Répondu par JPL.

Oh là !... c'est flou ! je n'arrive même plus à comprendre.

Je n'ai jamais parlé de RT plat, seulement de réponse plate, c'est différent. Quand la réponse statique est plate sur l'analyseur, elle ne l'est pas à l'oreille, donc, oui, on applique un roll-off pour la rendre plate à l'oreille et X sur l'analyseur. C'est le principe.

Newel montre le cas de salles certifiées Dolbyqui présentent une égalisation sévère. C'est le parfait exemple.

Quel parfait exemple ?
1) Newell (dont les oreilles doivent beaucoup siffler ces jours-ci), explique que la courbe X n'est pas faite pour égaliser la salle: il a raison.
2) Il nous montre une série de courbes qui paraissent très X, aussi bien près de l'enceinte qu'au 2/3 de la salle.
3) Il montre aussi que la réponse près de l'enceinte est inutilement corrigée. Dont acte.
4) Jusque là, rien ne prouve qu'au milieu de la salle le son ne soit pas parfait. (Je n'affirme rien, je m'interroge).
La réponse est fenêtrée. Comment, comme le souligne Roland, peut-on avec une fenêtre de 10ms, s'affranchir des réflexions sur le plancher et sur les fauteuils environnants (nécessairement diffuses dans l'aigu).
5) Par contre, le spectateur assis à 2m de l'enceinte se plaint du manque d'aigus. A sa place, je me plaindrai aussi de l'image car à 2m des enceintes il doit voir extra large !

Enfin, je me pose une autre question: pourquoi ce débat ? Quelqu'un s'est plaint du manque d'aigus dans les salles Dolby ? J'entends plus souvent la récrimination inverse !

Pour Toole, des essais ont été effectué en nombre au prés d'un large public.

La courbe X est est expérimentée chaque jour dans plus de 200.000 salles dans le monde, soit près de 4 millions de spectateurs (2 séances/jour). On compte les plaintes ? Je n'ai jamais vu de manif dans les rues avec des pancartes "à bas la courbe X !", ni de boycott des salles Dolby.
Les seuls reproches que j'ai entendu (et lus) venaient de l'application de la courbe X dans les petites régies de studio, c'est à dire précisément là où elle n'a pas lieu d'être.
Dans les salles commerciales, jamais.

Je m'inquiète davantage de la fermeture d'ici quelques mois de 1000 salles aux états-unis et autant en Europe parce qu'elles n'ont pas les moyens de se convertir au numérique. Elles ne seront pas remplacées.
Avatar de l’utilisateur
Jean-Pierre Lafont
 
Messages: 3203
Inscrit le: 08 Oct 2010, 07:21
Expérience HC: Professionnel

Re: Courbes X, RT et directivité ?

Messagepar JIM » 09 Juil 2012, 21:36

Jean-Pierre Lafont a écrit:
Un RT plat, une enceinte à directivité parfaitement contrôlé dés 500Hz, la courbe X ne sera pas respecté.
On égalise. Répondu par JPL.

Oh là !... c'est flou ! je n'arrive même plus à comprendre.

Je prend toujours le même exemple des mesures publiées par N., le RT mesuré était droit dans les salles concernées, je suppose qu'il s'agissait d'enceintes à directivité contrôlée, voir docs ...

Newel montre le cas de salles certifiées Dolbyqui présentent une égalisation sévère. C'est le parfait exemple.

Quel parfait exemple ?
1) Newell (dont les oreilles doivent beaucoup siffler ces jours-ci), explique que la courbe X n'est pas faite pour égaliser la salle: il a raison.

Ok
2) Il nous montre une série de courbes qui paraissent très X, aussi bien près de l'enceinte qu'au 2/3 de la salle.

Ok
3) Il montre aussi que la réponse près de l'enceinte est inutilement corrigée. Dont acte.

Ok
4) Jusque là, rien ne prouve qu'au milieu de la salle le son ne soit pas parfait. (Je n'affirme rien, je m'interroge).
La réponse est fenêtrée. Comment, comme le souligne Roland, peut-on avec une fenêtre de 10ms, s'affranchir des réflexions sur le plancher et sur les fauteuils environnants (nécessairement diffuses dans l'aigu).

Non, les mesures publiées correspondent à une mesure "steady state, 1/3 octave"
Ces mesures sont la pour montrer que le principe d'égalisation suivant la courbe X est abusif dans certains cas et impose un nouveau procédé que vous souhaitiez. Proposition largement documentée et certainement en cours de discussion à l'AES. Reste plus qu'a lui répondre.
5) Par contre, le spectateur assis à 2m de l'enceinte se plaint du manque d'aigus. A sa place, je me plaindrai aussi de l'image car à 2m des enceintes il doit voir extra large !

Ce n'est pas le but recherché.
JIM
 
Messages: 720
Inscrit le: 27 Juil 2011, 16:50
Expérience HC: Amateur passionné

Re: Courbes X, RT et directivité ?

Messagepar thxrd » 09 Juil 2012, 23:38

Jim ...
je ne parle jamais d'EQ sur une mesure RTA pour une simple raison ...
je ne tente jamais d'obtenir une X curve sur une mesure RTA faites à distance en "égalisant " la réponse trouvée ... dans le buit de l'obtenir !!! et pas plus depuis un autre type de mesure ....
si une enceinte dont la réponse est plate et a directivité à peu pres constante constante ( mesure en freefield ) des 500 /600hz ....
et que la meme enceinte en salle à une courbe totalement en dehors des clous de la X curve correspondante au volume /Rt de la salle ... (et distance de mesure en zone d'écoute
une EQ de l'enceinte pour faire rentrer la courbe dans le gabarit ne donnera rien de bon ... pour une raison simple ... :
ça donnera une belle courbe sur l'analyseur .. RTA ou la réponse globale ( diffus /direct " intégré" ) dites "intégrée et vue par le RTA sera correcte mais le champs direct lui ne le sera plus !!!!!

c'est l'acoustque de la salle qui est à revoir ....
l'égalisation de l'ensemble pourra "peut etre" "masquer" un peu le mauvais résultat mais ce n'est surtout pas la bonne solution ...

encore une fois .. (sans vouloir etre contrariant JIM il semble que vous ne compreniez ni les propos de JP ni les mien ..) la X curve ne se "fabrique pas " .. elle résulte du comportement et de l'acoustique d'une salle .. ( d'une salle acoustiquement correcte suivant les normes retenues )
et si la salle ne soumet pas à un RT dans la norme ..on aura en effet avec une enceinte meme ayant une réponse plate .. et correcte un résutat qui pourra etre desastreux ... ou du moins désiquilibré et aucune EQ n'y changera rien ...

dans le cas contraire il suffirait comme le dit JP ..d' égaliser sur la base d'une "fenetre " de 35 ms ... et hop .. tout serait bon ... !! dans n'importe quel volume avec n'importe quel RT à n'importe quelle distance ....
essayer de faire cela dans une église ou un opéra ....et écoutez de la musique enregistrée ... ou mieux un film , écoutez le résultat et on en reparle !!!!

mais il y a plus simple ... prenez un instrument de musique ( j'ai la chance d'avoir fait de la facture d'orgue et d'avoir vendu et importé des instruments pendant 30ans ...donc jhe pense "savoir un peu " ..) et mettez les dans différentes salles
ben c'est simple ..sa sonorité (et son spectre mesuré en zone d'écoute ) sera entaché des memes "défauts " ou colorations subies par une enceinte mise dans la salle ( avec des variantes liées à la directivité plus ou moins variable suivant les instruments ... )
vous avez déjà écouté une batterie ou un piano dans une salle bien réverbérante ??? ben c'est mauvais et totalement "bordélique"
la meme chose dans une chambre sourde ?? c'est différent mais tout aussi nul ....
il ressort que pour les isntruments et suivant les types musique ( tres fortement liée au "tempo" ) il y a une "fourchette " de RT "adaptée " ..
( les salles sont d'ailleurs concues en conséquences et dans un opéra on ne joue pas de la musique de chambre .... )
et bien ce qui est vrai en musique "réelle" l'est encore plus à la "reproduction ... "
simplement dans le monde de la hifi ou de la musique c'est le "bordel" non normalisé et dans le cinéma c'est le contraire ....
on a pris soin pendant des années de faire des tas de mesures /de moyennes /ect ..et si tout n'est ^pas parfait c'est cependant mieux que rien du tout ....

quand à rechercher une X curve dans 25m2 sur une mesure à 3m avec une acoustique non traitée et maitrisée .. ( un salon lambda par exemple ) ou pire à tenter de l'obtenir par EQ ... oublier c'est contraire à toute logique ...

super interressant JP l'explication sur Benade et ses travaux ...
elle me rappelle ce que je lisais il y a plus de 20ans sur les premiers EQ "temporel automatique " ( Cambridge / sigtec / suivi par TACT et plus tard par trinnov / ConeQ ect ... )
j'ai encore le document AES de Sigtec qui expliquait que sur la base d'une fenetre d'analyse de 35 à 50ms .. associée à des "courbes cibles" il "corrigeait " l'acoustique de la salle ( avec force explications obscures mélangeant des mesures sans signification avec un résultat "réel"
toutes ces explications d'ailleurs depuis reprises plus ou moins par tout les "successeurs précités "

hélas si il suffisait pour tout les instruments et tout les sons ou toutes les enceintes / dans toutes les salles pour tout RT et volumes /pour toutes les distances de zone d'écoute / avec toutes les directivités .. / ect ect.. d'analyser les 35 premieres ms et d'égaliser ( d'ailleurs quelle courbe d'EQ au fait ... c'est quoi la "cible " visée ??? )
pour que le résultat soit bon et "vrai" ..... tout serait tres simple
la réalité c'est que cette analyse est de mon avis partiellement vrai dans un volume de salle donné ( petit ) avec un RT donné et une distance de mesure donnée et pourra etre completement faux ailleurs ... ( pour anecdote je n'ai jamais entendu un systeme de ce type me donnant une écoute "naturelle" .. autrement que dans une cabine ou régie misuscule et avec les HP mesuré et entendu à 1 ou 2 m maxi ...' je sais / je suis contraraint mais en plus de faire un tout petit peu de technique ..j'ai le gros défaut "d'écouter" et de ne pas me laisser influencer par la technique pure )

la X curve en étant sans doute comme le dit JP (et comme je le pense également pour quelques points concenant le diifuseur lui meme ) pas parfaite ... elle à par contre le mérite de dire la "forme" de courbe que devrait donner une enceinte " plate " et à directivité maitrisée dans des volumes donnés mesurés dans les conditions décrite par la procédure ... ou du moins dans quelle fouchette ce devrait etre ....
perso pour avoir placé qss centaines d'enceintes dans qqs centaines de salle de taille tres variable ... ( les enceintes étant des reprducteurs "plat " en freefield et à directivité relativement constante ... j'ai toujours trouvé quasi automatiquement la X curve correcpondant au RT/ volume de salle ..
et ce sans aucune EQ ...
pire !!!! cette courbe me satisfait globalement également sur l'écoute de la musique dans 90% des cas ... ... en tout cas je n'ai pas trouvé de courbe "magique" permettant de dire que c'était "mieux " sur de la musique .... mais je suis acheteur si quelqu'un sait ....
l'EQ c'est pour corriger l'enceinte ....et encore ça suppose que le transducteur ait une fonction de transfert linéaire parfaite in axe et hors axe (ce qui est quasi impossible ) pas les murs de la salle ...
si le RT est mauvais ou avec une grosse bosse vous ne le réduirer ou l'augmenterez pas avec de l 'EQ !!!!!
une "bosse" ou un "trou" acoustique ( mode / noch / réllection ect ..) pourra éventuellement etre plus ou moins "masquée " par de l'EQ ( mais meme pas toujours ) mais simultanement vous détruirez plus ou moin le champs direct (et avec une EQ "temporelle " ce ne sera vrai qu'en un seul point / tres "théorique" et créera de nouveaux problemes )

petite anecdote ...
il y a qqs année un "menuisier" avec lequel je travaillait et qui pensait etre devenu acousticien à force faire de l'aménagement de HC .. à réalisé pour un client une salle avec une acoustique incroyable ... un RT "montant " avec la fréquence" !!!! (enfin avec une belle remontée/ bosse dans le médium /aigfu !!!)
ceci du à un arrière salle et des murs latéraux recouvert de diffuseurs et une plafond entierement en pyramides inversées ... le tout lisse comme du marbre ( sol en parquet " )
l'enceinte mesurée 'qui avait naturellement en freefield une courbe plutot légérement descendante au dela de 3 khz et chutante au dela de 15 khz ... montrait sur une mesure à distance une réponse "montante avec un beau + 4 dB à 10khz !!!!! et montait à 18 khz !!!
apres avoir démonté les 3 enceintes // regarder le filtrage / demonter les membranes de compressions ../ enfin passé 2 h sur l'histoire .. j'ai fait ce que j'aurai du faire des le début ... / prendre une autre enceinte totalement différente et mesurer ( je n'avais pas de moyen de mesure de RT à l'époque sur place ... )
résultat encore pire l'autre enceinte ayant une réponse plate jusqu'à 17 khz .... en freefield
malgré que intuitivement et auditivement je me doutait que le problème venait de l'acoustique (elle "brillait" particulierement sur les claps ou de la, parole ; j'avais du mal à le croire .... comme "efficace" à ce point ...
aucune EQ dans cette salle n'a jamais donnée de bons résultat et pour cause ( à distance si on tentait de descendre la courbe pour obtenir une courbe genre - 1,5 /- 2 à 8 khz ... on devenait complement imprécis / flou et "bizzare " sur de la musique ou du speak et si on laissait tel quel ça "arrachait" les tympans
la solution ???
le menuisier s'est "reconverti" en mesuisier pour se contenter de faire ce que lui disait le "spécialiste" .... /à redémonté la moitié de son travail et à remplacé ses "élucubrations " par un traitement "normal" et étudié ... (depuis on est un peu "faché" )

donc je peut confirmer que quand le RT /(durée / courbe / premières réflections /ect ...) ne va pas ...vous pourrez mesurer et égaliser pendant 100 ans .. sur la base n'impote quel principe de mesure ....
ça le fera jamais .. (et aucune EQ magique " meme de type "temporelle" n'y changera rien ....

cdlt
thxrd






d'ailleurs
thxrd
 
Messages: 1023
Inscrit le: 29 Oct 2010, 10:03
Expérience HC: Expert

Re: Courbes X, RT et directivité ?

Messagepar Bss » 10 Juil 2012, 06:12

Jim a écrit:
thxrd a écrit:ben ... ; au bout de "X " post il me semble que l'on "re dit " ce qui était dit des le début et à quoi je souscris à 300% .....
ap)paremment ça a tourné en rond pour revenir à ce qui à été dit au départ par JP ou par moi meme ou BSS ....
Oui et non.
Je ne vous ai jamais entendu parler d'égalisation au RTA et bruit rose mais plutôt de mesure fenêtrée (à fenêtre variable parfois).


lorsque tu emploies le "VOUS" est-ce du vouvoiement envers Roland ou tes propos concernent-ils d'autres personnes, comme la mienne par exemple ?

d'une manière générale, je suis toujours surpris des "découvertes" de certains ... . .
Cette Doc "traine" sur tous les forums depuis bientôt 6 ou 7 ans, par exemple.

je compléterais plus tard.
Je suis responsable de ce que je dis, mais pas de ce tu comprends !
Avatar de l’utilisateur
Bss
 
Messages: 410
Inscrit le: 09 Oct 2010, 19:02
Expérience HC: Amateur passionné

Re: Courbes X, RT et directivité ?

Messagepar JIM » 10 Juil 2012, 07:59

thxrd a écrit:encore une fois .. (sans vouloir etre contrariant JIM il semble que vous ne compreniez ni les propos de JP ni les mien ..) la X curve ne se "fabrique pas " .. elle résulte du comportement et de l'acoustique d'une salle .. ( d'une salle acoustiquement correcte suivant les normes retenues )
et si la salle ne soumet pas à un RT dans la norme ..on aura en effet avec une enceinte meme ayant une réponse plate .. et correcte un résutat qui pourra etre desastreux ... ou du moins désiquilibré et aucune EQ n'y changera rien ...


Roland,
J'ai parfaitement compris mais regarde le lien que j'ai donné sur l'AES. Tu y trouveras une proposition de Newel sur une nouvelle procédure de calibration ainsi qu'un état des lieux en quelque sorte.
Une des docs reprend ce que Allen explique et a été expliqué ici (mesure en salle réverbérante et RT presque plat jusqu'à 8kHz-graphe publié par JPL).

Tu y trouveras aussi la mesure de 20 cinémas/studios certifiés Dolby. Cf mesures que j'ai posté précédemment (mesures non fenêtrée).
Dans une autre doc, tu trouveras la mesure du RT de ces salles. Il est d'ailleurs fait mention d'un RT légèrement trop bas par rapport à la norme.
J'ai pris le soin de bien lire ces docs et N. n'est pas de ceux qui passe l'acoustique après l'égalisation, donc, attention aux raccourcis.
Si tu n'as pas lu ces docs, tu n'as pas pu comprendre mes échanges avec JPL à ce sujet.

JPL m'a répondu sur ces priorités dans ce cas précis.
Car oui, dans ce cas, la courbe X a été obtenue par égalisation et non de façon naturelle. Je ne prend pas ça pour une règle de bonne pratique bien sûr !

Lire attentivement ces docs, http://www.aes.org/technical/sdctv/

ps : Pour BSS, message attribué à Roland
JIM
 
Messages: 720
Inscrit le: 27 Juil 2011, 16:50
Expérience HC: Amateur passionné

Re: Courbes X, RT et directivité ?

Messagepar JIM » 10 Juil 2012, 08:11

thxrd a écrit:une EQ de l'enceinte pour faire rentrer la courbe dans le gabarit ne donnera rien de bon ... pour une raison simple ... :
ça donnera une belle courbe sur l'analyseur .. RTA ou la réponse globale ( diffus /direct " intégré" ) dites "intégrée et vue par le RTA sera correcte mais le champs direct lui ne le sera plus !!!!!


C'est exactement ce que disent Newel et Toole avec qui tu n'es pas d'accord ?

Applying the X-curve (or any other curve) to shape the spectrum of the steady state sound
field will resut in the direct field having a non flat frequency response, which is contrary to
the intention of the X curve. This conclusion was illustrated by the measurements of cinema
loudspeakers in the close field (2 m) presented by Newell et all2.


If the loudspeaker channels were to be calibrated in the close field (the precise distance depending on the size
of the cabinets and the distribution of the drivers) or, if possible, in anechoic chambers, it would ensure that
the responses were as accurate as the loudspeaker systems would allow, and that at least the direct sound
would be flat
(or following a specified curve) in all parts of the theatres where the directivity of the loudspeakers
remained within the required limits. Their responses should be reasonably flat, even off axis, and well extended
before equalisation. With modern loudspeaker systems, this is not the issue that it was in the 1970s, when low
distortion, high output systems were less developed. Any further required equalisation to achieve the desired
response should be applied with parametric of fixed equalisation, which can be precisely tailored to the
necessary curves. The adjustments should most definitely not be done by means of third-octave equalisers,
because their frequency centres and slopes rarely match those of any 'problems' to be solved. The rooms
should then be checked for the presence of any obvious acoustic problems,
such as noticeably resonant
peaks. Then, and only if absolutely necessary, further parametric equalisation should be applied globally to
reduce the nuisance. However, the room acoustics should at least be reasonably controlled, which ought not
to be a problem in modern cinemas, but cost-cutting by cinema owners and installers does sometimes leave
much to be desired.


Les documents (cf lien) se répètent assez souvent mais il y a des infos complémentaire. Ces extraits ne sont pas forcément représentatif.
JIM
 
Messages: 720
Inscrit le: 27 Juil 2011, 16:50
Expérience HC: Amateur passionné

Re: Courbes X, RT et directivité ?

Messagepar Jean-Pierre Lafont » 10 Juil 2012, 14:59

Décidément, j'observe que le message ne passe pas.

Newell et Toole sont tous les deux compétents, respectables, etc... Mais ils mélangent plusieurs sujets (les studios, les concerts, le cinéma, les espaces, grands, petits) et tentent d'introduire une vision hifiste en occultant la spécificité du son cinéma.

J'ai écrit, il y a quelques jours que les courbes des salles Dolby rapportées par Newell ne me choquent pas. Et à fortiori s'il s'agit de mesure statique.
En supposant que l'acoustique de la salle soit correcte (car si le technicien s'est servi de la courbe X pour égaliser la salle, comme on le voit souvent, il y a faute).
Donc, si l'acoustique dis-je, est supposée correcte, je réitère mon propos:
1) En champ proche, la courbe est sur-compensée et n'a aucune raison de suivre la courbe X.Entièrement d'accord, mais on s'en fout car on ne regarde pas un film dans une grande salle en étant collé aux enceintes. S'il faut passer par cette anomalie pour que la réponse soit correcte ailleurs, c'est parfaitement acceptable et d'ailleurs accepté par l'ensemble des instances professionnelles (qui ne comptent pas que des Mickeys).

2) En champ lointain la courbe "colle" à la courbe X et ce n'est pas bon. Non, non et non ! C'est faux! L'expérience montre que quand la réponse en champ lointain revêt cette allure sur l'analyseur, la réponse à l'oreille n'est pas loin d'être droite. Tout dépend du ratio champ direct/réverbéré au point d'écoute ou de mesure. Cela a fait l'objet de centaines d'expériences et ça s'est toujours vérifié.

Aujourd'hui, on sait simuler une oreille (HRTF) mais on ne sait toujours pas simuler le comportement psycho-sensoriel du cerveau. C'est dommage car la science acoustique ferait un énorme pas en avant, le débat serait tranché et je ne serais pas là à écrire ces pages.

Donc, comme il n'y a pas de méthode pour mesurer, il est facile de dire que le bruit rose et le 1/3 d'octave n'est pas bon. C'est vrai, c'est pas la panacée, même s'il n'est pas interdit de lire au 1/48e d'octave (ça coûte 100 dollars).
La mesure à fenêtre courte, qui inhibe complètement l'environnement acoustique, c'est pas bon non plus.
La FFT en temps réel, le balayage sinusoïdal, les trains de log-chirps, les filtres à balayage ou a fenêtre coÏncidente, le Time Delay Spectrometry... c'est encore pas bon.

Ce que dénoncent Toole et Newell d'une manière maladroite, parce que trop décalée, c'est l'égalisation par tiers d'octave systématique qui s'abrite derrière la courbe X pour compenser les anomalies de l'acoustique de la salle. Roland l'a bien décrit et nous sommes tous d'accord. L'incompréhension vient de ce que Toole et Newell ne dissocient pas l'égalisation au bruit rose et la fonction naturelle de la courbe X.

Quelques commentaires sur les citations précédentes:
Applying the X-curve (or any other curve) to shape the spectrum of the steady state sound field will resut in the direct field having a non flat frequency response,
Ben oui, et alors ? ce sont des enceintes, pas un casque !
Si la courbe est ainsi tronquée, c'est parce que ces salles sont moins réverbérantes. C'est une tendance progressive depuis ces 25-30 dernières années. Dans ce cas, la pente de la courbe X pourrait être allégée. Visiblement les techniciens ont appliqué la recette à l'aveugle, sans ce poser cette question.
Mais la salle fait partie de l'écoute de toute façon. Occulter son influence en se limitant au champ direct serait commettre une autre erreur.

En final, après avoir calibré tout bien comme il faut, le véritable arbitre reste l'oreille. Pas les miennes, elles sont usées. Celles d'un groupe de plusieurs personnes, entrainées à l'écoute musicale et cinématographique (musiciens, ingénieurs du son, réalisateurs, critiques d'art). Quand la majorité des avis me dit qu'il y a trop ou pas assez d'aigus, je retouche la pente, jusqu'à la satisfaction générale.
Newell, s'il vient mesurer, dira que c'est pourri car la réponse en champ proche est encore tronquée... (ça se vérifie toujours)
Peu importe, quand tous les autres sont contents... je le suis aussi.

If the loudspeaker channels were to be calibrated in the close field ...
Les spectateurs n'y sont jamais.

... if possible, in anechoic chambers,
Rien à voir avec une situation réelle - (la route n'est pas un circuit)

...it would ensure that the direct sound would be flat
En cinéma, on ne cherche pas systématiquement une réponse droite, contrairement à l'esprit hifi.
Dans un contexte général, je dirai que:
a) L'électronique doit transmettre le signal dans son intégrité et ne souffre aucune distorsion.
b) En champ libre, la réponse des enceintes doit être linéaire (malheureusement encore très rare à Pmax)
c) Dans une salle d'écoute, la réponse doit-elle être droite ? pas sûr...

With modern loudspeaker systems, this is not the issue that it was in the 1970s, when low distortion, high output systems were less developed.
Mouais.. voir le souligné ci-dessus.
Depuis ces années, les HPs ont certes progressé (moins de distorsion, meilleure directivité) mais moins que l'acoustique des salles. Grâce à Dolby et THX, les réflexions sont aujourd'hui beaucoup mieux contrôlées. Mais en raison des disparités nombreuses la pente de la courbe-X doit être ajustée au cas pas en fonction des caractéristiques de la salle. C'est là le seul point qui mérite une révision.

Any further required equalisation to achieve the desired response should be applied with parametric of fixed equalisation.
Oui, d'accord, c'est d'ailleurs ce que je fais. Mais alors pourquoi tout ce tapage ? Pour en arriver là ?
Avatar de l’utilisateur
Jean-Pierre Lafont
 
Messages: 3203
Inscrit le: 08 Oct 2010, 07:21
Expérience HC: Professionnel

Re: Courbes X, RT et directivité ?

Messagepar JIM » 10 Juil 2012, 16:06

THXRD a écrit:....une EQ de l'enceinte pour faire rentrer la courbe dans le gabarit ne donnera rien de bon ... pour une raison simple ... :
ça donnera une belle courbe sur l'analyseur .. RTA ou la réponse globale ( diffus /direct " intégré" ) dites "intégrée et vue par le RTA sera correcte mais le champs direct lui ne le sera plus !!!!!


JPL a écrit:1) En champ proche, la courbe est sur-compensée et n'a aucune raison de suivre la courbe X.Entièrement d'accord, mais on s'en fout car on ne regarde pas un film dans une grande salle en étant collé aux enceintes. S'il faut passer par cette anomalie pour que la réponse soit correcte ailleurs, c'est parfaitement acceptable et d'ailleurs accepté par l'ensemble des instances professionnelles (qui ne comptent pas que des Mickeys).


Pour être à 300% d'accord, ça fait quand même un écart de jugement important :shock:
C'est d'ailleurs tout le sujet de l'étude de N et j'avais bien interprété la réponse de JPL précédente.
Je laisse Roland éclaircir pour que tout le monde soit d'accord à 500% :wink: mais il est sûr que ce qui est tolérable dans une grande salle ne le sera pas dans une salle plus modeste.

Au fait, merci pour le lien BSS
Dernière édition par JIM le 10 Juil 2012, 16:37, édité 2 fois au total.
JIM
 
Messages: 720
Inscrit le: 27 Juil 2011, 16:50
Expérience HC: Amateur passionné

Re: Courbes X, RT et directivité ?

Messagepar Jean-Pierre Lafont » 10 Juil 2012, 16:25

Les deux citations (celle de Roland et la mienne) disent la même chose. Où est l'écart de jugement ?
On ne doit pas se comprendre.

Au fait, merci pour le lien BSS

Attention, le document date un peu et la charte Pm3 a évolué. Le concept pour les salles professionnelles est toujours à peu près d'actualité, mais les formats musique et vidéo ont évolué et un certain nombre de données sont caduques. Ne pas tout prendre.
Pour le calibrage de la salle, ça se passe page 25, le reste est hors sujet ici.
Avatar de l’utilisateur
Jean-Pierre Lafont
 
Messages: 3203
Inscrit le: 08 Oct 2010, 07:21
Expérience HC: Professionnel

PrécédentSuivant

Retour vers Correction, principes et méthodes

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant actuellement ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité